Logo

Lait

Industrie. Cremo essuie une nouvelle perte mais se dit confiant dans l’avenir

Cremo reste dans les chiffres rouges. Le groupe laitier fribourgeois a essuyé une perte nette de 20,3 millions de francs en 2023, contre 21,5 millions un an plus tôt. Il estime disposer de suffisamment de fonds propres pour continuer à investir dans le futur.

Agri

ATS

ATS

16 mai 2024 à 15:22

Temps de lecture : 4 min

«La perte est bien entendu encore trop importante», a reconnu jeudi 16 mai Georges Godel, président du conseil d'administration. «Mais elle est 40% moins élevée que celle de l’an dernier en tenant compte du revenu extraordinaire de 11,8 millions provenant principalement de la vente du site de Steffisburg (BE) en 2022», a précisé l’ancien conseiller d’État.

Toujours sur le plan comptable, le chiffre d’affaires s’est monté pour sa part à 525,2 millions de francs, en hausse de 2,4% ou de 12,3 millions, en comparaison annuelle. La marge brute a progressé de 8% à 147,9 millions et le résultat d’exploitation (EBITDA) a été multiplié par quatre et demi pour se fixer à 8,7 millions.

Métamorphose

L’exercice 2023 a été une année de «métamorphose», a noté l’entreprise qui traverse une phase difficile. Nombre de changements positifs ont été réalisés ou initiés, du renforcement du conseil d'administration et de direction à la concentration sur le cœur de métier, en passant par la professionnalisation de l’outil de gestion.

Des changements «importants» qui ont déjà influencé l’exercice 2023, notamment la productivité du groupe qui est le deuxième plus grand transformateur de lait en Suisse. Toutefois, ils ne déploieront leur «plein effet» que l’an prochain et en 2026, a assuré Cremo. La patience est donc de rigueur avant d’observer un net redressement.

L’entreprise a aligné la vision du conseil et la stratégie de la direction générale. Le débours de 2023 s’explique par une perte de 4 millions de francs due à la diminution de la demande de fromage et à la concurrence des importations à bas prix sur le marché national ainsi que par le franc fort qui a pénalisé les ventes à l’étranger.

Culture d’entreprise

L’arrêt des activités du site de Lucens (VD) a généré quant à lui un correctif de valeur négatif de 4,4 millions de francs, ce qui a augmenté en conséquence la perte 2023. Il a été aussi question de la capacité de Cremo à relever les défis, de l’engagement de son personnel et de sa résilience devant les changements.

«Le développement de la culture d’entreprise, l’amélioration de la communication ainsi que la modernisation et l’amélioration des conditions de travail contribueront à maintenir un état d’esprit positif et à renforcer la confiance», a détaillé Ralph Perroud, directeur général et ancien directeur de Fromage Gruyère.

Retour au bénéfice

Dans les années à venir, Cremo entend notamment continuer à optimiser son outil de production et à investir dans le marketing et le développement de marques ainsi que dans de nouveaux produits novateurs. «La transformation est en marche et rien ne l’arrêtera», a insisté Georges Godel lors de la conférence de presse.

L’ancien président du Conseil d’État et grand argentier du canton de Fribourg, âgé de 72 ans aujourd’hui, a ajouté avoir «pleinement confiance» dans l’objectif de retrouver des résultats positifs en 2026, «au plus tard».


Gestion des cookies

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer votre expérience. Vous pouvez personnaliser l'utilisation des cookies à l'aide du bouton ci-dessous.