Menu
 

Gare à la perte irréversible de l’ouïe


Lorsqu’une baisse de l’audition est constatée, aucune mesure ne peut être prise pour y remédier car la perte de l’ouïe est irréversible. Il est ainsi primordial de se protéger correctement.


Dossier_4621_santé


Lorsqu’une baisse de l’audition est constatée, aucune mesure ne peut être prise pour y remédier car la perte de l’ouïe est irréversible. Il est ainsi primordial de se protéger correctement.

 

En Suisse, les travailleurs exposés à du bruit supérieur à 85 décibels sont soumis à des contrôles réguliers afin de prévenir les maladies professionnelles et une perte précoce de l’audition. Il s’agit du seuil à partir duquel des dommages sur l’ouïe sont causés. La durée d’exposition influe également. La Suva estime que plus de 200 000 salariés sont concernés et pour les atteindre, elle utilise des audiomobils (lire ci-dessous). Ces bus reçoivent avant tout les jeunes jusqu’à 40 ans. «Les personnes qui fréquentent nos bus sont soumises à un test de l’ouïe mais il y a aussi un volet de prévention», explique Anja Zyska, cheffe du département médecine du travail de la Suva. Cette partie est très importante car même un employé confronté en permanence au bruit peut préserver son audition. Philippe Amstutz, collaborateur de l’audiomobil, prend exemple du forestier avec sa tronçonneuse. «S’il travaille sans protection, il sera presque sourd après 25 ans. Alors que s’il se protège systématiquement depuis le début, son audition sera la même après 30 ans.»

 

Protéger les paysans et leurs enfants

Malheureusement, seuls les agriculteurs qui travaillent en partie à l’extérieur de l’exploitation visitent l’audiomobil. «Les agriculteurs sont des indépendants, ils sont donc eux-mêmes responsables de leur sécurité», relève Philippe Amstutz. Toutefois, sur une ferme les sources de bruit ne manquent pas et les agriculteurs devraient se protéger, de même que leurs enfants. Le spécialiste constate que de jeunes employés qui se protègent bien sur leur lieu de travail présentent déjà une baisse de l’audition. «Les causes remontent donc à l’enfance. Il est essentiel de protéger les enfants sur les tracteurs, dans les ateliers mécaniques ou lors de travaux bruyants. Il faut comprendre qu’une fois que c’est endommagé, c’est irrémédiable. La cire, on peut l’enlever. Un tampon cassé, on peut souvent le réparer. Mais lors de la casse des petits cheveux dans l’oreille interne, on ne peut rien faire. Et il n’y a pas de génétique là-dedans, c’est vraiment mécanique.»

 

Perte pas remarquée


Pour le reportage, la personne qui se prête au test présente une bonne audition de l’oreille droite mais la courbe pour l’oreille gauche se situe en dessous du «standard» de l’âge. Même si elle entend encore tout ce qui se dit, cette personne trentenaire a une audition de l’oreille gauche proche de celle d’une cinquantenaire. Dans la discussion, il ressort que c’est justement dans la jeunesse que les dommages ont probablement été occasionnés. «Ce qui est dangereux, c’est qu’un jeune ne se rend pas compte de la baisse d’audition. Et s’il ne fait rien pour se protéger, l’écart continue de s’accroître», relève Peter Schnyder, collaborateur de l’audiomobil. Et Philippe Amstutz d’ajouter: «Une ouïe de cinquantenaire a 30 ans, ce n’est pas grave, mais si le jeune ne fait rien, à 60 ans, il aura peut-être l’audition d’une personne de 90 ans et un appareil auditif devient indispensable». Les courbes sont comparées à l’âge car une baisse progressive est normale. Les spécialistes estiment que leurs contrôles ne sont pas vains. «Quand on voit sur l’écran qu’à 20 ans on entend comme à 40 ans, ça fait réfléchir», souligne Peter Schnyder.

 

Consulter lors de doute

L’audiomobil pose un premier diagnostic et les courbes sont ensuite analysées par des médecins de la Suva, basés à Lucerne. Ils parviennent très bien à distinguer les pertes auditives occasionnées par des cas de maladies ou par le vieillissement naturel (perte des sons graves et aigus) des pertes auditives liées au bruit (fin de la courbe, perte des sons aigus). «Les petits poils sont comme dans un escargot et la perception de chaque fréquence se fait à un endroit différent. Lors d’une trop forte exposition sonore, ce sont les fréquences les plus aiguës qui se perdent le plus vite», explique Markus Rauch, qui travaille comme spécialiste ORL à Lucerne pour la Suva. Lorsqu’il est établi que c’est une maladie professionnelle, c’est la Suva qui prend en charge les coûts, notamment pour les appareils auditifs.

Markus Rauch et ses collègues consultent les courbes avec des écarts importants. Chaque année, ils parviennent en plus à détecter quelques anomalies non professionnelles. Outre le bruit, il existe en effet d’autres sources de détérioration de l’audition, comme des problèmes du nerf acoustique, des méningites ou encore certains traitements chimio thérapeutiques. Les otites à répétition peuvent aussi être une source de perte de l’audition. Pour ces personnes, la protection est encore plus recommandée car si elles perdent à la fois les sons aigus et graves, cela peut devenir compliqué. «Avec une baisse de l’audition, les personnes ont tendance à s’isoler. On ne pense pas assez au critère social», regrette Markus Rauch. Il conseille à ceux qui n’ont pas accès à l’audiomobil de se renseigner auprès de leur assurance de la possibilité de faire un contrôle, puis de le répéter trois à quatre ans plus tard pour voir l’évolution. En cas de problèmes, il tient à rappeler que les patients peuvent demander une aide à leur assurance. Le médecin recommande de consulter sitôt que l’on ressent une douleur, une baisse de l’audition ou un sifflement.

Sarah Deillon, 19 novembre 2021

 

____________________ 

DES CONTROLES AUDITIFS SUR LE LIEU DE TRAVAIL

 

Selon l’article 71 de l’Ordonnance sur la prévention des accidents et des maladies professionnelles (OPA), «L’employeur doit veiller à ce que les travailleurs auxquels s’appliquent les prescriptions sur la prévention dans le domaine de la médecine du travail soient soumis à des examens médicaux préventifs». Pour ce faire, la Suva utilise des audiomobils, des bus spécialement conçus pour eux qui se rendent tous les trois ans dans les entreprises. Les trois audiomobils circulent dans toute la Suisse de l’automne au début du printemps, puis elles se cantonnent aux alentours de Lucerne le reste de l’année afin de laisser la possibilité aux collaborateurs de pouvoir rentrer chez eux le soir. Ils résident en effet à l’hôtel le reste du temps.

 

Le jour du reportage, un audiomobil est en Suisse romande, à Tavannes (BE). Quatre collaborateurs y travaillent. Ils occupent des postes qu’ils permutent chaque jour. Une première personne s’occupe de la réception des visiteurs avec prise de la température, désinfection des mains et fourniture d’un masque neuf si besoin. Ce poste a été ajouté au début de la crise, trois personnes sont présentes en temps normal. Les clients sont reçus dans une petite salle d’attente, attenante à deux salles de consultation afin de pouvoir réceptionner deux personnes en même temps. Après avoir renseigné le technicien sur son parcours professionnel, ses antécédents médicaux, son âge, son exposition au bruit, sa façon de se protéger, etc. le visiteur s’installe dans une cabine insonorisée. Muni d’un casque sur la tête, il doit presser un bouton lorsqu’il entend un signal sonore. Au terme de l’exercice, des courbes sont établies et une première analyse est faite avec le technicien qui profite encore de présenter les divers moyens de protection à disposition.

Pendant ce temps, une quatrième personne se trouve à l’avant du bus et gère la partie administrative, comme la planification des tournées. Dans cet espace, se trouve aussi un lavabo, une machine à café et d’autres équipements qui leur permettent de passer une journée dans le bus. Le véhicule comprend encore de nombreux espaces de rangements extérieurs. Sur les deux côtés, se trouvent des petites trappes pour y disposer tout le matériel nécessaire: câbles, panneaux, sel, etc. et même un four à micro-ondes. Des prérequis sont nécessaires pour pouvoir installer le bus. L’équipe s’installe donc généralement aux abords d’une grande entreprise pour une semaine, ou plusieurs jours en tout cas, et les plus petites structures avoisinantes se déplacent. Il faut notamment une place plane, des places de parc pour les visiteurs externes, un accès aux WC et un raccordement électrique.

 

Employés et patrons davantage sensibilisés

«L’avantage de l’audiomobil, c’est que c’est nous qui nous déplaçons vers les gens et non l’inverse. Cela ne dérange ainsi pas trop le travail des gens. Certaines entreprises ronchonnent un peu mais elles acceptent toujours car elles se rendent compte que c’est une bonne chose», relève Philippe Amstutz. Des employeurs aimeraient même pouvoir envoyer tout le personnel mais seuls les collaborateurs exposés au bruit peuvent venir. La Suva dispose d’une liste de métiers concernés qu’elle envoie à l’avance aux entreprises.

Lorsqu’un employé ne prend pas de mesures et que la situation se dégrade trois ans après le constat du dommage, il reçoit une décision contractuelle avec des indications et une obligation de devoir se protéger. «Mais ce programme existe depuis 1971 et les conditions ont bien changé. Je pense que 90% des personnes se protègent maintenant», relève Peter Schnyder. Les entreprises sont aussi plus sensibilisées. Il est de leur ressort de fournir le matériel de protection adéquat et de surveiller que les employés les utilisent. «Un ouvrier ne va pas refuser un échafaudage. Cela doit être pareil pour les équipements de protection.»

SD, 19 novembre 2021

 



 

E-Paper & Archives

Cette semaine dans Agri

 

Prix du marché

Chaque semaine, suivez l'évolution des prix du marché de la viande, en conventionnel ou sous label: bovins, porcs, ovins. Consultez aussi les prix de la vente directe, des marchés surveillés et de Proviande.

Conseil de saison

Conseil de saison

Pause hivernale pour le Conseil de saison. Les abonnés pourront de nouveau avoir accès aux articles en ligne dès le printemps prochain.  

Voyages

Agri - Hebdomadaire professionnel agricole de la Suisse Romande
Site web réalisé par www.webexpert.ch

Actualités

Cette semaine

Dossiers

Prix du marché

Photos

Vidéos

Archives

Voyages

A table

Boutique