Menu

PA22+: PSL demande de revoir la copie



Le comité de la fédération des Producteurs suisses de lait (PSL) demande que les prochaines discussions sur la PA22+ aboutissent à des corrections tangibles. Il soutient ainsi la position de l'Union suisse des paysans (USP) (photo Pixabay).

L'objectif de la PA22+ visant à réduire le taux d'auto-approvisionnement à 52% est une erreur, estime d'abord PSL dans un communiqué publié mardi 19 mai. PSL juge le projet présenté comme contradictoire, fortement orienté vers l'extensification et n'apportant aucune simplification administrative.

Autre incompréhension de PSL: l'élevage bovin continue d'être pénalisé, alors qu'il est tout à fait adapté à notre pays et que le fourrage consommé par les animaux est suisse à 90%. La PA22+ comporte aussi des éléments favorables à la production et la branche laitières, comme la volonté d'ancrer davantage les suppléments laitiers ou le réaménagement des contributions au système de production. Pour beaucoup de ces points, il faudra attendre les ordonnances. Les producteurs de lait attendent des améliorations substantielles avec la PA22+, qui valorisent les efforts fournis en matière de durabilité.

La production et la transformation de lait, ainsi que de viande de veau et de bœuf en Suisse nécessitent un bon cadre légal. De nombreuses places de travail sont en jeu, dans l'agriculture directement, mais aussi dans les secteurs en amont et en aval ou qui ont trait au paysage. Voilà pourquoi il est exclu de prendre des décisions hâtives pour la politique agricole, qui joue un rôle crucial pour toute la Suisse.
 
PSL a analysé les 188 articles complexes du message sur la PA22+ et s'est formé une vue d'ensemble des principales mesures positives et négatives pour les producteurs de lait.
 
Rétribuer davantage le travail
Depuis le début de l'élaboration de la PA22+, PSL s'engage pour que les contributions ne soient plus uniquement accordées à la surface, mais qu'elles soient liées au travail.
 
Les modules de contributions au système de production proposés vont dans cette direction. Il manque encore une différenciation claire par catégorie d'animaux, qui est déterminante quant au travail fourni. PSL suit l'évolution sur ce point avec la plus grande attention.

PSL a en outre réussi à obtenir que les suppléments laitiers restent au même niveau qu'aujourd'hui. C'est la bonne approche face à toutes les modifications proposées. Les suppléments doivent continuer d'être versés selon le système actuel. 

Couverture sociale, meilleure formation et plafonnement des paiements directs
PSL s'est engagée pour que toute la main d'œuvre familiale bénéficie d'une couverture sociale obligatoire. L'Office fédéral de l'agriculture a désormais appliqué cette règle au partenaire des chefs d'exploitation. Mais l'agriculture moderne est de plus en plus exigeante pour les productrices et producteurs, constate PSL. Les exigences en matière de formation pour toucher les paiements directs ont été très peu renforcées, mais les modifications proposées ont permis de faire un pas dans la bonne direction pour préparer les producteurs aux difficultés du métier.

Les détenteurs de bovins estiment qu'un plafonnement des paiements directs est nécessaire. Le système proposé (paiements directs max. par exploitation) est applicable. L'essentiel, c'est qu'il englobe tous les types de paiements directs. Pour les producteurs de lait, le système doit inclure un montant maximal par UMOS (similaire au système actuel). Cela permettra une meilleure rétribution des branches de production très exigeantes en termes de travail.

Récompenser les initiatives sans compliquer les PER
PSL a introduit le standard sectoriel pour une production de lait durable (Tapis vert). Cette initiative privée fait figure d'exemple. Mais dans le message sur la PA22+, il manque des signaux clairs en faveur de mesures pour accompagner ces efforts sur le marché.

Non à la réduction des moyens financiers, oui à la protection de l'environnement
Après avoir initialement présenté une enveloppe financière intacte, une réduction des paiements directs de 113 millions de francs pour les quatre ans à venir a été annoncée et les finances fédérales seront certainement fortement touchées ces prochaines années. 
 
La trajectoire de réduction des éléments fertilisants concerne tous les détenteurs d'animaux en Suisse. Il est proposé de ramener la quantité d'engrais de ferme autorisée par hectare de 3 à 2,5 UGBF. La méthode fait fausse route ,estime encore PSL. Cette approche est dépassée et difficile à comprendre dans la pratique. Il faut au contraire tenir compte des particularités d'une exploitation (potentiel de rendement, zone, type de sol, etc.) dans l'évaluation. PSL se dit donc en faveur d'un bilan nutritionnel crédible et conforme à la pratique et considère que l'inverse ne sert qu'à encourager un tourisme des engrais.

Une planification à plus long terme
Pour la PA14-17 déjà, puis sa prolongation jusqu'en 2021, les producteurs de lait actifs demandaient expressément des simplifications administratives. Le message du Conseil fédéral ne tient pas compte de cette demande; au contraire. La PA22+ se profile comme un "monstre de contrôle", avec une charge administrative qui nécessitera une aide extérieure pour la majorité des producteurs.
 
Partant de ce constat, il nous paraît nécessaire d'aborder maintenant la question de la durée de validité des politiques agricoles. PSL demande qu'à l'avenir les politiques agricoles portent sur huit ans, contre quatre actuellement. De cette manière, les producteurs pourront planifier l'orientation de leur exploitation avec une plus grande sécurité.
SP, le 19 mai 2020.


Retour
E-Paper & Archives

Cette semaine dans Agri

 

Prix du marché

Chaque semaine, suivez l'évolution des prix du marché de la viande, en conventionnel ou sous label: bovins, porcs, ovins. Consultez aussi les prix de la vente directe, des marchés surveillés et de Proviande.

Conseil de saison

 

Le Conseil de saison est disponible dès le mercredi avant publication sur notre site internet pour les abonnés.  

Voyages

De la Géorgie au Pérou, Agri propose trois voyages dès la fin de l'été, de quoi rêver! Inscrivez-vous jusqu'au 30 juin pour celui de la Géorgie.

Agri - Hebdomadaire professionnel agricole de la Suisse Romande
Site web réalisé par www.webexpert.ch

Actualités

Cette semaine

Dossiers

Prix du marché

Photos

Vidéos

Archives

Voyages

A table

Boutique