Logo

C’est la vie

Reynald Parmelin. Plus de 30 ans de passion

Il y a 30 ans, La Capitaine passait en bio. Le domaine viticole de Gland (VD) est le premier sur le canton de Vaud. Le pionnier Reynald Parmelin revient sur les aventures de sa fameuse bouteille bleue.

Le vigneron Reynald Parmelin accoudé au «C» de l’inscription «La Capitaine», installée sur le domaine.P. Clerc

Pauline Clerc

Pauline Clerc

2 juillet 2024 à 08:44

Temps de lecture : 3 min

Pour Reynald Parmelin «être en bio, c’est toujours chercher le défi suivant». À la tête du domaine viticole La Capitaine, dans les hauts de Gland (VD), le vigneron ne manque pas d’audace. Représentant de la 8e génération d’une famille d’agriculteurs de la région, il a su casser les codes et jouer de la tradition. En 1990, il devient, à 24 ans, un très jeune patron. Ses nombreux voyages, en Australie, aux États-Unis et en France, l’inspirent. Il y rencontre des producteurs bio et veut se lancer dans l’aventure. «J’ai compris qu’on pouvait produire en se passant de chimie.»

« Le vin, c’est avant tout du plaisir! »

Le jeune Vaudois entame plusieurs essais. «Au niveau du goût, je voulais faire aussi bien que les conventionnels, voire mieux! Le vin, c’est avant tout du plaisir!» Quant à la technique, il y a d’abord plusieurs inconnues. «À l’époque, il n’y avait pas de centre de conseils spécialisés. Nous nous sommes rencontrés avec d’autres producteurs de toute la Suisse pour échanger sur nos astuces et nos méthodes. Ces échanges ont été très enrichissants et nous ont permis de nous fédérer.» Tant et si bien que Reynald Parmelin se retrouve à la commission viticole de Bio Suisse où il rencontre des homologues suisses allemands.

Cet article vous intéresse ?

Abonnez-vous dès maintenant pour accéder à tous nos articles et médias.

Les bonnes raisons de s’abonner

  • Accès illimité aux contenus réservés aux abonnés

  • Accès au journal numérique dès 5h

  • Livraison à domicile chaque vendredi


Déjà abonné(e) ? Se connecter