Logo

Suisse

Bio Suisse. Interdiction maintenue des fourrages importés

L’assemblée des délégués de Bio Suisse a refusé de réautoriser l’importation de fourrage, même limitée, pour les ruminants. L’organisation ne se positionne pas officiellement sur l’initiative Biodiversité.

Urs Brändli a été reconduit dans ses fonctions de président de Bio Suisse pour un nouveau mandat de quatre ans.V. Gremaud

Vincent Gremaud

Vincent Gremaud

19 avril 2024 à 09:30, mis à jour le 20 avril 2024 à 08:41

Temps de lecture : 6 min

Par 53 voix contre 36 et 8 abstention, l’assemblée des délégués de Bio Suisse a rejeté une motion de Progana et Bio Grischun qui demandait de réautoriser une part limitée de fourrages grossiers importés (au maximum 10% de la ration) dans l’affouragement des ruminants. Réuni le 17 avril 2024 au théâtre municipal d’Olten (SO), l’organe suprême de la faîtière des producteurs bios a donc choisi de ne pas assouplir la décision prise en 2018 de ne nourrir les ruminants qu’avec des fourrages et aliments indigènes.

Appliquée depuis le 1er janvier 2022, cette restriction a encore du mal à être acceptée dans les campagnes. Avant le vote, les débats ont, à nouveau, été nourris. «Alors que le marché est demandeur, des producteurs de lait ont quitté Bio Suisse à cause de ces normes»; a relevé Paul Ebnöther, de Bio Schwyz. «Nous avons de la peine à trouver des vaches pour nos alpages. À force d’être trop restrictifs, nos fromageries de montagne vont manquer de lait.»

Vice-président de Bio Grischun et signataire de la motion, Christian Bosshard a également plaidé en faveur d’un assouplissement: «Je demande à tous ceux qui ne se nourrissent pas exclusivement de denrées Bourgeon indigène de ne pas imposer à nos vaches un régime qu’ils ne suivent pas eux-mêmes!» Quant à Urs Brändli, président de Bio Suisse, il a expliqué pourquoi le comité recommandait aux délégués de rejeter cette motion: «Il faut adapter la taille du cheptel au potentiel de production fourragère de l’exploitation et non miser sur des importations pour compléter les rations.»

Cet article vous intéresse ?

Abonnez-vous dès maintenant pour accéder à tous nos articles et médias.

Les bonnes raisons de s’abonner

  • Accès illimité aux contenus réservés aux abonnés

  • Accès au journal numérique dès 5h

  • Livraison à domicile chaque vendredi


Déjà abonné(e) ? Se connecter

Dans la même rubrique

Suisse

Genève. Le local et le bio au cœur de la ville

Avec le lancement du magasin So. bio So. local, le Cercle des agriculteurs de Genève et environs (CAGE) entend rapprocher les produits genevois et le label GRTA de la population afin de contrecarrer la baisse de fréquentation des magasins de ferme.

Gestion des cookies

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer votre expérience. Vous pouvez personnaliser l'utilisation des cookies à l'aide du bouton ci-dessous.