Menu
 

Riche en protéines et tolérante au sec, la luzerne présente plusieurs atouts


La luzerne est un fourrage riche en protéines. Elle présente différents atouts dans un système fourrager.


Luzerne


Tout, tout, tout, vous saurez tout sur la luzerne, aurait-on pu intituler le cours organisé par Proconseil mardi 5 mars à Yverdon. Grâce à l’expertise de Philippe Dietschy de l’entreprise française Jouffray-Drillaud, les participants ont pu faire le tour de la culture.

La luzerne est une culture importante au niveau mondial. C’est même la première culture fourragère au monde avec 30?millions d’hectares cultivés. Elle est intéressante pour sa teneur en matière azotée: c’est la plante qui produit le plus de protéines à l’hectare. Elle joue donc un rôle dans l’autonomie protéique des exploitations en offrant une alternative au soja. Elle a aussi des bénéfices au niveau du sol en fixant l’azote et en le structurant grâce à sa racine pivotante. Enfin, elle se comporte très bien en conditions sèches.

La culture la luzerne peut s’envisager sous nos latitudes grâce aux variétés de type flamand, avec une dormance de 4 à 4,5 sur une échelle de 1 à 12. Ces variétés présentent un repos marqué en hiver mais sont très résistantes au froid, contrairement aux variétés cultivées en régions plus chaudes, sans arrêt de croissance mais sensibles aux basses températures.

La luzerne est une plante fourragère mais Philippe Dietschy a insisté: «il est important de la considérer et de la soigner comme une culture!». Le spécialiste a fait le tour des différents aspects à considérer.

Rotation
Dans une rotation, la luzerne est un très bon précédent pour les céréales. «Elle structure le sol et a un effet positif contre les mauvaises herbes», a confirmé Stéphane Deytard, agriculteur à Suchy (VD), qui cultive de la luzerne. La culture peut rester en place 2 à 3 ans; en revanche il ne faut pas revenir avant 5-7 ans sur la même parcelle pour éviter les risques parasitaires et sanitaires. De plus, les racines des plantes sécrètent des aflatoxines qui inhibent la croissance.

Semis
La luzerne s’adapte à la majorité des sols du moment qu’il n’y a pas de semelle de labour handicapant l’implantation du pivot. Le pH optimal du sol se situe entre 6 et 7. L’inoculation de rhizobiums sur les semences est recommandée: elle garantit un bon développement des nodosités et une meilleure captation de l’azote atmosphérique.   Le sol doit être fin en surface et rappuyé en profondeur. Le semis se fait à une profondeur de 0,5 à 1 centimètre et à une densité de 25?kg/ha. Le roulage après le semis favorise le contact sol/graine.

Fertilisation
La plante est autonome en azote mais gourmande en potasse et calcium. Les exportations doivent être compensées (30?kg/tonne de MS produite). Le phosphore est aussi important pour l’implantation et le développement. Deux oligo-éléments sont par ailleurs essentiels à l’activité des rhizobiums: le bore et le molybdène. Pour la fumure organique, préférer le fumier au lisier: l’azote rapidement disponible est superflu pour la plante.
 
Interventions
Le désherbage s’effectue dès le stade 3 feuilles vraies. Pour éviter les adventices, il convient d’être très précis dans l’implantation. Concernant les maladies et parasites, la luzerne est surtout sensible à la cuscute (parasite), aux nématodes et aux sitones, apions et phytonomes, des ravageurs. L’utilisation de semences certifiées, le nettoyage des outils, les variétés résistantes et le respect d’un temps minimal entre deux cultures permettent de prévenir les problèmes.
 
Production de fourrage
La luzerne produit 3 à 4 coupes pendant plusieurs années avec un potentiel de 15 à 18 t MS/ha/an. La durée optimale entre deux coupes est de 4 à 5 semaines. Il est conseillé de laisser fleurir la luzerne au moins une fois dans l’année: c’est au début de la floraison que les réserves sont maximales. Une fauche trop ras pénalise la repousse; il ne faut pas viser en dessous de 6 cm. Le moment de récolte est un compromis entre le rendement, la valeur du fourrage et la pérennité de la culture. «Le stade apparition des bourgeons floraux est un optimum», indique Philippe Dietschy.
   
Mode d’exploitation
L’essentiel de la valeur alimentaire et des protéines est concentré dans les feuilles. Elles sont par ailleurs mieux consommées que les tiges. Il est donc essentiel de les préserver. «La récolte doit avoir un objectif: conserver les feuilles», résume Philippe Dietschy.

La conservation sous forme d’ensilage, à 30% MS, est celle qui réduit le plus la perte des feuilles. Toutefois, elle est assez délicate. Il faut assurer une hausse rapide du taux de MS pour que la qualité soit sauvegardée. La conservation sous forme de foin est plus délicate. La faucheuse rotative ménage le plus les feuilles. Le fanage doit être délicat. En France, l’enrubannage est assez fréquemment pratiqué. Avec une teneur en MS de 45 à 55%, cette technique simple et sûre permet une bonne conservation des feuilles. Le faible temps de séchage, entre 2 et 4 jours, offre de la souplesse dans l’organisation des chantiers. «Cette technique convient bien pour une première coupe précoce. Attention toutefois au risque de perforation des balles», insiste le spécialiste français.
Elise Frioud, 15 mars 2019
 

 

E-Paper & Archives

Cette semaine dans Agri

 

Prix du marché

Chaque semaine, suivez l'évolution des prix du marché de la viande, en conventionnel ou sous label: bovins, porcs, ovins. Consultez aussi les prix de la vente directe, des marchés surveillés et de Proviande.

Conseil de saison

 

Le conseil de saison est accessible toutes les deux semaines, pour les abonnés, dès le mercredi précédant la parution.

Voyages

Escapade au Val d'Aoste

  

Du 16 au 18 octobre. Profiter d'une escapade de 3 jours dans la vallée d'Aoste, avec au menu découvertes culinaires et agricoles, dépaysement et plongée dans l’histoire et la géographie de cette région frontalière énigmatique.

Pour en savoir plus...


Agri - Hebdomadaire professionnel agricole de la Suisse Romande
Site web réalisé par www.webexpert.ch

Actualités

Cette semaine

Dossiers

Prix du marché

Photos

Vidéos

Archives

Voyages

A table

Boutique