Logo

Ecole d’agriculture

Grangeneuve. «Nous consolidons notre stratégie concernant la ferme-école de Sorens»

Après avoir construit une nouvelle stabulation à Grangeneuve, l’État de Fribourg se penche sur l’avenir des bâtiments de Sorens. LAURENT GUISOLAN et PASCAL TOFFEL expliquent la stratégie suivie.

Le directeur de Grangeneuve Pascal Toffel (à droite) et Laurent Guisolan, responsable des exploitations, souhaitent orienter la ferme-école de Sorens vers une production biologique et moderne.V. Gremaud

Vincent Gremaud

Vincent Gremaud

8 mars 2024 à 10:12, mis à jour le 21 mai 2024 à 10:50

Temps de lecture : 12 min

Début 2021, alors que la nouvelle ferme-école de Grangeneuve était en plein chantier, le Grand Conseil fribourgeois a adopté un postulat, déposé par les députés Benoît Glasson et Bertrand Gaillard, qui réclamaient un rapport sur tous les bâtiments rattachés à Grangeneuve en vue de disposer d’une planification globale pour leurs entretiens et leurs rénovations. Les postulants s’interrogeaient aussi sur l’utilité de deux fermes-écoles dans le canton, à savoir l’une sur le site de Grangeneuve et l’autre, à Sorens. En décembre dernier, le Conseil d’État a publié le rapport exigé, un document qui explique notamment la stratégie voulue sur le site de Sorens.

Le rapport insiste sur la complémentarité entre la ferme de Sorens et celle de Grangeneuve. Même si ces deux exploitations produisent avant tout du lait, le rapport explique qu’il n’y a pas de doublons. Comment le justifiez-vous?

Laurent Guisolan (L. G.): La production de lait de vache restera effectivement la principale activité sur les deux sites. Nous avons étudié la possibilité de détenir des petits ruminants à Sorens. Mais le lait de vache représente la plus importante ressource financière des exploitations agricoles fribourgeoises. Et il faut relever que nous visons deux productions très différentes. À Grangeneuve, nous produisons du lait de fromagerie, conventionnel, alors qu’à Sorens, nous livrons du lait de centrale, biologique. C’est en ce sens que ces deux sites sont, et resteront, complémentaires. Nous avons aussi essuyé des remarques de personnes qui voulaient qu’on produise également du lait de fromagerie à Sorens, pour la production de Gruyère AOP. Mais nous n’aurions pas pu justifier ce doublon.

Cet article vous intéresse ?

Abonnez-vous dès maintenant pour accéder à tous nos articles et médias.

Les bonnes raisons de s’abonner

  • Accès illimité aux contenus réservés aux abonnés

  • Accès au journal numérique dès 5h

  • Livraison à domicile chaque vendredi


Déjà abonné(e) ? Se connecter

Gestion des cookies

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer votre expérience. Vous pouvez personnaliser l'utilisation des cookies à l'aide du bouton ci-dessous.