Logo

Cultures

Sols. Recycler des éléments ligneux

Agroscope et l’Hepia testent l’épandage et l’enfouissement de résidus ligneux sur un champ à Changins afin de stocker du carbone, de restaurer la fertilité des sols et de gêner les mauvaises herbes.

Les chercheurs espèrent que les résidus ligneux épandus rendent les mêmes services que le bois raméal fragmenté (BRF).Géraldine Zosso, Agroscope

Pierre-André Cordonier

Pierre-André Cordonier

2 février 2024 à 11:05, mis à jour à 11:18

Temps de lecture : 4 min

L’utilisation du bois raméal fragmenté (BRF, broyat de jeunes rameaux ligneux et de feuillus) afin d’améliorer la fertilité des sols est une pratique encouragée par certains milieux agronomiques. Malheureusement, la matière première n’est pas encore disponible partout. "On y recourt par exemple en maraîchage ou en horticulture, mais les volumes pourraient manquer si ce procédé devait être généralisé en grandes cultures", explique Mario Fontana, à Agroscope.

La station agronomique s’est intéressée à une autre source possible. Elle conduit à Changins depuis 2022 et sur 3 ans en collaboration avec la Haute école du paysage, d’ingénierie et d’architecture de Genève (Hepia), une étude sur l’utilisation de résidus ligneux non raméaux issus de scieries ou compostières (lire ci-dessous), dans le cadre du projet Intrant financé par l’Office fédéral de l’environnement et le Service de coordination du soutien à la recherche forêt et bois en Suisse (FOBO-CH). L’avantage de ces sources est leur coût en principe faible à l’acquisition, en machines et en travail. Au final, les chercheurs espèrent disposer de recommandations pour la pratique agricole.

L’essai en plein champ a débuté avec du colza (2022), suivi par un engrais vert intercalaire, puis un blé d’automne, un choix imposé par la rotation. Les résidus ont été incorporés et/ou épandus à raison de 300 m3/ha, correspondant à une couche de 3 centimètres d’épaisseur. Lors du semis, un strip-tiller a été utilisé pour écarter les résidus ligneux des rangs afin que le colza ne soit pas gêné et que les résidus gênent les mauvaises herbes dans l’interrang.

Cet article vous intéresse ?

Abonnez-vous dès maintenant pour accéder à tous nos articles et médias.

Les bonnes raisons de s’abonner

  • Accès illimité aux contenus réservés aux abonnés

  • Accès au journal numérique dès 5h

  • Livraison à domicile chaque vendredi


Déjà abonné(e) ? Se connecter

Dans la même rubrique

Cultures

Production biologique. Tirer parti de la culture herbagère

Le respect du label Bio Bourgeon nécessite une surface minimale d’herbe sur le domaine, ainsi que l’achat exclusif de fourrages issus d’une exploitation Bourgeon Suisse. Même sans activité d’élevage, la production de fourrages occasionne de grandes possibilités de revente.