Logo

Cultures

Récolte. Estimation de Swiss Granum pour 2024

Par rapport à l’année précédente, seule la surface de tournesol devrait augmenter, alors que les surfaces de la plupart des cultures de céréales panifiables et fourragères mais aussi de colza devraient diminuer. Une surface stable est attendue pour les plantes protéagineuses.

photo AGIR

Comm

Comm

25 mars 2024 à 11:47

Temps de lecture : 5 min

Pour l’interprétation des données, il faut tenir compte de la marge d’erreur de l’estimation et du fait que les répercussions de certains effets ne peuvent pas encore être évaluées définitivement, précise le communiqué de Swiss Granum publié vendredi 22 mars 2024. Fin février, la récolte de céréales panifiables (blé panifiable, épeautre, seigle, amidonnier/engrain, méteil) était estimée à 415 000 t, celle de céréales fourragères à près de 394‘000 t. La récolte de colza devrait s’élever à environ 83‘000 t et celle de tournesol à près de 19 000 t.

Céréales panifiables

La surface de blé panifiable devrait diminuer par rapport à l’année précédente selon les estimations. Ces dernières tablent actuellement sur une baisse de près de 2’450 ha (- 4.1%). La surface d’épeautre devrait diminuer d’environ 900 ha (- 10.6%), et une baisse est aussi attendue pour celle de seigle (- 2.8%). On s’attend aussi à un recul de la surface de céréales panifiables bios, leur part à la quantité totale de céréales panifiables étant estimée à 13.4% (2022: 14.2%). Par rapport à 2023, la surface de céréales devrait donc baisser d’environ 3’000 ha selon les estimations actuelles. Notons que certains effets comme les répercussions des semis de céréales en rangées espacées ne peuvent pas encore être évalués définitivement. La marge d’erreur de l’estimation des surfaces de céréales panifiables est élevée (+/- 1’750 ha) et doit absolument être prise en compte pour l’interprétation de ces premiers chiffres.

Concernant la part des classes de qualité du blé panifiable, on attend une nouvelle diminution des classes I et II en faveur de la classe Top. Avec 73.2% (2022: 64.0%), la classe Top reste la plus importante, suivi de la classe I avec 17.8% (2022: 25.6%) et de la classe II avec 8.9% (2022: 9.6%).

La variété Top Montalbano se trouve toujours à la première place des variétés de blé panifiable. Sa part aux ventes de semences de blé panifiable s’élève à 22.6% (2022: 21.8%) et sa part dans la classe Top reste inchangée à 34.1%. CH Nara reste le numéro deux de la classe TOP.

Campanile se classe à présent en tête de la classe I. Sa part aux ventes de semences de blé panifiable s’élève à 7.7% et sa part dans la classe I à 43.0%. On trouve ainsi aussi en 2024 sur chaque 3è parcelle de la classe TOP la variété Montalbano, pour la classe I, la variété Campanile se trouve dans deux parcelles sur cinq.

En tablant sur des rendements moyens, la récolte 2024 totale de céréales pour l’alimentation humaine est estimée à environ 424 000 t, dont environ 415 000 t sont des céréales panifiables (blé panifiable, épeautre, seigle, amidonnier/engrain, méteil). La quantité de céréales panifiables devrait ainsi dépasser légèrement le niveau de 2023. Pour des raisons de qualité, une quantité non encore déterminée ne pourra probablement pas être déclarée apte à la panification à la récolte et sera écoulée dans le canal fourrager. Cette quantité est actuellement encore contenue dans l’estimation.

Céréales fourragères/protéagineux

La surface de blé fourrager est estimée à 7’750 ha, soit une baisse de 8.9% comparativement à l’année précédente. La surface d’orge devrait diminuer de 2.0% (-3’200 ha), la surface de Triticale de 10.6% et la surface d’avoine de 8.8% par rapport à 2023. Notons que la surface d’avoine comprend aussi l’avoine destinée à l’alimentation humaine. La surface de maïs grain ne pourra être estimée que plus tard. Les surfaces de céréales fourragères bios devraient évoluer diversement.

Une baisse importante est attendue pour le blé fourrager bio (-63.7%), alors que les surfaces d’orge et d’avoine bio devraient rester stables. La surface de Triticale bio devrait augmenter légèrement. Globalement, les surfaces de céréales fourragères enregistrent une baisse de près de 4’900 ha (- 8.2%). La marge d’erreur de l’estimation s’élève à +/- 1’430  ha. Globalement, on s’attend à une récolte de céréales fourragères à environ 394 000 t. Cette estimation ne comprend pas la quantité de céréales panifiables éventuellement impropre à la panification. Celle-ci n’est pas encore quantifiable et dépend de l’évolution du climat et des conditions de récolte.

Les récoltes d’orge et de Triticale devraient être plus faibles que l’année précédente, alors qu’une quantité similaire est attendue pour le blé fourrager. La quantité de céréales fourragères bios devrait être plus grande qu’en 2023. Concernant le blé fourrager bio, on s’attend à quantité nettement plus faible, alors que la quantité de Triticale bio devrait augmenter.

Au total, la récolte de céréales fourragères indigènes devrait de nouveau être plus faible en 2024. Selon les premières estimations, la surface de protéagineux peut être qualifiée de stable en 2024. Cela vaut aussi pour les protéagineux biologiques. On attend néanmoins une récolte globalement plus importante qu’en 2023.

Oléagineux

La surface de colza devrait légèrement diminuer en 2024 (-2.7%). Vu l’augmentation de l’attribution du tournesol, une surface plus grande qu’en 2023 est attendue. Elle est estimée à environ 6’500 hectares (+ 2.6%). L’attribution est en revanche plus basse que l’année précédente pour le soja, et on s’attend à une diminution de la surface de soja de 9.3% à 2’800 hectares. Ce recul concerne surtout le soja non bio.

Au total, la surface d’oléagineux devrait légèrement baisser en 2024 ce qui est principalement dû à la diminution de la surface de colza. Quant à la surface d’oléagineux bio, elle devrait rester stable comparativement à 2023. La récolte d’oléagineux est estimée à environ 109‘000 t ce qui correspond au niveau de 2023. Les estimations tablent sur environ 83 000 t de colza, près de 19 000 t de tournesol et environ 6’800 t de soja. Une légère diminution de la quantité d’oléagineux bio est attendue par rapport à 2023.

Pour l’interprétation des chiffres ci-dessus, rappelons qu’il s’agit d’estimations provisoires ne constituant qu’un premier pronostic. Les données détaillées sur les ventes de semences de céréales de printemps ne sont pas encore prises en compte. Des informations plus précises pourront être données lors de l’estimation de la récolte à la fin mai.

Estimation des récoltes de Swiss Granum

La division Agristat de l’Union suisse des paysans procède à deux estimations des surfaces cultivées et des récoltes de céréales, d’oléagineux et de protéagineux de février à août sur mandat de swiss granum. Les chiffres des cultures biologiques sont également indiqués séparément dès 2021.

Les estimations sont basées sur les ventes de semences, sur des sondages effectués auprès de près de 1’000 producteurs de céréales et d’oléagineux ainsi que sur les résultats du relevé fédéral des structures agricoles.

D’autres paramètres, tels les conditions climatiques lors des semis, les lots de semences non utilisés ou les surfaces effectivement cultivées au cours des années précédentes, sont aussi pris en compte.

Dans la même rubrique

Cultures

Production biologique. Tirer parti de la culture herbagère

Le respect du label Bio Bourgeon nécessite une surface minimale d’herbe sur le domaine, ainsi que l’achat exclusif de fourrages issus d’une exploitation Bourgeon Suisse. Même sans activité d’élevage, la production de fourrages occasionne de grandes possibilités de revente.