Logo

Cultures

Diversification. Un Fribourgeois cultive de l’arachide

À Wünnewil (FR), Daniel Schaller s’est lancé dans la culture d’arachide. En 2023, sa première récolte de cacahuètes s’est écoulée très rapidement sans qu’il parvienne à satisfaire la forte demande.

Daniel Schaller a choisi de se lancer dans la culture des cacahuètes.V. Gremaud

Vincent Gremaud

Vincent Gremaud

14 juin 2024 à 00:01, mis à jour le 18 juin 2024 à 09:15

Temps de lecture : 3 min

Cultiver de l’arachide en Suisse, et pourquoi pas? C’est ce que s’est dit Daniel Schaller, de Wünnewil (FR), qui gère une exploitation mixte en agriculture biologique. «Je produis de l’ail depuis sept ans, mais les prix ont chuté et cette culture n’est aujourd’hui plus rentable», explique le maître agriculteur. «J’avais investi dans un séchoir pour l’ail et la cacahuète me permet de l’utiliser.» En 2023, le Singinois est donc devenu l’un des tout premiers producteurs d’arachide de Suisse, avec succès.

  • Après l’arrachage, la récolte des cacahuètes doit se faire à la main.Geraldine Kaelin

Cette plante est une légumineuse originaire d’une région allant du nord de l’Argentine au Mexique. Elle est cultivée principalement dans les zones tropicales et subtropicales, mais convient aussi au climat tempéré. La particularité de cette plante est qu’après la fécondation de ses fleurs jaunes, une pseudo-tige appelée gynophore pousse sous l’ovaire pour le conduire vers le sol et l’enterrer de quelques centimètres. C’est donc sous terre que vont se développer les fruits: des gousses oblongues renfermant les fameuses graines oléagineuses, les cacahuètes.

Cet article vous intéresse ?

Abonnez-vous dès maintenant pour accéder à tous nos articles et médias.

Les bonnes raisons de s’abonner

  • Accès illimité aux contenus réservés aux abonnés

  • Accès au journal numérique dès 5h

  • Livraison à domicile chaque vendredi


Déjà abonné(e) ? Se connecter

Dans la même rubrique

Cultures

Production biologique. Tirer parti de la culture herbagère

Le respect du label Bio Bourgeon nécessite une surface minimale d’herbe sur le domaine, ainsi que l’achat exclusif de fourrages issus d’une exploitation Bourgeon Suisse. Même sans activité d’élevage, la production de fourrages occasionne de grandes possibilités de revente.