Logo

Animaux

Grands prédateurs. La restructuration des mesures de protection des troupeaux critiquée

Plusieurs organisations environnementales critiquent la restructuration des mesures de protection des troupeaux dans l’Ordonnance révisée sur la chasse. La mise en œuvre n’est pas suffisamment clarifiée et elle présente un potentiel d’amélioration, estiment-elles.

La protection préventive des troupeaux deviendra plus difficile selon plusieurs organisations environnementales.Agridea

ATS

ATS

11 avril 2024 à 15:47, mis à jour à 15:58

Temps de lecture : 4 min

La nouvelle ordonnance ne prévoit plus un encouragement uniforme des mesures de protection des troupeaux dans toute la Suisse, constatent jeudi devant les médias les organisations environnementales Birdlife, Groupe Loup Suisse, Pro Natura et WWF. Et de critiquer le fait que ce seront désormais les cantons qui décideront quelles mesures seront encouragées et à quel niveau.

Il en résultera une confusion chez les éleveurs, des taux de contribution différents pour les mesures et un possible tourisme de la protection des troupeaux. Les éleveurs pourraient inscrire leurs chiens auprès de collègues du canton voisin, parce qu’il y aurait plus de contributions.

Les cantons ayant plus de loups sur leur territoire seront favorisés dans la répartition des fonds, poursuit le communiqué. Avec moins de prestations pour les éleveurs d’animaux de rente dans les cantons où les loups sont peu présents, la protection préventive des troupeaux deviendrait plus difficile. La Suisse reviendrait ainsi à l’époque d’avant 2014, quand il n’y avait de soutien à la protection des troupeaux que dans les régions où le loup était présent, regrettent les organisations.

De même, les conseils en matière de protection des troupeaux ne seront plus donnés qu’aux exploitations d’alpage, selon les organisations environnementales. Cela désavantagerait les acteurs sans connaissances préalables sur le loup et la protection des troupeaux.

Utiliser le potentiel de protection des troupeaux

Un autre point critique est l’abandon de l’obligation d’un examen par la Confédération des chiens de protection des troupeaux. Des examens cantonaux plus simples seraient désormais possibles. Le manque de subventions pour l’élevage et la formation conduirait à l’utilisation de races inconnues, augmentant le risque d’incidents. L’acceptation des chiens de protection des troupeaux en serait compromise.

Les organisations environnementales voient au contraire dans la protection des troupeaux un potentiel important et inexploité. Selon elles, quatre alpages à moutons sur cinq n’ont pas encore de chiens de protection.

Or la majorité des attaques de loups ont lieu contre des troupeaux qui ne sont pas du tout protégés. Et quand elles surviennent malgré la présence de chiens de protection, c’est parce que les troupeaux sont insuffisamment bien gérés et répartis sur une trop grande surface, estiment-elles en réponse à la procédure de consultation.

La révision partielle de l’ordonnance sur la chasse et la protection des mammifères et oiseaux sauvages est en consultation ordinaire jusqu’au 5 juillet. L’ordonnance devrait entrer en vigueur le 1er février 2025.

Gestion des cookies

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer votre expérience. Vous pouvez personnaliser l'utilisation des cookies à l'aide du bouton ci-dessous.