Menu
 

Le chip peut remplacer l’écussonnage classique pour effectuer les greffages


Connu depuis près de qarante ans, le chip budding prend le pas sur le classique écussonnage. Il peut être réalisé presque toute l’année, fait gagner du temps et donne une belle soudure sans réelle complication technique.


 ag33_dossier_chip


Avant de comparer les techniques de l’écussonnage classique et de l’écussonnage par copeau – appelé aussi chip budding – il convient de rappeler les principes de ces greffages. En été, lorsque la sève élaborée commence à descendre dans le liber, l’écorce interne qui s’occupe du transport vertical de la sève sucrée, il est possible de décoller aisément la pelure du rameau. Prévoyant sa chute prochaine, la feuille a confectionné à la base de celle-ci un œil. Les pépiniéristes viticoles et arboricoles qui s’intéressent à ce petit organe pouvant reconstruire la plante entière, le nomment écusson.

En fait, l’écusson est la petite portion d’écorce détachée qui comprend l’œil avec un talon (1/3 vers le bas) et une languette (2/3 vers le haut) ainsi que le pétiole de la feuille. Miracle du végétal, sous l’écorce détachée se trouve une couche moins épaisse qu’un timbre-poste: le cambium. Cette assise génératrice peut tout reconstruire, tout souder. Elle occupe la surface totale de la partie détachée, que ce soit sur le greffon-écusson ou sur le porte-greffe où vient s’insérer ce dernier dans une entaille en T. Si l’écussonneur travaille vite, le cambium n’a pas le temps de s’oxyder et le taux de réussite atteint 100% ou presque.

Avec le chip, l’oeil-greffon est prélevé avec un morceau d’aubier (masquant l’assise génératrice) et replacé sur le porte-greffe dans une entaille identique au copeau prélevé sur le cultivar à multiplier. La zone de soudure s’en trouve réduite sur le bord du chip. Cela implique la nécessité d’une parfaite précision de coupe et d’ajustage pour que les cambiums se rejoignent dans une discrète soudure. Il existe un petit appareil assez précis pour se faciliter le travail mais les retouches au minirabot sont souvent nécessaires.

Expériences concluantes
«Avec l’été très sec, il est impossible de décoller les écorces sur les porte-greffe tardifs, ce qui rend impraticable l’écussonnage classique. Le recours au chip est alors très précieux», indique Boris Bachofen, gérant des vergers et pépinières de Rétropomme, du côté de Pierre-à-Bot au-dessus de Neuchâtel. «On peut ainsi greffer plus tard, voire au printemps suivant. La soudure est aussi plus belle qu’avec l’écusson».

Quelques bémols cependant avec des ligatures buddy tape qui, complétées d’attaches à l’élastique, ont nécessité des interventions un peu laborieuses, notamment au détachage. Dans les pépinières Europlant à Vich (VD), on continue à pratiquer l’écussonnage, comme par tradition. En revanche, pour les fruits à noyau pour lesquels le décollage des écorces est difficile, le chip est apprécié. «Cette technique demande un travail un peu plus long et soigné, notamment au ficelage de la greffe», relève Alain Mottier, responsable des pépinières chez Europlant.

Quant aux cerisiers tiges, ils sont surgreffés en couronne en septembre, en descente de sève, pour éviter les exsudats de gomme.

Frais retraité du Service de virologie de l’Agroscope de Changins, Pierre-Henri Crausaz s’enthousiasme pour le chip qu’il a toujours préféré aux autres types de greffage: «Pour l’indexage (mise en lumière d’une virose par greffage sur une variété expressive), le chip pratiqué sous serre nous fait gagner deux ans». En conditions idéales et à l’abri des risques météorologiques, un chip effectué en mars montre déjà des résultats sur les feuilles en juillet et sur le bois en novembre. Avec l’écussonnage classique, en champ, il faut attendre trois ans.

Les résultats pour ce greffage en pépinières arboricoles donnent plus de 95% de reprise. Le chip semble convenir aussi pour du surgreffage. Des expériences menées dans des vignobles du Médoc donnent 80% de réussite pour des in­terventions sur des ceps trentenaires et 76% sur des pieds sexagénaires. Certains viticulteurs français envisagent d’assainir leur vignoble, notamment ceux atteint d’esca, en utilisant ce surgreffage.

Le chip a donc de beaux jours devant lui!
Bernard Messerli, 16 août
 

 

E-Paper & Archives

Cette semaine dans Agri

 

Prix du marché

Chaque semaine, suivez l'évolution des prix du marché de la viande, en conventionnel ou sous label: bovins, porcs, ovins. Consultez aussi les prix de la vente directe, des marchés surveillés et de Proviande.

Conseil de saison

 

Le dernier Conseil de saison est paru dans notre édition du 25 octobre. Il sera de retour au printemps 2020. 

Voyages

 

Du printemps à l'automne, de Chypre au Pérou, Agri propose cinq voyages en 2020, de quoi rêver!

Agri - Hebdomadaire professionnel agricole de la Suisse Romande
Site web réalisé par www.webexpert.ch

Actualités

Cette semaine

Dossiers

Prix du marché

Photos

Vidéos

Archives

Voyages

A table

Boutique