Logo

Politique agricole

Société. La révolte des agriculteurs rencontre un écho chez les paysans suisses

Ce début d’année, la révolte gronde dans les milieux agricoles européens. En Suisse, depuis quelques jours, le vent semble se lever. Retour sur une semaine de révoltes paysannes.


Martine Romanens

Martine Romanens

2 février 2024 à 08:29, mis à jour à 15:39

Temps de lecture : 4 min
Un grand nombre de panneaux ont été retournés en Suisse romande.
Un grand nombre de panneaux ont été retournés en Suisse romande.DR

En Suisse, selon l’Union suisse des paysans (USP), les préoccupations agricoles sont mieux prises en compte. En janvier, on apprenait que la ristourne sur les carburants serait maintenue et une grande majorité du Parlement s’est prononcée en faveur du maintien au niveau actuel du budget agricole pour 2024. Pourtant, frustration, peur de la sanction, suffocation ou perte de sens sont des expressions qui tournent en boucle, en Suisse aussi. Retour sur une semaine plutôt agitée.

Vendredi 26 janvier. La révolte gronde dans les pays voisins et certaines revendications résonnent en Suisse: prix non rémunérateurs et surcharge administrative en tête. Le groupe "Révolte agricole suisse" a été créé il y a deux jours par Arnaud Rochat, agriculteur, à Bavois (VD). Son succès semble même surprendre son initiant. En l’espace de deux jours, plus de 1400 personnes sont abonnées. Au début, quelques photos de panneaux de localité retournées nourrissent le fil. «On marche sur la tête» semble s’imposer, ici aussi, en leitmotiv. Des actions pacifistes sont articulées: suspendre des bottes, tourner des panneaux et préparer des messages à installer au bord des routes.

Cet article vous intéresse ?

Abonnez-vous dès maintenant pour accéder à tous nos articles et médias.

Les bonnes raisons de s’abonner

  • Accès illimité aux contenus réservés aux abonnés

  • Accès au journal numérique dès 5h

  • Livraison à domicile chaque vendredi


Déjà abonné(e) ? Se connecter