Menu
 

L'oeuf bio suisse, champion du monde


Depuis la création du Bourgeon de Bio Suisse en 1981, la production d’œufs a connu une progression remarquable. En 2017, l’œuf Bio Suisse a atteint une part de marché de 27% dans le commerce de détail.


Oeuf bio


Depuis la création du Bourgeon de Bio Suisse en 1981, la production d’œufs a connu une progression remarquable. En 2017, l’œuf Bio Suisse a atteint une part de marché de 27% dans le commerce de détail.

La production d’œufs bio est en croissance. Elle a de nouveau augmenté en 2017, ce qui la porte à 17% de la production indigène. Cette progression nécessite chaque année la réalisation de nouveaux poulaillers bio. Un prix stable payé au producteur, qui couvre les frais de production, facilite la décision.

En 2016, 112 entreprises avicoles étaient certifiées Bourgeon et 48 poulaillers produisaient selon les directives bio fédérales. Plus de 160 poulaillers de 2000 pondeuses bio sont en activité et une petite dizaine en phase de démarrage, comme c’est le cas des deux poulaillers de Laurent Chaubert à Puidoux (VD).

Un projet de poulailler
Michel Chaubert, responsable de la production laitière jusqu’à sa retraite, peut être fier de remettre à son fils de 28 ans une exploitation agricole certifiée Bourgeon depuis 1996. Cette ferme bien équipée, d’une quarantaine d’hectares avec 30 Montbéliardes performantes, livre son lait pour du Gruyère AOP bio à la fromagerie de Palézieux (VD).

Son fils Laurent a suivi la filière complète de formation agricole pour obtenir en 2015 son diplôme de maître agriculteur. Une année d’apprentissage chez un agriculteur bio dans le canton de Zoug lui a permis d’être séduit par la production avicole, en particulier celle des œufs.
 
Maîtrise en poche, Laurent Chaubert démarre son projet par la visite de plusieurs élevages bio de 2000 pondeuses avant de faire son choix sur ses partenaires au niveau de la construction. Il obtient des données sur la commercialisation des œufs, ainsi que sur la fourniture des aliments. Les décisions résultent naturellement de la satisfaction des paysans aviculteurs visités, mais surtout de la qualité des bâtiments et de leurs installations. Globogal, concepteur du projet et fournisseur des équipements, a réalisé, en collaboration avec les entreprises locales et partenaires, les deux poulaillers en bois suisse fonctionnels permettant une productivité optimale des troupeaux. Avec une particularité: les portes à guillotine du poulailler sont équipées de chaînettes pour avertir de la fermeture imminente, le soir, de l’aire à climat extérieur, puis du jardin d’hiver.
 
Deux bâtiments
Les directives Bourgeon fixent l’effectif maximum à 4000 pondeuses réparties dans deux bâtiments de 2000 bêtes. Bien que la reprise du domaine vienne de se faire, le jeune aviculteur a fait ses calculs. Pour réduire le coût de production mais aussi les frais de transport pour la prise en charge des œufs, deux bâtiments s’imposent. Le premier bâtiment de 45m x 14m comporte un local de triage des œufs. Le second fait 35 x 14m. Chaque bâtiment est équipé d’un jardin d’hiver de 250?m2 et d’une aire de sortie de 100m2. Le troupeau a accès à un pâturage de 1,1 hectare. Les bâtiments ont été construits simultanément pour un coût total approchant 1?400?000?francs. Il faut encore compter le capital de roulement de 120?000?francs, destiné essentiellement à l’achat des poulettes bio. Les poulaillers bio coûtent plus cher car les exigences sont nettement plus élevées.
En mai 2017 les premières poules de 18 semaines prêtes à pondre jusqu’à 3600 œufs par jour sont arrivées à la ferme. Après 12 mois de ponte et un vide sanitaire, deux nouveaux troupeaux de poules, brunes pour l’un et blanches pour l’autre, entrent en production.

Prix des œufs stable
En Suisse la commercialisation des œufs bio est effectuée par Hosberg SA, pionnier dans l’œuf bio, qui effectue le transport et le conditionnement. Le rapport favorable entre l’offre et la demande assure un prix stable qui a augmenté de 0,4 centimes au 1er janvier 2018 soit un prix de 45,9 centimes par œuf. Les autres acteurs significatifs dans ce marché sont Ei AG, EICO (filiale de Frigemo/Fenaco), et Lüchinger Schmid (filiale de Micarna volaille).

L’alimentation des pondeuses bio est particulière. Selon les directives bio, elles doivent reçoivent 5% de l’aliment sous forme de grains bio adaptés, distribués au sol, normalement dans le jardin d’hiver. Dès 2018, 70% du soja utilisé doit être cultivé en Europe. En 2019 tous les aliments fourragers devront provenir d’Europe. Actuellement, 90% de l’aliment doit être conforme aux directives Bourgeon. Dès 2020 cette part passera à 95%. La tolérance de 5% de la part non bio concernera uniquement les protéines, nécessaires pour répondre aux besoins spécifiques des volailles.

Directives Migros
Dès 2018 Migros a décidé pour l’œuf bio de renoncer au soja comme source de protéine et d’augmenter de ce fait le prix d’achat de l’œuf bio de 1,2 centimes. Pourtant le soja durable provient uniquement d’Europe et c’est une source de protéine particulièrement appréciée des nutritionnistes dans la volaille. Par ailleurs, dès 2019, Migros a décidé de ne commercialiser plus que des œufs provenant d’élevages avec sorties en plein air. Les coûts de production et le prix des œufs ne seront certainement pas à la baisse au cours de ces prochaines années!
 

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Trois questions à Ruedi Zweifel, directeur d'Aviforum

La production totale d'œufs suisses a augmenté de 1.8 % en 2017. Qu'en est-il dans l'œuf bio et quelles sont les perspectives dans ce secteur ?

La progression des œufs bio est de 11 % en 2017. La demande en œufs bio continue  à se renforcer, ce qui permet à de nouveaux producteurs d'entrer en production.

Migros exclut pour l'instant le soja comme source de protéine pour la volaille bio, quel est votre avis sur cette mesure ?
Ce sont les commerçants qui fixent le profil de leurs produits et c'est finalement les consommateurs qui décideront jusqu'où ils veulent adhérer à ce concept de production.  
 
La productivité est-elle différente dans le bio? et la qualité des œufs?
La productivité dans la production bio n'est pas différente car les mêmes souches hybrides     sont utilisées dans les différents types de production. Il en va de même pour la qualité intrinsèque  des œufs.
Propos recueillis par Claude Henchoz

 

E-Paper & Archives

Cette semaine dans Agri

 

Prix du marché

Chaque semaine, suivez l'évolution des prix du marché de la viande, en conventionnel ou sous label: bovins, porcs, ovins. Consultez aussi les prix de la vente directe, des marchés surveillés et de Proviande.

Conseil de saison


 

Les interventions de désherbage se terminent maintenant et reprendront au printemps, notre rubrique "Conseil de saison" aussi.  

Voyages

Le programme 2019


De mars à octobre, Agri propose à ses lecteurs quatre voyages qui les emmèneront des Îles Canaries (Tenerife et Gomera) à la Vallée d'Aoste, en passant par une croisière dans les Pays-Bas et une visite de la Bretagne. A vos agendas...

Pour en savoir plus...


Agri - Hebdomadaire professionnel agricole de la Suisse Romande
Site web réalisé par www.webexpert.ch

Actualités

Cette semaine

Dossiers

Prix du marché

Photos

Vidéos

Archives

Voyages

A table

Boutique