Menu

Vaches à cornes: prise de position dans les cantons



Les organisations agricoles des cantons romands prennent position sur l'initiative populaire "Pour les vaches à cornes" soumise au peuple le 25 novembre prochain (photo d'illustration). 
 
AgriGenève, communiqué du 5 novembre 2018
Après un examen attentif du texte, le comité d’AgriGenève a décidé de recommander de voter non à cette initiative pour plusieurs raisons détaillés dans un communiqué publié le 5 novembre.
 
Premièrement, si une telle disposition pouvait légitimement trouver sa place dans la loi sur l’agriculture ou dans ses ordonnances d’application, elle ne l’a pas dans la constitution. 

Deuxièmement, le budget qui pourrait être alloué à cette mesure est estimé entre 15 et 30 millions de francs. Ce montant ne sera pas ajouté au budget agricole mais sera déduit d’autres mesures et contributions en lien avec le bien-être animal. C’est donc l’ensemble des éleveurs qui suivent des programmes en faveur de bonnes conditions de détention d’animaux de rente qui se trouvera ainsi pénalisé.

Aujourd’hui déjà, l’agriculture est soumise à une insupportable débauche bureaucratique et administrative, déplore le comité dans son communiqué. Or, la mise en application de l’initiative ne fera qu’accroitre ce problème.

Ensuite, la détention de vaches ou de caprins avec ou sans cornes, doit rester de la responsabilité des éleveurs, qui feront ce choix en considération d’aspects liés à leur propre sécurité et à celle de leurs animaux.

Pour terminer, de nombreuses études scientifiques ont cherché à savoir si des vaches ou des chèvres sans cornes seraient plus «malheureuses» que leurs congénères qui en sont dotées. Or, les résultats de ces études sont pour le moins contradictoires.

Sans s’opposer à un élevage de bêtes avec des cornes mais au regard des raisons évoquées plus haut, le comité d’AgriGenève recommande donc de voter non le 25 novembre à cette initiative. 
 

Prométerre, communiqué du 7 novembre 2018
Le comité de l’Association vaudoise de promotion des métiers de la terre encourage les citoyens à refuser un texte dont le contenu n’a rien à faire dans la Constitution suisse, selon le communiqué de l'organisation publié le 7 novembre.

Le comité de Prométerre recommande aux citoyens suisses de glisser un "non" dans l’urne au sujet de l’initiative dite «Pour la dignité des animaux de rentre», plus communément appelée «Pour des vaches à cornes». Les représentants des agriculteurs vaudois considèrent que des contributions dédiées exclusivement à un mode d’élevage particulier ne doivent pas être inscrites dans la Constitution fédérale. Au surplus, la manne financière – entre 15 et 30 millions - sera prélevée sur le budget agricole, au détriment d’autres mesures en faveur du bien-être animal.

Prométerre ne s’élève pas par principe contre l’élevage de vaches ou de chèvres avec des cornes, mais s’oppose à l’attribution de contributions, via la Constitution fédérale, qui favoriserait un certain mode d’élevage. Celui-ci, et la responsabilité qui en découle, doit rester la décision libre et consciente de l’éleveur. Les cornes que porte le bétail présentent un danger tant pour les agriculteurs que pour les animaux entre eux, en particulier lorsque les animaux sont détenus en stabulation libre, mode favorable à une détention plus proche de leurs besoins naturels.

Enfin, l’ajout d’une telle mesure augmenterait de manière significative les contrôles, ainsi que les tracasseries administratives, auxquelles sont déjà soumis que par trop les agriculteurs suisses, rappelle Prométerre dans son communiqué.
 

Chambre valaisanne d'agriculture, communiqué du 7 novembre 2018
La Chambre valaisanne d’agriculture (CVA) rejette l’initiative pour les vaches à cornes. Le 25 novembre, le peuple et les cantons se prononcent sur l’initiative populaire pour la dignité des animaux de rente agricoles (initiative pour les vaches à cornes). Le Valais a évidemment beaucoup d’affection pour les vaches à cornes. Malgré cela, la Chambre valaisanne d’agriculture rejette cette initiative.

Du point de vue de la CVA, une mesure aussi spécifique n’a pas sa place dans la Constitution fédérale. Si la politique agricole veut encourager l’élevage d’animaux avec des cornes, il suffit de prévoir une contribution spécifique dans l’ordonnance sur les paiements directs.

La CVA estime que chaque agriculteur doit décider librement s’il veut élever des vaches ou des chèvres avec des cornes. L’écornage des animaux de rente relève de considérations liées à la sécurité des autres animaux et des humains. Cette décision n’a rien à voir avec la dignité des animaux de rente.
 

Chambre d'agriculture du Jura bernois, communiqué du 12 novembre 2018
Les initiants préconisent le oui en estimant que le bien-être des animaux en serait amélioré. La Chambre d’agriculture du Jura bernois n’est pas du même avis. En raison, notamment, des blessures que les animaux s’infligent entre eux par l’intermédiaire de leurs cornes – ce qui n’est pas vraiment un signe de bien-être – mais aussi des accidents avec les humains, œil crevé, dents cassées, côtes cassées et plaies ouvertes ne sont malheureusement pas rares dans la profession.

Les agriculteurs respectent leurs animaux et ne sont pas des barbares. L’écornage se fait dans les premières semaines de vie du veau et sous anesthésie complète. Dans les écuries à stabulation libre, par ailleurs encouragées par les protecteurs des animaux, il est indispensable d’écorner pour éviter les meurtrissures, d’autant plus que la hiérarchie avec ses souffres douleur y existe aussi.

Elever des animaux avec ou sans cornes est et doit rester le libre choix de l’agriculteur. Une indemnité telle que voulue par l’initiative pourrait avoir sa place dans la loi sur l’agriculture, respectivement dans ses ordonnances d’application, mais pas dans la Constitution fédérale qui sert à organiser le fonctionnement de l’Etat.

Pour les raisons énoncées, la Chambre d’agriculture du Jura bernois vous invite à voter NON.
SP, 12 novembre 2018

Retour
E-Paper & Archives

Cette semaine dans Agri

 

Prix du marché

Chaque semaine, suivez l'évolution des prix du marché de la viande, en conventionnel ou sous label: bovins, porcs, ovins. Consultez aussi les prix de la vente directe, des marchés surveillés et de Proviande.

Conseil de saison


 

Les interventions de désherbage se terminent maintenant et reprendront au printemps, notre rubrique "Conseil de saison" aussi.  

Voyages

Le programme 2019


De mars à octobre, Agri propose à ses lecteurs quatre voyages qui les emmèneront des Îles Canaries (Tenerife et Gomera) à la Vallée d'Aoste, en passant par une croisière dans les Pays-Bas et une visite de la Bretagne. A vos agendas...

Pour en savoir plus...


Agri - Hebdomadaire professionnel agricole de la Suisse Romande
Site web réalisé par www.webexpert.ch

Actualités

Cette semaine

Dossiers

Prix du marché

Photos

Vidéos

Archives

Voyages

A table

Boutique