Menu

Antibiotiques: les efforts des producteurs de lait



Les producteurs de lait recourent aux antibiotiques de manière réfléchie, afin de réduire au maximum la formation de germes résistants. L'an passé, des mesures concrètes leur ont permis d'accomplir d'importants progrès.
 
L'utilisation d'antibiotiques critiques a baissé de près de 30% et celle d'antibiotiques intramammaires de 54%, selon un communiqué de la Fédération des producteurs suisse de lait (FPSL) publié jeudi 8 novembre. De plus, l'ensemble du secteur de l'élevage porte une attention accrue à la question et réexamine scrupuleusement les systèmes de production, par exemple les concepts de détention. La FPSL soutient aussi les offres de médecines complémentaires en faveur de ses membres avec le même objectif. Elle appuie ainsi la stratégie Antibiorésistance Suisse (StAR) de la Confédération.
 
Des résistances aux antibiotiques peuvent se développer lorsque ceux-ci sont utilisés en trop grandes quantités et de manière inappropriée. Ce problème se pose tant dans la médecine humaine que dans le domaine environnemental et l'élevage. Pour le secteur de la production animale, les risques peuvent venir d'une utilisation inadéquate à la stabulation ou de la transmission de résistances en provenance du secteur humain, des animaux de loisir ou de l'environnement (par exemple les eaux, le fourrage, le trafic des voyageurs et les importations de denrées alimentaires). La problématique doit donc être abordée de manière globale.

Critère de différenciation avec l'étranger
La FPSL et ses organisations partenaires s'investissent pour que les antibiotiques ne soient utilisés que de manière très ciblée et responsable dans l'élevage bovin en Suisse. En outre, notre pays interdit l'utilisation d'antibiotiques pour accroître la performance depuis 1999, contrairement à d'autres pays extra-européens. La Suisse se démarque ainsi nettement de l'étranger.

La FPSL, les organisations de producteurs et les éleveurs soutiennent la stratégie nationale Antibiorésistance (StAR) de la Confédération. Cela se concrétise par un engagement dans les projets et activités suivants:
• mise à disposition de tous les producteurs suisses de lait d'un accès à prix réduit aux offres de médecines complémentaires grâce au sponsoring du service de conseil Kometian;
• collaboration avec le Service sanitaire veaux suisse (SSV) et promotion de nouveaux concepts de détention sur les exploitations laitières;
• cofinancement du projet "onglons sains" pour lutter contre la maladie de Mortellaro et la prévenir;
• mise à disposition d'un conseil de qualité en matière de traite;
• participation aux coûts d'analyses de lait;
• organisation de manifestations spécialisées;
• soutien financier à des projets de recherche

Assurer le bien-être animal
Une utilisation responsable des antibiotiques ne doit pas empêcher les producteurs suisses de lait de traiter les animaux malades rapidement et sans complications. Aucun animal ne devrait souffrir. Des antibiotiques ne peuvent en principe être obtenus que par le vétérinaire et administrés selon ses instructions. La formation et le perfectionnement à tous les niveaux revêtent également une importance cruciale. Ensemble, il est possible de garantir une utilisation responsable des médicaments.

Par ailleurs, conformément à la nouvelle loi sur les produits thérapeutiques, l'utilisation d'antibiotiques doit désormais être saisie pour chaque animal dans la base de données sur les antibiotiques récemment créée. Les producteurs suisses de lait soutiennent cette mesure qui entrera en vigueur en 2019, car elle assurera la transparence en ce qui concerne le recours aux antibiotiques.

Critères de santé dans l'élevage
Depuis quelques années, l'élevage laitier suisse collecte des données sanitaires, sous forme électronique depuis 2013. Aujourd'hui, elles sont concrètement intégrées aux calculs des valeurs d'élevage. Elles aident ainsi les éleveurs bovins suisses à s'orienter vers une plus grande pondération des critères de santé et de robustesse. La santé des animaux est un facteur primordial qui contribue à réduire l'utilisation de médicaments, et donc d'antibiotiques.
 
Les organisations d'élevage collaborent au sein de réseaux actifs pour atteindre ces objectifs. Ces efforts sont désormais largement facilités par les systèmes numériques modernes et les incitations à une saisie complète des données par les éleveurs. Les mesures zootechniques permettent de produire des animaux plus sains, qui ont à la fois une longévité accrue et un meilleur rendement.

Une problématique globale
Le secteur de la production animale ne peut pas résoudre à lui seul la problématique des résistances. Il est donc important que l'utilisation des antibiotiques soit optimisée, en médecine vétérinaire comme humaine. Les producteurs de lait poursuivent leurs efforts, conclut le communiqué de la Fédération.
SP, 8 novembre 2018

Retour
E-Paper & Archives

Cette semaine dans Agri

 

Prix du marché

Chaque semaine, suivez l'évolution des prix du marché de la viande, en conventionnel ou sous label: bovins, porcs, ovins. Consultez aussi les prix de la vente directe, des marchés surveillés et de Proviande.

Conseil de saison


 

Les interventions de désherbage se terminent maintenant et reprendront au printemps, notre rubrique "Conseil de saison" aussi.  

Voyages

Le programme 2019


De mars à octobre, Agri propose à ses lecteurs quatre voyages qui les emmèneront des Îles Canaries (Tenerife et Gomera) à la Vallée d'Aoste, en passant par une croisière dans les Pays-Bas et une visite de la Bretagne. A vos agendas...

Pour en savoir plus...


Agri - Hebdomadaire professionnel agricole de la Suisse Romande
Site web réalisé par www.webexpert.ch

Actualités

Cette semaine

Dossiers

Prix du marché

Photos

Vidéos

Archives

Voyages

A table

Boutique