Logo

Terre d’Elle

Grève des femmes. Des revendications aussi à l’attention de l’agriculture

Ce vendredi 14 juin marque la grève féministe en Suisse. Revalorisation du travail des femmes, ressources pour les soins aux tiers et respect au travail sont en point de mire.

Entre autres, la question de salaires équitables intègre les revendications du mouvement.IStock

Eve Ruch

Eve Ruch

14 juin 2024 à 00:00

Temps de lecture : 5 min

Les agricultrices et paysannes ont des avis divergents sur la grève féministe bien qu’elles aient toujours été en première ligne pour défendre les droits des femmes. À l’adresse de toutes les femmes, ce 14 juin, le mouvement de la grève des femmes revendique l’application de l’égalité salariale et une hausse de salaire ciblée dans les branches où les revenus sont bas ou moyens et la part de femmes importante. Une revendication partagée par l’Union des paysannes et des femmes rurales (USPF). «Dans l’agriculture, l’enjeu principal est d’augmenter la part des femmes rémunérées pour leur travail», explique Anne Challandes, présidente de l’USPF.

Les grévistes demandent par exemple des salaires minimums de 4500 francs par mois et de 5000 francs pour les personnes titulaires d’un certificat d’apprentissage. Un objectif qu’Anne Challandes peut comprendre, sur un plan idéal. «Cependant, dans l’agriculture, le premier défi est d’obtenir un meilleur revenu pour les chefs et les cheffes d’exploitation, ce qui permettrait d’assurer des conditions salariales standards aux membres de la famille et autres employés», tempère-t-elle.

Pas d’augmentation de l’âge de la retraite

Cet article vous intéresse ?

Abonnez-vous dès maintenant pour accéder à tous nos articles et médias.

Les bonnes raisons de s’abonner

  • Accès illimité aux contenus réservés aux abonnés

  • Accès au journal numérique dès 5h

  • Livraison à domicile chaque vendredi


Déjà abonné(e) ? Se connecter