Menu
 

Une hotline dédiée à l'homéopathie


L’association Kometian propose un service de conseils en médecine complémentaire. Dès 2019, elle étendra ses prestations aux éleveurs romands.


Kometian


Les éleveurs ayant recours à l’homéopathie ou aux autres médecines complémentaires pour soigner leurs bêtes auront très prochainement leur «hotline». L’association Kometian, qui propose depuis 2012 un service de conseils en médecine complémentaire pour les détenteurs d’animaux de rente, étendra ses prestations à la Suisse romande et au Tessin dès le début de l’année prochaine. «Nous sommes encore dans une phase d’élaboration de contacts, tant avec les éleveurs qu’avec les thérapeutes prêts à nous rejoindre ou encore de potentiels sponsors», explique Marlis Ammann, la gérante de l’association, depuis son bureau de Seeberg (BE).

Bien-être au premier plan
Pour dispenser ses conseils et mesures, tant en préventif qu’en curatif, l’association peut compter sur 25 collaborateurs. Vétérinaires formés à l’homéopathie, homéopathes ou naturopathes, tous sont au bénéfice d’une formation reconnue. C’est un gage de crédibilité auprès des éleveurs mais aussi une exigence que pose l’association afin d’assurer que le bien-être des animaux soit respecté dans tout traitement. Les conseillers de Kometian collaborent d’ailleurs avec le vétérinaire d’exploitation. «Si un cas s’avère trop délicat, nous demandons au détenteur de contacter son vétérinaire. Le bien-être animal est toujours au premier plan», insiste la gérante. A l’issue de chaque prestation, les conseillers remettent une documentation au détenteur qui peut ainsi conserver un historique des traitements réalisés. 

S’adresser à la hotline au lieu d’appeler le vétérinaire permet une économie financière, estime Marlis Ammann. «Pour un conseil standard par téléphone, le forfait est de 42 francs. C’est bien moins que la visite sur place d’un vétérinaire », analyse-t-elle. En revanche, l’agriculteur doit investir de sa personne pour apporter le maximum d’informations au conseiller qui ne voit pas l’animal. L’adéquation du traitement en dépend. «Nous demandons aux détenteurs de nous donner toutes les informations possibles sur la bête à traiter car ce sont les symptômes qui vont indiquer quel remède est adapté. Cela leur demande de prendre le temps d’observer leurs bêtes, et parfois de changer leurs habitudes», explique la Bernoise. 

Qui dit médecines complémentaires ne dit pas obligatoirement homéopathie, mais pour l’instant c’est cette pratique qui est utilisée dans 95% des cas gérés par Kometian. Pour une raison simple : c’est une médecine qui n’entraîne pas de délais d’attente et il est possible de conseiller sans voir l’animal. A terme, la gérante aimerait étendre les conseils à la phytothérapie, à la spagyrie, aux fleurs de Bach ou encore aux sels de Schüssler. Elle souhaiterait également mettre en place des réseaux de spécialistes en acupuncture, ostéopathie, kinésiologie ou encore en taping (bandes adhésives) pour les consultations sur l’exploitation. 

Développement en Romandie
Aujourd’hui, plus de 500 éleveurs sont clients de Kometian, un nombre en hausse régulière. La grande majorité de ces clients sont des détenteurs de bovins (75% de vaches laitières, 22% de vaches allaitantes). Les petits ruminants, les porcs et la volaille restent des cas minoritaires. L’association a traité plus de 4500 cas depuis ses débuts.
Améliorer la santé de leur bétail, réduire l’utilisation des antibiotiques et réduire les coûts d’exploitation liés à la santé comptent parmi les motivations principales des détenteurs clients de l’association.

Pour le développement de ses prestations en Suisse romande dès l’an prochain, l’association peut compter sur trois thérapeutes. « Nous ignorons pour l’instant comment notre offre sera reçue en Romandie. En fonction de l’évolution des besoins, nous ferons appel à des spécialistes complémentaires », explique la gérante. Pour toucher la clientèle romande, l’association peut compter sur plusieurs partenaires. Ainsi, la fédération des producteurs suisses de lait (FPSL), sponsor principal de Kometian, offre à ses membres un rabais sur la cotisation et sur les prestations de conseil. 

Soutien de l’OFAG
Le développement croissant des prestations de l’association et leur élargissement à la Romandie vont de pair avec une plus grande importance accordée aux médecines complémentaires. «Aujourd’hui, les détenteurs commencent à les prendre au sérieux. En Suisse romande, il y a encore du travail pour les démocratiser. On y trouve davantage d’élevages de pointe, et du coup, sans doute davantage de réticences. Mais la thématique de la réduction des antibiotiques concerne tous les éleveurs», analyse Marlis Ammann. 
Kometian est d’ailleurs soutenu par l’Office fédéral de l’agriculture (OFAG) à hauteur de 1,2 millions de francs dans le cadre d’un projet «Ressources» en lien avec la stratégie nationale de réduction des antibiotiques StAR. Le projet, qui s’étale de 2016 à 2024, doit mettre en évidence si le recours aux services de Kometian permet de réduire l’utilisation des antibiotiques dans les élevages. Le FiBL est chargé de l’accompagnement scientifique du projet. Même sans mise en valeur scientifique, Marlis Ammann peut déjà assurer que les médecines complémentaires fonctionnent. «Nous avons de bons résultats pour la santé en général et les problèmes de mamelle en particulier. Et en moyenne, nous avons 70% de succès sur les cas annoncés», ajoute-t-elle. 
Elise Frioud, 31 août 2018

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Trois formes de consultation sont offertes
La principale offre de l’association Kometian est le service de conseil téléphonique en médecine vétérinaire complémentaire via la hotline disponible 24?heures sur 24. Les conseillers prennent note des symptômes de l’animal concerné selon la description du détenteur et proposent des mesures de médecine complémentaire et d’éventuelles mesures de soin. En cas de problème plus important, le conseiller peut proposer une consultation sur place ou le recours au vétérinaire de l’exploitation. Kometian propose également des consultations sur place. C’est en général le spécialiste le plus proche qui se rend sur l’exploitation.

Enfin, dans le cas où un client souhaite avoir toujours affaire au même spécialiste, il est possible de demander un accompagnement de troupeau. C’est ainsi toujours le même conseiller qui répond au téléphone et se rend sur la ferme pour les visites. «Cette prestation est en fort développement», précise Marlis Ammann. «L’idée serait, à terme, de développer le suivi de troupeau avec un conseil plus large incluant l’affouragement, l’hygiène ou encore la construction des bâtiments.» Tous les conseillers de l’association ont d’ailleurs suivi la formation «Signes de vaches», précise la gérante.
EF, 31 août 2018


 

E-Paper & Archives

Cette semaine dans Agri

 

Prix du marché

Chaque semaine, suivez l'évolution des prix du marché de la viande, en conventionnel ou sous label: bovins, porcs, ovins. Consultez aussi les prix de la vente directe, des marchés surveillés et de Proviande.

Conseil de saison


 

Les interventions de désherbage se terminent maintenant et reprendront au printemps, notre rubrique "Conseil de saison" aussi.  

Voyages

Le programme 2019


De mars à octobre, Agri propose à ses lecteurs quatre voyages qui les emmèneront des Îles Canaries (Tenerife et Gomera) à la Vallée d'Aoste, en passant par une croisière dans les Pays-Bas et une visite de la Bretagne. A vos agendas...

Pour en savoir plus...


Agri - Hebdomadaire professionnel agricole de la Suisse Romande
Site web réalisé par www.webexpert.ch

Actualités

Cette semaine

Dossiers

Prix du marché

Photos

Vidéos

Archives

Voyages

A table

Boutique