Menu

Deux interpellations sur l’obligation des pendillards



Le conseiller national fribourgeois Pierre-André Page (UDC) a formulé, lundi 13 septembre, deux interpellations auprès du Parlement au sujet de l’utilisation de pendillards pour l’épandage du lisier par les agriculteurs rendue obligatoire au 1er janvier 2022. L’élu demande une aide au financement et un délai supplémentaire (photo Agri). 

L’utilisation de techniques diminuant les émissions lors de l’épandage du lisier, communément appelées pendillards, sera obligatoire dès 2022 pour les agriculteurs. Une obligation qui divise le monde agricole et politique quant aux conséquences économiques et écologiques de l’utilisation de tels engins. 

Demande de financement
Pour Pierre-André Page (UDC), cette obligation engendre une «situation catastrophique pour une partie des agriculteurs, des dégâts importants à l’environnement, des problèmes organisationnels et financiers pour les exploitants, des questions de sécurité sur les routes comme des impacts financiers négatifs».

Le conseiller national dans sa première interpellation argumente notamment sur l’impact financier occasionné, surtout pour les exploitations familiales et de montagne. Il rappelle qu’une contribution de quelque 1100.- par exploitation pour les techniques d’épandage diminuant les émissions polluantes a été supprimée cette année et que ces coûts supplémentaires se répercuteraient sur le prix des produits et donc sur le consommateur. Il demande au Conseil fédéral d’accorder une aide financière aux exploitations pour se conformer à cette décision.

Le conseiller national pointe par ailleurs du doigt les dégâts importants à la nature et à l’environnement du fait de la lourdeur des machines qui pourraient nuire au sol, à la faune et à la biodiversité. Il qualifie cette décision «d’incompréhensible». 

Rupture de stocks
Selon Pierre-André Page, l’acquisition des machines est tout bonnement impossible dans les délais impartis pour certains agriculteurs. La décision du Conseil fédéral a occasionné une forte demande et donc des problèmes d’approvisionnement pour les constructeurs de pendillards qui auraient pris plusieurs années de retard. «L’agriculteur n'est pas responsable des ruptures de stocks liées à cette décision et à la pandémie qui sévit», précise-t-il.

Dans une deuxième interpellation, l’élu demande au Conseil fédéral de retarder l’entrée en vigueur de cette obligation afin de permettre aux exploitants de prendre les mesures nécessaires.
Agri, le 14 septembre 2021. 

Retour
E-Paper & Archives

Cette semaine dans Agri

 

Prix du marché

Chaque semaine, suivez l'évolution des prix du marché de la viande, en conventionnel ou sous label: bovins, porcs, ovins. Consultez aussi les prix de la vente directe, des marchés surveillés et de Proviande.

Conseil de saison

Conseil de saison

Le conseil de saison est désormais disponible toutes les deux semaines dès le mercredi après-midi avant l'édition. Son accès est réservé aux abonnés.

Voyages

Découvrir la Grèce et son agriculture, les trésors de la Corse ou la Géorgie et son histoire légendaire: vous pouvez d'ores et déjà vous inscrire à ces trois premiers voyages concoctés pour les lecteurs d'Agri. Cliquez ici

Agri - Hebdomadaire professionnel agricole de la Suisse Romande
Site web réalisé par www.webexpert.ch

Actualités

Cette semaine

Dossiers

Prix du marché

Photos

Vidéos

Archives

Voyages

A table

Boutique