Menu
 

Belles sur le ring, mais aussi rentables


La performance par jour de vie permet de définir au mieux la rentabilité des vaches. Parmi les anciennes championnes de Swiss Expo, certaines affichent de très bons résultats.


Dossier_swissexpo_0118


Le Palais de Beaulieu, à Lausanne, s’apprête à accueillir la crème de l’élevage bovin suisse et étranger. Swiss Expo ouvrira en effet ses portes mercredi 10 janvier. Durant quatre jours, les concours sur le ring se succéderont et les plus belles vaches des différentes races seront élues.

 

Celles qui seront désignées championnes ou qui se placeront sur les plus hautes marches du podium auront brillé par leur morphologie, leur allure ou leurs critères fonctionnels. Elles feront la notoriété et la réputation de leurs éleveurs et permettront de faciliter la vente de génétique, en Suisse ou à l’international.

 

Rentabilité avant tout

Avoir une championne dans son troupeau ne fait toutefois pas tout. La rentabilité de l’élevage laitier reste quand même en première ligne. Les éleveurs recherchent avant tout une vache saine, qui produit bien et longtemps. Les vaches réformées précocement le sont surtout pour des soucis de fertilité, de maladies de la mamelle, de santé des onglons, de métabolisme, de qualité du lait ou de performance insuffisante. Or, si elles ne produisent pas un certain temps, elles ne «paient» pas leur phase d’élevage.

 

Cependant, la longévité seule n’est pas pertinente pour juger de l’efficacité d’une vache, car les choix de sélection des éleveurs influencent aussi la durée d’utilisation des laitières. Par ailleurs, les conditions économiques (prix du lait et de la viande) peuvent aussi conduire à des réformes volontaires.

 

Performance par jour de vie plus pertinente

Aujourd’hui, d’après les spécialistes, le critère qui permet le mieux de définir l’efficacité ou la rentabilité d’une vache est la production de lait par jour de vie (ou performance par jour de vie). Cette valeur rassemble le niveau de production, la précocité et la longévité. Elle permet ainsi de prendre en compte la durée de la phase d’élevage durant laquelle la vache coûte sans encore rapporter, le niveau de production laitière et la durée d’utilisation.

 

Les éleveurs recherchent avant tout une vache saine, qui produit bien et longtemps
«C’est le plus pertinent financièrement», explique Timothée Neuenschwander, responsable recherche et développement chez Holstein Switzerland. «On peut dire qu’une vache qui dépasse vingt kilos de lait par jour de vie, y compris la période d’élevage et les phases de tarissement, est économiquement intéressante», indique le spécialiste. Ce sont des vaches qui ont une bonne fécondité, une bonne santé, une persistance élevée et une bonne productivité laitière. Pour les bêtes à haute productivité, une longue durée d’utilisation est en effet possible à condition que la gestion de l’affouragement et que la détention soient optimales, minimisant ainsi les problèmes sanitaires.

 

Championnes au top du style et efficaces

Parmi les anciennes championnes de Swiss Expo, plusieurs ont dépassé ou tutoyé cette barre des 20 kg par jour de vie, se montrant à la fois au top du style et efficaces. Agri propose ci-dessous une petite sélection de ces vaches parmi les élevages Holstein et Red Holstein romands et fait le point sur leur carrière. De quoi se mettre dans l’ambiance!
Elise Frioud, 5 janvier 2018
 
____________________
 
Programme des concours de Swiss Expo

Mercredi 10 janvier

Dès 9 h: ouverture du salonDès 14 h: showmanship des jeunes éleveurs
 
Jeudi 11 janvier
9 h-11 h 30: Simmental et Swiss Fleckvieh
13 h-15 h 30: Montbéliarde et Brune originale
19 h 15: choix de la championne suprême des races mixtes
19 h 45-21 h 30: Jersey
 
Vendredi 12 janvier
9 h-14 h: Brown Swiss
15 h-18 h: Red Holstein, génisses
18 h 30-22 h: Red Holstein, vaches
 
Samedi 13 janvier
8 h 30-12 h: Holstein, génisses
Dès 13 h: Holstein, vaches, puis élection de la championne suprême des races laitières
 
Juges
Simmental: Peter Brügger, Frütigen
Swiss Fleckvieh: Jan Jungen, Kiental
Montbéliarde: Vincent Wasser, Ependes
Jersey: Barclay Phoenix, Ontario, Canada
Brune originale: Alois Marty
Brows Swiss: Barclay Phoenix, Ontario, Canada
Red Holstein: Adam Liddle, Argyle, Etats-Unis
Holstein: Barclay Phoenix, Ontario, Canada
 
____________________
QUE SONT DEVENUES CES CHAMPIONNES?
 
 
Decrausaz Iron O’Kalibra a remporté Swiss Expo en 2012, 2013 et 2015, a été deux fois championne du monde et championne d’Europe. Elle a également été la première vache suisse classée Ex 97 3E. Décédée à 10 ans, elle a affiché une production totale de 93'945 kilos de lait soit 24,9 kilos par jour de vie. Des performances exceptionnelles pour une vache, certes pas propriété d’un Romand mais élevée en terres vaudoises par Frédy et Dominique Decrausaz, à Vuitebœuf. La bête a été vendue gestante de son deuxième veau. «A ce moment-là, je n’imaginais pas encore ce qu’elle allait faire», confie son éleveur qui se concentre aujourd’hui sur des croisements à quatre races pour obtenir des hybris F1 plus adaptées à une production au pâturageen été et à base de foin/regain en hiver.
 
 

Riedmuellers Champion Aspen, de son côté, affiche une production de 24 kg de lait par jour de vie. Elle a remporté Swiss Expo en 2007 alors qu’elle appartenait à Marc-Henri Mathieu, de Jussy (GE). L’éleveur l’a ensuite confiée à un ami pour se consacrer à la gardede génisses. Aspen a pu avoir une descendance prometteuse, notamment sa dernière fille issue de Seaver; elle a en revanche eu peu de succès en transfert d’embryon. La championne est décédée à l’âge de 10 ans. «Je l’avais achetée à l’âge de6 mois, déjà convaincu parson potentiel et sa morphologie, un de mes critères de sélection à l’époque. Aspen était une énorme vache, mais très forte dans ses membres et sa mamelle avec une attache arrière phénoménale. Aujourd’hui, les grandes vaches sont moins recherchées», commente l’éleveur.

 

 

Castel James Jolie, championne en 2009 et 2011, affiche une production par jour de vie de 20 kg. «Jolie est partie en Allemagne en 2013 pour la production d’embryons, mais elle a dû être euthanasiée en 2014 à l’âge de 9 ans, car elle ne portait plus», indique son propriétaire Michel Castella, de Sommentier (FR), qui ajoute que cette championne a de très bonnes descendantes parmi ses filles et petites filles. «J’ai rapidement vu que cette vache avait quelque chose et je n’ai pas été surpris de son parcours. Néanmoins, après ses titres, elle n’a pas eu un traitement particulier à l’étable. Sa bonne santé a permis d’exploiter son potentiel. Ce fut aussi le cas de Castel James Fleur, réserve 2005, qui a vécu jusqu’à 14 ans et a produit un taureau, CastelItter, une quarantaine de filles et une centaine d’embryons», indique l’éleveur.

 

 

Suard-Red Jordan Irene affiche une production par jour de vie de 22,6 kg. Une belle performance pour cette vache qui n’est pas montée sur la plus haute marche du podium de Swiss Expo, mais elle a remporté le championnat du pis en 2013 ainsi que la Confrontation européenne en 2013 et 2016. Elle a par ailleurs été élue plus belle Holstein mondiale en 2016. Malgré le développement de la génomique, Damien Schrago continue à tenir compte en priorité de l’ascendance des taureaux pour orienter les accouplements. Il cherche à élever des bêtes saines et productives. Il attache une grande importance à des mamelles et à des membres de bonne qualité. La mamelle d’Irene a justement été primée de nombreuses fois en concours. La championne n’a pas un traitement de faveur dans le troupeau.

 

 

Sam Kalinka a remporté Swiss Expo en 2009 et 2011. Toujours vivante, la bête affiche une production par jour de vie de 22,6 kg pour un total de 103 000 kg de lait produits. Elle appartient à Roger Frossard, des Pommerats (JU), qui possède également la championne Holstein en titre, Darling. Agée aujourd’hui de 12 ans et demi, Kalinka vit toujours dans le troupeau. La championne a vêlé huit fois et a produit des embryons, mais son propriétaire n’a pas souhaité exploiter à fond la vente de génétique malgré l’importante médiatisation apportée par les victoires à Swiss Expo. Le Jurassien, producteur de lait avant tout, sélectionne pour son exploitation des vaches rentables. Il apporte beaucoup d’attention à leur confort à l’étable. «Dans mon troupeau, trois bêtes ont passé la barre des 100'000 kilos», se réjouit-il.

 

 

La Waebera Acme Sublime, qui a remporté Swiss Expo deux fois de suite en 2012 et 2013, a atteint une production par jour de vie de 18,9 kg. Malheureusement, elle a dû être euthanasiée en 2015 à l’âge de 6 ans suite à un problème de santé. «Sublime a développé de l’arthrite dans une articulation. C’était une vache particulièrement grande, à l’époque nous manquions de place dans la stabulation... il n’était pas question de la faire souffrir», indique son propriétaire Michel Clément, au Mouret (FR). La championne a pu donner naissance à quatre veaux et faire plusieurs transferts d’embryons, certains ayant trouvé preneur en Allemagne et aux Pays-Bas. Parmi sa descendance, Michel Clément indique avoir de beaux animaux prometteurs. «Mais on ne sort pas une Subline tous les dix jours», admet le Fribourgeois.

EF, 5 janvier 2018

 

 

 

 

 

Prix du marché

Chaque semaine, suivez l'évolution des prix du marché de la viande, en conventionnel ou sous label: bovins, porcs, ovins. Consultez aussi les prix de la vente directe, des marchés surveillés et de Proviande.

Conseil de saison


 

Chaque semaine retrouvez notre Conseil de saison, en ligne dès le mercredi matin. L'accès est réservé à nos abonnés.

Voyages

Brochure PA 14-17

Politique agricole 2014-2017

Agri et l’OFAG proposent en libre accès un document PDF regroupant la série «Dossier PA 2014-2017» publiée du 1er novembre 2013 au 2 mai 2014.

Agri - Hebdomadaire professionnel agricole de la Suisse Romande
Site web réalisé par www.webexpert.ch

Actualités

Cette semaine

Dossiers

Prix du marché

Photos

Vidéos

Archives

Voyages

Boutique