Logo

Suisse

CTEBS. Améliorer la durabilité de l’élevage bovin

La Communauté de travail des éleveurs bovins suisses prend part à différentes initiatives pour réduire l’impact des vaches sur le climat. L’organisation a en outre renouvelé son administration.

Adrian Arnold et Daniel Flückiger, nouveaux membres de l’administration, le nouveau président Markus Gerber, le président du comité de direction Michel Geinoz, l’ancien président Reto Grünenfelder, Urs Vogt et Matthias Schelling, anciens membres de l’administration et du comité de direction (de g. à dr.).L. Pillonel

Ludovic Pillonel

Ludovic Pillonel

14 juin 2024 à 00:00, mis à jour le 17 juin 2024 à 08:02

Temps de lecture : 3 min

«Nous le savons et nous ne cessons de le répéter: l’impact des ruminants sur le climat a été massivement surestimé jusqu’à présent.» Président de la Communauté de travail des éleveurs bovins suisses (CTEBS), Reto Grünenfelder a adressé ces propos à un auditoire acquis à sa cause mardi 11 juin, lors de l’assemblée des délégués de l’organisation qui s’est déroulée à Zollikofen (BE). Malgré la conviction que la responsabilité des vaches concernant le changement climatique est surévaluée, la recherche de solutions pour diminuer leur impact reste d’actualité. Ainsi, le projet Taurus, lancé par l’interprofession suisse de la filière viande Proviande, est actuellement développé en collaboration avec l’Interprofession du lait et la CTEBS. Il porte sur le génotypage des veaux sur l’ensemble du territoire et le relevé d’autres phénotypes spécifiques, a expliqué Reto Grünenfelder.

Méthane sous la loupe

Le projet de sélection à émissions réduites de méthane CH4COW a quant à lui été présenté par Adrien Butty, responsable du département évaluation génétique de Qualitas AG. Il vise à développer des valeurs d’élevage concernant l’efficience du méthane pour les bovins suisses. «Nous sommes en train de tester, et si possible mettre en place, un échange de données pour pouvoir publier les valeurs d’élevage de Lactanet Canada pour les animaux Holstein suisses», relève Adrien Butty. D’autre part, 60 exploitations – 30 avec des Holstein et 30 avec des vaches de la race Brune suisse – vont être équipées de sniffers. «Nous avons l’intention d’installer ces appareils qui mesurent la concentration de méthane dans l’air dans des systèmes de traites automatiques mais aussi dans des distributeurs automatiques de concentrés. Nous allons lier ces données avec celles du système dans lequel ces appareils sont placés pour pouvoir dire quelle vache est présente à quel moment et nous ferons une extrapolation pour estimer une production de méthane journalière pour chaque animal», précise le collaborateur de Qualitas. La collecte des données sera effectuée en collaboration avec l’État de Fribourg, qui a également lancé un projet basé sur des mesures de méthane.

Cet article vous intéresse ?

Abonnez-vous dès maintenant pour accéder à tous nos articles et médias.

Les bonnes raisons de s’abonner

  • Accès illimité aux contenus réservés aux abonnés

  • Accès au journal numérique dès 5h

  • Livraison à domicile chaque vendredi


Déjà abonné(e) ? Se connecter