Menu
 

Réussir sa formation agricole malgré un diagnostic de dyslexie


Ils étaient 7 sur 80 élèves, en 2019, à demander des aménagements en vue de l’examen final du CFC agricole à Grangeneuve. Parmi eux des jeunes atteints de dyslexie pour qui le parcours s’avère difficile, mais loin d’être impossible.


Dossier formation dyslexiques


«Nous sommes de plus en plus confrontés à des élèves à besoins particuliers», commente Nicolas Bussard, enseignant de culture générale à l’Institut agricole de Grangeneuve (IAG). Parmi eux, figurent ces 8 à 10% d’élèves frappés de «troubles dys», une expression sous laquelle se rassemblent plusieurs troubles dont la dyslexie et la dysorthographie.
 
Difficultés mais qualités spécifiques
Afin de prendre conscience des perceptions d’un dyslexique, le site internet du journal Le Monde propose une animation: «Ce que voit un dyslexique en lisant». Evocateur. En difficulté dans le domaine de la lecture d’abord, le jeune en proie à de la dyslexie éprouve une forte peine à apprendre à écrire. Ni un traumatisme à la naissance, ni un choc psychologique, et encore moins une mauvaise éducation n’en sont à l’origine. Ces troubles ne se soignent pas ni ne se voient. Les élèves sont donc contraints de faire avec. Véritables handicaps physiques qui frappent des enfants à intelligence normale, les «troubles dys» sont identifiés par un diagnostic thérapeutique (neuropsychologue, logopédiste etc.). Ils peuvent générer de graves conséquences sur l’équilibre psychologique du jeune qui mènera souvent un parcours scolaire chaotique.

Il ne faut pas toutefois s’y méprendre, les «troubles dys» ne génèrent pas que des difficultés. Une grande endurance, assortie d’une motivation et d’une détermination tenace ont été recensées chez ces jeunes. Si la vie des enfants atteints de dyslexie ressemble souvent à un long parcours du combattant, qu’en est-il de leur formation professionnelle? Selon Philippe Luisier, enseignant et conseiller en orientation, qui intervient dans le film «La vie en dyslexie», produit par l’Association dyslexie suisse romande (ADSR), toutes les professions peuvent être envisagées, «même si le parcours professionnel risque d’être un peu plus sinueux». Un jeune au bénéfice d’un diagnostic de dyslexie mettra peut-être un an de plus pour terminer un apprentissage, ceci, d’ailleurs, en toute conformité avec la loi.

Mesures ciblées
Pour suivre les cours théoriques dans de bonnes conditions et en fonction de ses besoins, l’apprenti pourra bénéficier de mesures d’aides, pour autant qu’il les demande. La mise à disposition de temps supplémentaire (en principe, un tiers) est usuelle. Mais, «cette mesure n’est pas si simple à mettre en place», explique Philippe Girod, responsable pédagogique à l’Ecole d’agriculture du Valais. «C’est pourtant une des dispositions les plus utiles, ajoute Jacqueline Ansias, présidente de l’ADSR. car elle pallie la lenteur de la lecture et de la structuration de l’écrit.» Les consignes peuvent encore être lues à haute voix ou expliquées et l’orthographe est parfois exclue du comptage des points. L’ordinateur représente une aide que l’on couple avec l’utilisation de polices de caractères adaptées. 
 
Plusieurs logiciels, parfois gratuits, comme la reconnaissance vocale, contribuent à faciliter la rédaction. Les examens restent toutefois rigoureusement identiques. Et qu’en est-il de la formation des maîtres d’apprentissage? «Durant les cinq journées de cours à l’attention des nouveaux formateurs, nous leur fournissons des compétences méthodologiques», explique Stefan Dubach, doyen de la formation initiale à l’IAG, qui reconnaît que la spécificité des «troubles dys» n’est pas particulièrement abordée. «Nous avons essayé d’informer plusieurs organisations professionnelles, sans succès», rajoute Jacqueline Ansias. Le champ professionnel agricole n’a toutefois pas été contacté.

«Quand des problèmes se présentent, quels qu’ils soient, nous organisons une séance avec les parents, les patrons et les différents intervenants. Certains apprentis ont pu bénéficier, par exemple, de l’appui d’un coach, ce qui a grandement facilité la tâche», explique Laurent Guisolan, responsable de l’Office d’apprentissage du champ professionnel de l’agriculture et de ses professions, à Grangeneuve Mais lui aussi reconnaît que les «troubles dys» sont mal connus dans la réalité de la profession. En plus, «certains élèves pourraient bénéficier d’aides mais ne les demandent même pas.»
 
 
A l’école, on aménage au mieux

«A Grangeneuve, nous traitons tous les nouveaux arrivants sur un pied d’égalité, sans tenir compte de leur parcours scolaire antérieur», explique Nicolas Bussard. Les élèves sont soumis à un test d’entrée non éliminatoire. L’école peut ainsi très vite identifier certains problèmes et mettre en place des mesures, comme proposer de se rabattre, dans un premier temps, sur la voie de l’attestation fédérale de formation professionnelle. La proximité de l’Office d’apprentissage permet une meilleure communication. «Nous pouvons agir vite.» Dans le cadre de la formation initiale agricole, l’orthographe n’est pas éliminatoire pour les branches professionnelles. «Nous sommes à disposition pour corriger les productions écrites, comme le travail personnel d’approfondissement.» Des cours d’appui sont également offerts pour aider à apprendre ou s’organiser.

Revoir la théorie
«Nos élèves bénéficient tous de la possibilité de poser des questions sur les consignes d’examen et si un temps supplémentaire est accordé, il l’est pour toute la classe. Pourquoi stigmatiser le handicap?», questionne Philippe Girod. «En apprentissage, comme les élèves changent d’environnement et de contexte, certains ne veulent plus entendre parler d’aménagements et ils s’en sortent très bien!» En Valais, à la rentrée, quels que soient les antécédents, un nouveau diagnostic doit être posé pour pouvoir disposer de mesures de soutien. Philippe Girod évoque quatre axes qui, selon lui, contribuent à la réussite de la formation:

– la famille doit jouer cartes sur table et évoquer les difficultés du jeune à la signature du contrat;
– le patron doit pouvoir faire appel à des structures d’encadrement et être soutenu;
– les éléments théoriques doivent être repris dans la pratique (l’apprenti a un rôle essentiel de communication);
– le plan de formation doit être adapté de façon à ce que les matières soient assimilées par plusieurs biais (par exemple, l’apprentissage de la règle de trois ou les  bases des calculs professionnels).
 


sur le web

www.adsr.ch/films, La vie en dyslexies, réalisé par l’Association dyslexie suisse romande



 

 

E-Paper & Archives

Cette semaine dans Agri

 

Prix du marché

Chaque semaine, suivez l'évolution des prix du marché de la viande, en conventionnel ou sous label: bovins, porcs, ovins. Consultez aussi les prix de la vente directe, des marchés surveillés et de Proviande.

Conseil de saison

 

Le Conseil de saison est disponible dès le mercredi avant publication sur notre site internet pour les abonnés.  

Voyages

Du printemps à l'automne, de la Géorgie au Pérou, Agri propose quatre voyages en 2020, de quoi rêver! (Le voyage à Chypre a été annulé).

Agri - Hebdomadaire professionnel agricole de la Suisse Romande
Site web réalisé par www.webexpert.ch

Actualités

Cette semaine

Dossiers

Prix du marché

Photos

Vidéos

Archives

Voyages

A table

Boutique