Logo

Suisse

Chambre valaisanne d’agriculture. Se battre pour des prix «impératifs» en lieu et place des prix indicatifs

Parmi les dossiers suivis par la Chambre valaisanne d’agriculture, les prix à la production et le soutien aux producteurs ont retenu l’attention des membres présents à l’assemblée annuelle.

Pierre-Yves Felley (à gauche), directeur de la CVA, s’entretient avec son président Willy Giroud.P.-A. Cordonier

Pierre-André Cordonier

Pierre-André Cordonier

4 avril 2024 à 11:57, mis à jour le 5 avril 2024 à 15:45

Temps de lecture : 5 min

La révolte agricole a marqué les esprits. Le président de la Chambre valaisanne d’agriculture (CVA) Willy Giroud a ouvert l’assemblée des délégués de la CVA le 27 mars en saluant l’engagement et l’aplomb des jeunes producteurs suisses et valaisans lors des dernières manifestations, ainsi que l’importance de leurs revendications, qui ont déjà reçu un écho à Berne. La CVA a organisé une table ronde en fin d’assemblée, réunissant des jeunes du comité Action agricole Valais et un représentant de la distribution (lire ci-dessous).

Et d’appeler la branche à davantage de cohésion afin de demander non plus des prix indicatifs, «jamais tenus», mais des prix «impératifs» pour les produits agricoles. Afin d’assurer l’efficacité des négociations sur les prix, les personnes représentant la production ne doivent pas être liées à des intérêts en concurrence avec celui des producteurs.

À noter l’intervention de Mathias Delaloye, président du Grand conseil valaisan. Le jeune œnologue à la tête de la cave familiale a témoigné de sa recherche d’emploi à la sortie de sa formation à Changins. «On m’a proposé dans ma branche un salaire mensuel de 3900 fr., alors que comme chauffeur poids lourd, il était question de plus de 5000 francs.»

Cet article vous intéresse ?

Abonnez-vous dès maintenant pour accéder à tous nos articles et médias.

Les bonnes raisons de s’abonner

  • Accès illimité aux contenus réservés aux abonnés

  • Accès au journal numérique dès 5h

  • Livraison à domicile chaque vendredi


Déjà abonné(e) ? Se connecter

Dans la même rubrique

Suisse

Genève. Le local et le bio au cœur de la ville

Avec le lancement du magasin So. bio So. local, le Cercle des agriculteurs de Genève et environs (CAGE) entend rapprocher les produits genevois et le label GRTA de la population afin de contrecarrer la baisse de fréquentation des magasins de ferme.

Gestion des cookies

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer votre expérience. Vous pouvez personnaliser l'utilisation des cookies à l'aide du bouton ci-dessous.