Logo

Suisse

Votations. Promouvoir les énergies vertes, c’est rejeter l’initiative biodiversité

Le peuple a accepté dimanche 9 juin la loi fédérale relative à un approvisionnement en électricité sûr reposant sur des énergies renouvelables. Selon l’Union suisse des paysans (USP), la mise en œuvre de cette loi dépend aussi du sort que réservera la population à l’initiative biodiversité en septembre.

Agri

Comm

Comm

10 juin 2024 à 08:52

Temps de lecture : 3 min

Le peuple suisse a accepté la loi fédérale relative à un approvisionnement en électricité sûr reposant sur des énergies renouvelables, contre laquelle un référendum avait été lancé. Il a ainsi exprimé sa volonté de promouvoir les énergies vertes pour garantir l’approvisionnement du pays en électricité. L’USP dit se réjouir de cette décision.

Dans un communiqué publié dimanche 9 juin, la faîtière souligne que «l’agriculture peut contribuer de manière significative à la production d’énergies vertes, si tant est que la protection des terres cultivables reste garantie». Pour ne pas compromettre la mise en œuvre de la loi pour l’électricité, il est nécessaire, selon l’USP, de rejeter l’initiative biodiversité, soumise au vote populaire le 22 septembre 2024. «Son acceptation ferait tomber l’application de la nouvelle loi, contrecarrant le développement des énergies renouvelables.»

Ne pas grever les caisses fédérales

En outre, la population a rejeté l’initiative d’allègement des primes. Soulagée, l’USP note que cette décision permet de ne pas grever les caisses fédérales de nouvelles dépenses liées élevées. L’Office fédéral de la santé publique prédisait que, en cas d’acceptation, l’initiative coûterait entre 3,5 et 5 milliards de francs supplémentaires par an à la Confédération et aux cantons. «Pour couvrir ces dépenses, il aurait fallu augmenter les impôts ou prendre des mesures d’économies dans d’autres domaines, comme l’agriculture», indique la faîtière.

Dans la même rubrique

Suisse

Genève. Le local et le bio au cœur de la ville

Avec le lancement du magasin So. bio So. local, le Cercle des agriculteurs de Genève et environs (CAGE) entend rapprocher les produits genevois et le label GRTA de la population afin de contrecarrer la baisse de fréquentation des magasins de ferme.

Gestion des cookies

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer votre expérience. Vous pouvez personnaliser l'utilisation des cookies à l'aide du bouton ci-dessous.