Logo

Cultures

Production. Peu de restrictions pour l’agriculteur suisse dans le choix de ses cultures

Lorsqu’une espèce est inscrite dans le catalogue des variétés de la Suisse ou de l’Union européenne, elle peut être cultivée dans nos campagnes. Elles doivent passer plusieurs tests avant de pouvoir figurer dans ce catalogue.


Sarah Deillon

Sarah Deillon

8 février 2024 à 09:41, mis à jour à 09:45

Temps de lecture : 4 min
Sitôt qu’une espèce est enregistrée dans l’un des catalogues des variétés de la Suisse ou de l’Union européenne, elle peut être mise en place en Suisse.
Sitôt qu’une espèce est enregistrée dans l’un des catalogues des variétés de la Suisse ou de l’Union européenne, elle peut être mise en place en Suisse.S. Deillon

Peut-on choisir de cultiver en Suisse tout ce que l’on veut? D’un point de vue purement légal, l’agriculteur dispose de passablement de libertés. "Dans le droit agricole, il n’y a pas de dispositions qui interdisent la culture d’un certain type de plantes. Les restrictions ne portent pas sur le choix des cultures mais plutôt sur la mise en circulation du matériel de multiplication. Dès le moment où une variété a été inscrite dans les catalogues des variétés de la Suisse ou de l’Union européenne, elle peut être cultivée", relève Olivier Félix, collaborateur de l’Office fédéral de l’agriculture (OFAG). Mais au-delà des aspects légaux, il faut aussi tenir compte de certaines contraintes techniques. Une variété inscrite dans un catalogue européen ne sera pas forcément adaptée aux conditions de la Suisse. "Concrètement, les exploitants sont libres de mettre en place une culture européenne peu développée sous nos contrées mais cela ne veut pas dire que cela fonctionnera", précise le spécialiste.

Quelques consignes

Cet article vous intéresse ?

Abonnez-vous dès maintenant pour accéder à tous nos articles et médias.

Les bonnes raisons de s’abonner

  • Accès illimité aux contenus réservés aux abonnés

  • Accès au journal numérique dès 5h

  • Livraison à domicile chaque vendredi


Déjà abonné(e) ? Se connecter

Dans la même rubrique

Cultures

Production biologique. Tirer parti de la culture herbagère

Le respect du label Bio Bourgeon nécessite une surface minimale d’herbe sur le domaine, ainsi que l’achat exclusif de fourrages issus d’une exploitation Bourgeon Suisse. Même sans activité d’élevage, la production de fourrages occasionne de grandes possibilités de revente.