Menu
 

Les valeurs d’élevage des poulains sont désormais calculables en ligne


L’été dernier, la Fédération suisse du Franches-Montagnes a rendu public l’accès à son simulateur de valeurs d’élevage. Le programme se nomme «poulain virtuel».


AG 50 Dossier cheval 2 SG


La même question taraude autant les détenteurs de chevaux à titre professionnel que les éleveurs amateurs: comment déterminer l’étalon idéal pour ma jument? La Fédération suisse du Franches-Montagnes (FSFM) a élaboré en collaboration avec le Haras national suisse (HNS) un programme qui calcule en quelques secondes les valeurs d’élevage d’un poulain Franches-Montagnes (FM) après mention de ses parents présumés. Ce simulateur se nomme «poulain virtuel» et est disponible en libre accès sur internet depuis la fin juillet 2020. Svetlana Erb, coordinatrice du stud-book FM, précise: «Avant la mise en ligne, les personnes intéressées au calcul contactaient la fédération pour obtenir les résultats. Désormais, nous espérons toucher un public encore plus large».

Une fois la page internet ouverte, il suffit d’entrer le nom de la jument en question et de choisir le bon sujet. La population de référence dénombre 8497 juments. Pour figurer sur la liste à choix, les juments doivent avoir eu au moins un descendant entre 2007 et 2019. Les femelles nées entre 2013 et 2017 sont référencées de base. Une jument née en 2011 qui n’a pas de descendant sera donc introuvable. A noter que les juments annoncées mortes ne sont pas répertoriées.

Les valeurs d’élevage évaluent la génétique
Une fois la jument mentionnée, les références des étalons actifs s’affichent. Chaque présélection d’un étalon dresse l’arbre généalogique du descendant potentiel et génère le calcul de ses valeurs d’élevage et de parenté.

Pour rappel, les valeurs d’élevage permettent d’évaluer la génétique d’un animal au moyen d’un indice calculé. Le chiffre détermine où se situe un individu par rapport à la population de la race. Pour les Franches-Montagnes, la valeur de 100 correspond au niveau moyen de la population. L’écart-type est standardisé à 20 points, ce qui signifie que les deux tiers de la population ont une valeur d’élevage comprise entre 80 et 120. Les indices qui se situent hors de cet intervalle traduisent une tendance héréditaire significative dans une direction.

Trouver l’étalon idéal
A Damvant (JU), à quelques pas de la frontière française, Chantal et Guy Juillard ont fait de l’élevage du Franches-Montagnes la spécialité de leur exploitation, le Clos Virat. Secondés par leurs trois enfants, ils gèrent un élevage de huit juments poulinières. Ils acquièrent également de jeunes recrues lors de leur sevrage. Ces dernières, tout comme leurs propres poulains, sont élevés et débourrés à la monte ainsi qu’à l’attelage par leurs soins, en vue du passage des tests en terrain (épreuves d’évaluation destinées aux jeunes chevaux de trois ans). L’élevage propose ses meilleurs sujets masculins en tant qu’élèves-étalons.

Les Juillard utilisent depuis plusieurs années le programme de la FSFM afin de choisir au mieux les étalons qui sailleront leurs poulinières. «Cet outil est un bon indicateur. Les valeurs d’élevage calculées nous confortent soit dans notre décision, soit remettent en question nos choix et amènent de nouvelles idées. Il nous est arrivé d’opter pour un autre étalon que celui initialement prévu en fonction des prévisions obtenues», note Guy Juillard. Son épouse rebondit: «Quelle que soit l’espèce animale, l’élevage repose sur le même principe, à savoir trouver le géniteur qui, de par ses points forts, comblera les lacunes de la mère». Dans le cas d’une grande jument, opter pour un étalon avec une valeur d’élevage inférieure à 100 équivaut à s’orienter vers le but d’élevage de la race, à savoir obtenir des chevaux de taille moyenne, c’est-à-dire comprise entre 150 et 160 cm au garrot à l’âge de trois ans. Pour faciliter les recherches des reproducteurs qui correspondent à des critères précis, le «poulain virtuel» prévoit le filtrage des étalons à choix en délimitant un seuil pour les valeurs d’élevage en question. Cette option est disponible pour la toise, mais également pour une série de paramètres supplémentaires, tels que les marques blanches, les performances ainsi que la consanguinité.

La consanguinité et le blanc avant tout
Pour Svetlana Erb, l’importance accordée à chaque paramètre calculé par le «poulain virtuel» dépend de l’éleveur. Elle remarque néanmoins que les résultats obtenus pour les marques blanches ainsi que les taux de consanguinité retiennent principalement l’attention. Les éleveurs du Clos Virat confirment: «Lorsqu’il y a l’ambition de faire du futur poulain un étalon approuvé, les valeurs d’élevage pour le blanc et le taux de consanguinité revêtent une grande importance». Bien qu’il n’en relève que de l’esthétique, le but d’élevage de la race préconise des chevaux avec peu de marques blanches au niveau de la tête et des membres. Ainsi, des valeurs d’élevage inférieures à 100 pour les critères liés au blanc sont appréciées.

Les chiffres obtenus du côté des valeurs de parenté peuvent quant à eux se refléter sur la santé du futur poulain. «La consanguinité est un paramètre important. En tenir compte permet notamment d’éviter de se retrouver avec un poulain chétif de naissance ou souffrant d’une malformation», souligne Guy Juillard. Actuellement, le degré de parenté moyen entre les étalons et les juments franches-montagnes s’élève à 14%, ce qui porte le taux de consanguinité des poulains à 7%. La faîtière de la race préconise donc de ne pas procéder à des accouplements qui amèneraient à excéder ces pourcentages.

Les indices ne font pas le cheval
Le «poulain virtuel» définit également des valeurs d’élevage portant sur les aptitudes du poulain à la monte et à l’attelage lors des tests en terrain. Chantal et Guy Juillard n’accordent que peu d’attention à ces résultats. «Les indices tels que le taux de consanguinité ou la valeur d’élevage qui concerne la toise reposent sur des bases mathématiques. En revanche, les notes données aux tests en terrain sont basées sur la perception humaine. La dextérité du cavalier ou du meneur influence le phénotype», souligne Chantal Juillard. Son mari renchérit: «De plus, les valeurs d’élevage qui retracent les performances des étalons aux tests en terrain sont très proches les unes des autres». Du côté de la FSFM, Svetlana Erb rappelle que les juges ont le devoir de faire abstraction du facteur humain. «Ils sont tenus de se concentrer uniquement sur les aptitudes du cheval mais, dès le moment où l’on juge et que l’on ne mesure pas, il y a toujours une part de subjectivité qui entre en jeu.» Elle ajoute que plus un étalon aura de descendants évalués, plus ses valeurs d’élevage seront fiables.

Reste que les valeurs d’élevage demeurent des estimations. Elles ne permettent pas de cerner définitivement la qualité d’un cheval. «Les indices ne font que situer un individu», conclut Svetlana Erb.
SG, le 11 décembre 2020

 

E-Paper & Archives

Cette semaine dans Agri

 

Prix du marché

Chaque semaine, suivez l'évolution des prix du marché de la viande, en conventionnel ou sous label: bovins, porcs, ovins. Consultez aussi les prix de la vente directe, des marchés surveillés et de Proviande.

Conseil de saison

Voyages

Malgré cette période difficile, Agri ne baisse pas les bras et propose à nouveau une série de voyages pour l'année qui vient, dont certains reportés de 2020. Cliquez ici pour un premier aperçu

Agri - Hebdomadaire professionnel agricole de la Suisse Romande
Site web réalisé par www.webexpert.ch

Actualités

Cette semaine

Dossiers

Prix du marché

Photos

Vidéos

Archives

Voyages

A table

Boutique