Logo

Cultures

Viticulture. L’exercice 2023 de Provins «n’est pas satisfaisant»

La société valaisanne Provins SA boucle ses comptes 2023 sur une perte de 4,7 millions de francs (1,2 million en 2022). Un résultat insatisfaisant selon le directeur de la cave Michel Charbonnet, qui envisage néanmoins l’avenir avec confiance.

Provins a adapté ses surfaces viticoles afin d’éviter une situation de stock trop important.iStock

ATS

ATS

3 mai 2024 à 11:12

Temps de lecture : 2 min

Provins doit trouver l’équilibre économique. Cela passe par le développement de ses ventes dans tous les secteurs du marché, par une adaptation de ses surfaces viticoles et par le redimensionnement de la structure de sa cave, indique Michel Charbonnet dans une interview diffusée vendredi 3 mai 2024 dans Le Nouvelliste.

L’assise financière de Provins est assurée par la coopérative Fenaco qui a racheté la cave en 2020. L’investissement consenti par l’actionnaire majoritaire «s’inscrit sur le long terme et nous restons sereins et confiants quant au développement futur», assure Michel Charbonnet.

Parts de marché perdues

Les ventes de vins valaisans ont progressé de 9% en un an, selon le quotidien valaisan qui cite les chiffres de l’Office fédéral de l’agriculture (OFAG). Au regard de cette statistique, Provins «a perdu des parts de marché», admet Michel Charbonnet.

En ce qui concerne les volumes de vin vendus en bouteille, «ils sont en baisse sur l’année 2023 alors qu’ils étaient en légère hausse en 2022. Nous travaillons constamment à étendre la vente de nos produits à travers tous les canaux de distribution et tout particulièrement le vin en bouteilles», souligne-t-il.

Nouvelle cave à l’étude

Provins a adapté ses surfaces viticoles afin d’éviter une situation de stock trop important. «En passant de 800 hectares en 2020 à près de 600 hectares en 2023, nous avons fait une bonne partie du chemin», estime le directeur de la cave. Ce chiffre pourrait encore évoluer «au gré des échéances de contrats de bail et de la restructuration naturelle du vignoble par le changement générationnel».

Michel Charbonnet précise encore que Provins veut construire une nouvelle cave qui remplacerait l’actuelle trop grande et trop coûteuse. «Nous sommes au début de la phase d’étude, mais il est clair qu’elle sera plus petite que celle d’aujourd’hui. Sa taille et son emplacement ne sont pas encore définis».

Tant que ce problème structurel ne sera pas résolu l’amélioration de la situation financière de la cave passera «notamment par l’augmentation du chiffre d’affaires et des marges».

Dans la même rubrique

Cultures

Production biologique. Tirer parti de la culture herbagère

Le respect du label Bio Bourgeon nécessite une surface minimale d’herbe sur le domaine, ainsi que l’achat exclusif de fourrages issus d’une exploitation Bourgeon Suisse. Même sans activité d’élevage, la production de fourrages occasionne de grandes possibilités de revente.