Logo

Technique

Séchage. Des récupérateurs de chaleur rentables en grange

La ferme école de Grangeneuve est dotée de quatre différents séchoirs, dont les données démontrent la performance des récupérateurs de chaleur sous toiture.

Tous les nouveaux fenils en zone de non-ensilage devraient être équipés d’un récupérateur de la chaleur sous le toit, un système peu gourmand en énergie.V. Gremaud

Vincent Gremaud

Vincent Gremaud

27 juin 2024 à 00:00, mis à jour le 3 juillet 2024 à 09:29

Temps de lecture : 3 min

«Dans les nouveaux projets de construction, un récupérateur de chaleur sous le toit devrait faire partie de l’équipement de base pour tous ceux qui produisent du fourrage sec.» Spécialiste en production fourragère, Pierre Aeby, du secteur Agriculture de Grangeneuve l’assure: la récupération de chaleur sous toiture est rentable. «C’est le seul équipement qui permet de réduire la consommation d’énergie, tout en séchant efficacement.»

Inaugurée en 2021, la nouvelle ferme école de Grangeneuve est équipée de différents systèmes de séchage en grange, ce qui permet de récolter et comparer des données. Une première cellule est dotée d’un séchoir à air ambiant, mais en amont duquel peut se greffer un brûleur à pellets, à copeaux voire à mazout. Une cellule est équipée d’un échangeur de chaleur à eau chaude. Les deux dernières sont reliées à un récupérateur de chaleur sous toiture. L’une d’elles est, en plus, dotée d’un déshumidificateur.

Pierre Aeby, devant le séchoir doté d’un déshumidificateur.
Pierre Aeby, devant le séchoir doté d’un déshumidificateur.V. Gremaud

Cet article vous intéresse ?

Abonnez-vous dès maintenant pour accéder à tous nos articles et médias.

Les bonnes raisons de s’abonner

  • Accès illimité aux contenus réservés aux abonnés

  • Accès au journal numérique dès 5h

  • Livraison à domicile chaque vendredi


Déjà abonné(e) ? Se connecter