Logo

Terre d’Elle

Formation. La paysanne en métamorphose

Une première rencontre en Romandie a été organisée pour réfléchir au futur format de la formation menant au brevet.

Des visions partagées sur la définition de la paysanne cohabitent.M. Romanens

Martine Romanens

Martine Romanens

5 juin 2024 à 11:30, mis à jour à 11:47

Temps de lecture : 5 min

Qui est la paysanne ou le responsable de ménage agricole formé? Une coexploitante, une personne issue d’une autre filière candidate à la reprise familiale, une spécialiste en comptabilité et ressources humaines, le gestionnaire d’une branche de production, la revalorisatrice des produits de l’exploitation ou une épouse contrainte par le décès de son mari? La définition n’est pas simple et ce statut particulier intrigue.

Un règlement commun pour le champ professionnel

À la suite de celui des formations de base, le règlement des formations supérieures doit être revu tous les cinq ans. C’est la loi qui l’exige. Dans l’agriculture, le processus vient de débuter. Le 28 mai dernier, afin d’élaborer une proposition, l’Association romande des paysannes professionnelles a mis sur pied un atelier organisé de concert avec quelques responsables de la formation. Une trentaine de personnes – enseignants, paysannes mais aussi présidentes cantonales – s’y sont projetées vers le futur afin de remodeler un brevet que d’aucuns estiment aujourd’hui trop genré.

Cet article vous intéresse ?

Abonnez-vous dès maintenant pour accéder à tous nos articles et médias.

Les bonnes raisons de s’abonner

  • Accès illimité aux contenus réservés aux abonnés

  • Accès au journal numérique dès 5h

  • Livraison à domicile chaque vendredi


Déjà abonné(e) ? Se connecter