Menu

IG Bio se positionne pour le deux fois non



IG Bio s'oppose aux initiatives "Pour une Suisse libre de pesticides de synthèse" et "Pour une eau potable propre et une alimentation saine"IG Bio s'oppose aux initiatives sur les pesticides et l'eau potable. L'association regroupe tous les entrepreneurs actifs dans la chaîne de valeur du bio. Ces derniers s'engagent à réduire au strict minimum les résidus de pesticides dans les denrées alimentaires et les aliments pour animaux. Selon IG Bio, l'approbation des initiatives entraînerait notamment une hausse des importations (Photo: Pixabay).

A propos de l'initiative "Pour une Suisse libre de pesticides de synthèse", IG Bio estime qu'elle conduirait probablement à un degré d'autosuffisance plus faible en raison du rendement inférieur par hectare des produits biologiques. Par conséquence, elle déboucherait sur une augmentation globale des importations de matières premières et de produits transformés. En raison de l'augmentation des coûts de production, le désavantage concurrentiel des exportations suisses de produits conventionnels, déjà lié aux prix, serait encore aggravé, estime IG Bio.

Production nationale affaiblie
Les exportations diminueraient, ce qui entraînerait un affaiblissement de la production nationale de produits transformés et donc une baisse de la demande en matières premières suisses. Le tourisme d'achat augmenterait en raison de la hausse des prix intérieurs.

Pour IG Bio, l'initiative parlementaire "Réduire les risques de l'utilisation de pesticides", adoptée par le Parlement, qui fixe des objectifs de réduction spécifiques pour les pesticides, est plus indiquée. De son point de vue, ces objectifs offrent la souplesse et le pragmatisme nécessaires pour progresser efficacement vers l'objectif de réduction de l'utilisation de pesticides.

Utilisation de pesticides augmentée
L'initiative "Pour une eau potable propre et une alimentation saine" ne trouve pas davantage grâce aux yeux d'IG Bio. L'abandon complet des pesticides et l'obligation d'élever que le nombre d'animaux pouvant être nourris avec le fourrage produit sur sa propre exploitation poseraient en effet des défis majeurs, estime l'association.

Toujours selon IG bio, le fait de lier ces objectifs aux paiements directs aurait pour conséquence que de nombreuses exploitations abandonneraient le modèle des paiements directs parce qu'il deviendrait plus rentable pour elles de s'en passer. L'utilisation globale des pesticides pourrait non pas être réduite, mais augmentée.

En outre, le fait de lier les exigences aux paiements directs signifie que seule la production domestique serait affectée, et non les importations. Les producteurs suisses et étrangers ne seraient pas sur un pied d'égalité et les importations - notamment de produits conventionnels moins chers - augmenteraient.
ATS, le 6 avril 2021

Retour
E-Paper & Archives

Cette semaine dans Agri

 

Prix du marché

Chaque semaine, suivez l'évolution des prix du marché de la viande, en conventionnel ou sous label: bovins, porcs, ovins. Consultez aussi les prix de la vente directe, des marchés surveillés et de Proviande.

Conseil de saison

Conseil de saison

Le conseil de saison est désormais disponible dès le mercredi après-midi avant l'édition. Son accès est réservé aux abonnés.

Voyages

Découvrir la Grèce et son agriculture, les trésors de la Corse ou la Géorgie et son histoire légendaire: vous pouvez d'ores et déjà vous inscrire à ces trois premiers voyages concoctés pour les lecteurs d'Agri. Cliquez ici

Agri - Hebdomadaire professionnel agricole de la Suisse Romande
Site web réalisé par www.webexpert.ch

Actualités

Cette semaine

Dossiers

Prix du marché

Photos

Vidéos

Archives

Voyages

A table

Boutique