Logo

Cultures

Betteraves biologiques. La mise en place de plantons continue à convaincre les producteurs bios

Plus onéreuse que le semis, la plantation des betteraves permet d’assurer un certain niveau de rendement. C’est particulièrement intéressant en bio, où les prix des récoltes sont relativement élevés.


Vincent Gremaud

Vincent Gremaud

19 décembre 2023 à 15:47, mis à jour le 9 janvier 2024 à 08:33

Temps de lecture : 3 min

Les surfaces de betteraves sucrières biologiques sont en augmentation en Suisse. Cette année, pas moins de 230 ha ont été consacrés à cette culture. "Actuellement, pour 2024, une surface équivalente est déjà annoncée, mais nous espérons atteindre une surface totale de 300 ha", a indiqué Milo Stoecklin, de Sucre Suisse SA, à l’occasion de l’atelier Betteraves bios organisé le vendredi 8 décembre 2023, dans les locaux de la Fondation rurale interjurassienne (FRI), à Courtemelon (JU).

Cette évolution positive est avant tout à mettre au crédit de la technique de la plantation. Dans les cantons de Vaud, du Jura et de Genève, cette méthode de mise en place a largement supplanté les semis. "Si des producteurs qui ne se sont pas encore annoncés sont intéressés, ils doivent très rapidement prendre contact avec nous pour que nous puissions ajuster les commandes de plantons", a précisé Milo Stoecklin.

Cette année à nouveau, les sucreries n’ont pas constaté de grandes différences entre ces deux procédés au niveau des taux de sucre ou de la tare terre. Les arrachages des betteraves bios ayant lieu en tout début de campagne, cette tare terre est particulièrement faible, ce qui permet aux producteurs de bénéficier de bonus.

Cet article vous intéresse ?

Abonnez-vous dès maintenant pour accéder à tous nos articles et médias.

Les bonnes raisons de s’abonner

  • Accès illimité aux contenus réservés aux abonnés

  • Accès au journal numérique dès 5h

  • Livraison à domicile chaque vendredi


Déjà abonné(e) ? Se connecter

Dans la même rubrique

Cultures

Production biologique. Tirer parti de la culture herbagère

Le respect du label Bio Bourgeon nécessite une surface minimale d’herbe sur le domaine, ainsi que l’achat exclusif de fourrages issus d’une exploitation Bourgeon Suisse. Même sans activité d’élevage, la production de fourrages occasionne de grandes possibilités de revente.