Menu

140 ans de soja en Suisse



La quantité totale de soja produit dans le monde provient à 80 % des États-Unis, du Brésil et de l’Argentine. En matière de protéines, l'Europe et l'Asie sont donc tributaires de ces pays de manière considérable. La Suisse montre comment réduire cette dépendance et créer des plus-values.

Friedrich Haberlandt, professeur autrichien de culture des végétaux, a été le premier à cultiver le soja en Europe. Jusqu’à sa mort en 1878, il a tenté de le cultiver dans de nombreuses régions d’Europe. Le professeur Felix Anderegg, originaire de Coire et à qui le professeur Haberlandt avait donné 50 graines de soja jaune et 50 graines de soja brun pour qu’il les teste, a écrit dans son rapport: «Le gel survenu le 27 septembre a endommagé les feuilles de la vigne, du maïs, des légumineuses et des courges, mais a épargné celles du soja». Le professeur Haberlandt était convaincu du fort potentiel de cette plante à maturation précoce. Ses expériences ont montré que le soja s'acclimatait très bien à l’Europe centrale.

Quatre millions d’hectares
Il a cependant fallu attendre 140 ans après le décès du professeur pour que la culture du soja, en Europe et notamment en Suisse, prenne enfin son envol, une chose considérée pendant longtemps comme peu probable: au cours de ces six dernières années, la surface occupée par les cultures de soja européen est passée de deux à quatre millions d’hectares.
 
De manière analogue, nos importations de soja européen pour l’affouragement ont atteint plus de 40% de notre consommation totale en 2017, soit dix fois plus que quatre ans auparavant. «Le tournant protéique est une musique d’avenir pour l’Europe, mais une réalité pour la Suisse», se réjouit Matthias Krön, président de l’organisation Donau Soja. Cette organisation poursuit l'objectif d’approvisionner l'Europe en soja d'affouragement exempt d’OGM et issu à 100% d’une production responsable d’ici à 2025. Un tiers de la production devra provenir d’Europe. «Nous aimons prendre exemple sur la Suisse, car c'est là que la tendance du soja durable a pris», pour-suit M. Krön, soulignant ainsi le rôle de pionnier que joue le Réseau suisse pour le soja.

Soja responsable
Le Réseau suisse pour le soja fait en sorte que la Suisse continue sur sa lancée: du soja issu d’une culture responsable et exempt d'OGM est utilisé dans la production de viande, d’oeufs et de lait suisses. L’avance que connaît la Suisse est l’occasion pour tous les partenaires de la chaîne de création de valeur de se démarquer de leurs concurrents européens.
 
À ce jour, le Réseau suisse pour le soja compte 29 organisations membres. «La collaboration de la branche comme réponse aux problèmes écologiques et sociaux que pose la culture du soja est une source de plus-value pour toutes les parties prenantes et renforce le positionnement de l'industrie agroalimentaire suisse», explique Martin Rufer, président du réseau. «À l’avenir, nous voulons faire en sorte que le soja consommé dans notre pays soit issu uniquement d'une production responsable.»

Une amélioration permanente du positionnement de l’industrie agroalimentaire à travers la durabilité est aussi l’un des objectifs que poursuit la Confédération. À la lettre «d» du nouvel article constitutionnel 104a, il est en effet prévu que la Confédération crée des conditions pour des relations commerciales transfrontalières qui contribuent au développement durable de l'agriculture et du secteur agroalimentaire.
 
Adrian Aebi, vice-directeur de l’Office fédéral de l’agriculture, voit dans le Réseau suisse pour le soja un exemple à suivre afin de prendre des initiatives: «Des propositions de solutions volontaires émanant des acteurs du marché valent mieux que des interventions et des prescriptions de la Confédération. En voyant ce que réalise le Réseau suisse pour le soja, les autres marchés devraient en prendre de la graine».
SP, 22 juin 2018


Retour
E-Paper & Archives

Cette semaine dans Agri

 

Prix du marché

Chaque semaine, suivez l'évolution des prix du marché de la viande, en conventionnel ou sous label: bovins, porcs, ovins. Consultez aussi les prix de la vente directe, des marchés surveillés et de Proviande.

Conseil de saison


 

Les interventions sont terminées et reprendront au printemps, notre rubrique "Conseil de saison" aussi.  

Voyages

Ténérife et Gomera

Du 30 mars au 6 avril. Inscrivez-vous au prochain voyage Agri et découvrez deux îles remarquables de l'archipel des Canaries, Ténérife et Gomera, avec leurs secrets et leur beauté.

Pour en savoir plus...


Agri - Hebdomadaire professionnel agricole de la Suisse Romande
Site web réalisé par www.webexpert.ch

Actualités

Cette semaine

Dossiers

Prix du marché

Photos

Vidéos

Archives

Voyages

A table

Boutique