Menu

Une porcherie chinoise touchée par la peste porcine



Le premier cas de peste porcine africaine (PPA) en Chine a été diagnostiqué en juillet. L’exploitation touchée compte 383 porcs, dont 47 ont péri. C'est ce qu'indique le dernier Bulletin radar  publié le 9 août par l'Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV). (Image d'illustration)

La PPA se propage en ce moment principalement en Roumanie dans la population de porcs domestiques, et ce de façon massive. Au cours de la période sous revue, 336 foyers de PPA ont été annoncés chez les porcs domestiques dans les pays concernés, dont 274 en Roumanie, 32 en Pologne, 21 en Lituanie et 4 en Lettonie. L’Ukraine a annoncé 5 foyers.

Pendant cette période, 387 cas de PPA ont été annoncés chez des sangliers pour un total de 512 individus provenant des pays baltes, de Pologne, de Hongrie, de Roumanie et d’Ukraine.
 
Progression en été
Une augmentation du nombre de foyers de PPA pendant les mois d’été avait déjà été observée les années précédentes. Il est possible que cela soit lié à une intensification des activités agricoles (p. ex. récoltes, affouragement d’herbe ou de foin) ou à des contacts plus fréquents avec les sangliers.

En Roumanie, deux régions distantes de 500 km sont concernées (à l’est le delta du Danube et au nord-ouest Satu Mare). Comme pour les foyers annoncés en Hongrie et en Moldavie, cela pourrait être à mettre sur le compte de la proximité géographique avec l’Ukraine, où plusieurs foyers se sont déjà déclarés chez des porcs domestiques. Dans la partie roumaine du delta du Danube, deux foyers se sont déclarés dans de grosses exploitations de plus de 40'000 animaux appartenant à la même entreprise. L’épizootie a également été suspectée lors du contrôle des viandes. Dans l’exploitation, seuls quelques animaux présentaient des symptômes cliniques. En raison du faible taux de transmission entre les animaux, ce mode d’évolution de la maladie est typique dans les grandes exploitations porcines. Les produits d’abattage ont été envoyés en Italie, en Espagne et au Royaume-Uni. Ils ont pu être identifiés et détruits.

L’apparition toujours fréquente de nouveaux foyers chez les porcs domestiques en Pologne est liée à des mesures de biosécurité insuffisantes dans de nombreuses petites exploitations. La Pologne garantit un dédommagement financier pour la cessation d’activité des exploitations porcines qui ne peuvent pas ou ne veulent pas mettre en œuvre les mesures de biosécurité.

En juillet 2018, l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a publié une expertise sur la PPA chez les sangliers. Elle traite des différentes stratégies de prévention et de lutte contre la PPA dans la population de sangliers. La réduction et la stabilisation de la densité de sangliers y sont citées comme des moyens efficaces pour prévenir l’introduction du virus et combattre la maladie une fois qu’elle s’est introduite (dans une région). La surveillance passive, notamment des sangliers retrouvés morts, est la mesure la plus importante pour la détection précoce dans les régions indemnes de PPA.

Les conséquences en Suisse
Un foyer de PPA en Suisse aurait des conséquences dévastatrices pour la santé des animaux et pour le commerce. Il est donc primordial de prendre des mesures préventives afin de limiter le risque d’introduction de l’épizootie.

Le principal danger d’une nouvelle introduction en Suisse réside dans l’importation et l’élimination, à savoir l’utilisation pour alimenter des animaux, de produits à base de viande de porc ou de sanglier contaminés par le virus. L’OSAV a publié du matériel d’information sur la PPA dans plusieurs langues pour sensibiliser les différents groupes cibles.

Dans le cadre du programme national de détection précoce de la PPA chez les sangliers lancé fin mars 2018, les sangliers trouvés morts, les sangliers tirés parce qu’ils étaient malades et les sangliers accidentés font l’objet d’analyses à l’égard de la PPA. Depuis la publication du Bulletin radar de juin 2018, 14 sangliers ont été analysés dans le cadre du programme de détection précoce.

Il est demandé aux détenteurs de porcs de prendre les mesures d’hygiène nécessaires dans leur exploitation et, au besoin, de les optimiser. Les vétérinaires d’exploitation ont la possibilité de demander des examens d’exclusion de la PPA en cas de problèmes sanitaires d’origine incertaine. Depuis la parution du Bulletin radar de juin 2018, un examen d’exclusion à l’égard de la PPA a été effectué dans trois exploitations. Le contrôle des viandes joue également un rôle essentiel dans la détection précoce de la PPA.
OSAV, 10 août 2018


Retour
E-Paper & Archives

Cette semaine dans Agri

 

Prix du marché

Chaque semaine, suivez l'évolution des prix du marché de la viande, en conventionnel ou sous label: bovins, porcs, ovins. Consultez aussi les prix de la vente directe, des marchés surveillés et de Proviande.

Conseil de saison


 

Le Conseil de saison est publié en ligne toutes les deux semaines, le mercredi. L'accès est réservé à nos abonnés.

Voyages

Bâle et son terroir


Du 17 au 19 octobre 2018, les lecteurs-voyageurs d'Agri sont invités à découvrir l'agriculture du canton de Bâle dont l'emblème est le cerisier. Un pays de contraste où productions céréalière, viticole, fruitière et élevage se côtoient et où se fabriquent les fameux Läckerli et la Feldschlössen.

Pour en savoir plus...


Agri - Hebdomadaire professionnel agricole de la Suisse Romande
Site web réalisé par www.webexpert.ch

Actualités

Cette semaine

Dossiers

Prix du marché

Photos

Vidéos

Archives

Voyages

A table

Boutique