Menu
 

Le point sur les principales nouvelles règles concernant la circulation routière


La législation en matière de circulation routière fait régulièrement l’objet de modifications. Les dernières en date, sont entrées en vigueur ce printemps.


ag46_dossier _spaa


Depuis mai de cette année, les règles concernant le porte-à-faux avant, les poids sur les essieux moteurs d’un convoi ainsi que les normes pour le freinage des remorques ont évolué.
 
Porte-à-faux avant 
Le porte-à-faux à l’avant causé par des engins supplémentaires nécessaires temporairement sur des véhicules à moteur agricoles ou forestiers peut atteindre 5 m au plus, mesuré depuis le centre du volant. 

Pour les porte-à-faux à l’avant compris entre 3 et 4 m, des rétroviseurs latéraux grand angle sont nécessaires. Ceux-ci doivent présenter une surface de 500 cm2 chacun et être installés à l’horizontale. Le montage reculé des rétroviseurs assure une meilleure visibilité au conducteur; les rétroviseurs peuvent être reculés au maximum de 2,5 m du point le plus antérieur de l’outil porté. 

Lorsque le porte-à-faux à l’avant dépasse les 4 m, des systèmes caméras-moniteurs homologués sont nécessaires. Les caméras doivent être installées à l’avant, mais elles peuvent également être reculées au maximum à 2,5 m de l’avant de l’outil porté. De plus, lorsque le porte-à-faux à l’avant est supérieur à 4 m, au moins un feu de danger orange clignotant vers l’avant et les côtés doit être installé sur l’outil porté. Aucune indication sur le permis de circulation n’est nécessaire.

Ceux qui jusqu’à présent roulaient illégalement avec des outils portés à l’avant avec un porte-à-faux supérieur à 4 m peuvent désormais légaliser leur situation. Il ne faut cependant pas oublier que la charge admise sur l’essieu avant et la charge maximale des pneus ne doivent pas être dépassées.

Les véhicules qui jusqu’à présent circulaient avec des outils portés à l’avant avec un porte-à-faux de maximum de 4 m et avec des rétroviseurs latéraux d’une surface minimale de 300 cm2 peuvent continuer à rouler ainsi. Attention: les rétroviseurs montés à la verticale doivent être tournés à l’horizontale.

Poids d’adhérence 
Jusqu’à présent, les ensembles de véhicules avec une vitesse maximale de 40 km/h ne devaient pas respecter de poids minimal sur les essieux moteurs. En revanche, leur capacité de démarrage dans une côte de 15% devait être assurée. L’introduction d’un poids d’adhérence de 22% pour les ensembles de véhicules avec une vitesse maximale comprise entre 25 km/h et 40 km/h correspond à peu près à la capacité de démarrage dans une côte de 15%. La nouvelle règle n’est donc pas plus stricte et n’implique pas de perte de charge utile, en tout cas pas pour les personnes qui respectaient la loi.

Les personnes qui jusqu’à présent roulaient avec des chars à tourelles ou avec des remorques lourdes accrochées à des tracteurs légers auront intérêt à contrôler le poids d’adhérence. Les amendes en cas de dépassement du poids sont élevées. La charge maximale remorquable qu’un tracteur peut atteindre dépend directement de son poids. Si le poids d’adhérence de 22% n’est pas atteint, vous devez agir. Il existe différentes possibilités de s’y conformer. La (première) remorque doit transmettre une charge d’appui maximale au tracteur (poids sur le timon). On peut également lester le tracteur avec des contrepoids sur les roues, de l’eau dans les pneus, des contrepoids fixés au châssis, etc. Attention, le contrepoids frontal peut être délicat en l’absence de charge d’appui à l’arrière du tracteur.

Freins de remorque 
En raison de l’harmonisation avec les prescriptions européennes sur la construction et l’utilisation de remorques agricoles, les exigences envers les freins des remorques agricoles changent pour la Suisse. Ces dernières sont valables pour les véhicules tracteurs neufs et les remorques neuves. Elles sont rentrées en vigueur pour les tracteurs le 1er janvier 2018 et le 1er mai 2019 pour les remorques.

Globalement, cette nouvelle réglementation est connue par le fait que les remorques neuves proposées sur le marché comportent maintenant toutes une installation de freins (pneumatique ou hydraulique) à deux conduites. Mais pas uniquement! Les remorques de transport doivent disposer d’un régulateur automatique de la force de freinage dépendant de la charge (ALB) et les remorques de travail doivent disposer au moins d’un régulateur manuel à trois niveaux. Le frein de service doit avoir un effet minimum de 35% du poids des essieux (auparavant 34%) pour les remorques homologuées pour circuler à 30 km/h en Union européenne (UE). Pour les remorques qui répondent aux normes de l’UE pour 40 km/h, le frein de service doit avoir un effet minimum de 50% (auparavant 38%).

Les normes de freinage de l’UE ont des plages de tolérance nettement plus larges que les anciennes plages de tolérance suisses. En comparaison avec les tracteurs helvétiques, les tracteurs européens délivrent une pression moindre au coupleur de freinage pour une même efficacité de freinage. Si, quand le tracteur et la remorque sont neufs, le freinage (hydraulique ou pneumatique) et la sécurité s’en trouvent améliorés, la combinaison entre le neuf et l’ancien pourrait poser des problèmes. Par exemple, en freinage pneumatique, rien ne distingue une remorque neuve (freinage 50%) d’une remorque plus ancienne (38%), les raccords étant identiques. Mais, selon la situation, le chauffeur pourrait être surpris de la réaction de sa remorque. Pour le freinage hydraulique, on peut plus aisément distinguer une remorque nouveau système (à deux conduites) d’une ancienne (à une conduite). Par contre, tout n’est pas encore réglé officiellement dans le cas du freinage hydraulique, il faut attendre la prise de position de l’Office fédéral des routes concernant surtout l’attelage de remorques européennes à des tracteurs suisses.

Cependant, toutes ces discussions ne doivent pas occulter le but premier de ces nouvelles normes: la sécurité. A ce sujet, il faut relever qu’à la faveur de cette harmonisation, le frein à inertie (frein de poussée) est de retour, autorisé maintenant jusqu’à 8 tonnes de poids total. Cela est nettement négatif pour la sécurité, et les personnes tentées de s’engouffrer dans cette brèche feraient bien d’y réfléchir à deux fois.
Jean-Luc Jaton, SPAA, 15 novembre 2019

 

E-Paper & Archives

Cette semaine dans Agri

 

Prix du marché

Chaque semaine, suivez l'évolution des prix du marché de la viande, en conventionnel ou sous label: bovins, porcs, ovins. Consultez aussi les prix de la vente directe, des marchés surveillés et de Proviande.

Conseil de saison

 

Le dernier Conseil de saison est paru dans notre édition du 25 octobre. Il sera de retour au printemps 2020. 

Voyages

 

Du printemps à l'automne, de Chypre au Pérou, Agri propose cinq voyages en 2020, de quoi rêver! Attention: inscription jusqu'au 10 janvier 2020.

Agri - Hebdomadaire professionnel agricole de la Suisse Romande
Site web réalisé par www.webexpert.ch

Actualités

Cette semaine

Dossiers

Prix du marché

Photos

Vidéos

Archives

Voyages

A table

Boutique