Menu
 

Des logiciels et des recommandations pour améliorer la gestion du pâturage


De nouveaux outils digitaux apparaissent pour épauler les agriculteurs dans la planification des pâtures. En utilisant ces logiciels, il convient de respecter quelques règles de base.


ag07_dossier_gestion_pature


«Tout l’art de la pâture consiste à gérer le stock d’herbe sur pied pour le faire correspondre aux besoins du troupeau. Cela peut paraître simple, mais la croissance fluctuante de l’herbe rend la tâche difficile.» C’est ainsi que s’est exprimé Nicolas Gaudillière lors d’un webinaire organisé les 20 janvier et 9 février 2021 par un groupe d’intérêt Pâturage encadré à la fois par Proconseil et Grangeneuve.
Programmes
Actif dans le Doubs et le Territoire de Belfort, en France voisine, le vulgarisateur de l’organisation Conseil élevage 25-90 a notamment présenté HappyGrass, un programme d’aide à la gestion des pâtures. «Cet outil est avant tout destiné aux services de vulgarisation. Ces derniers peuvent adapter leurs conseils en fonction des données rentrées par les agriculteurs», a expliqué Nicolas Gaudillière. Se basant sur une cartographie du parcellaire des pâturages, HappyGrass anticipe l’évolution du stock d’herbe en s’appuyant sur des références locales pour simuler la croissance du fourrage. Utilisable autant sur smartphones que sur ordinateurs ou tablettes, HappyGrass permet de suivre tant l’alimentation du troupeau que les rendements des différentes parcelles pâturées ou fauchées.

La quinzaine d’agriculteurs qui ont participé aux visioconférences ont pu découvrir un autre outil français de cartographie et de gestion des pâtures. L’objectif de ces deux programmes est le même: aider l’agriculteur à se faciliter le travail et à gagner du temps et de l’efficacité dans la gestion de ses pâtures. Développé par la société Pâturevision, ce second logiciel permet, après avoir relevé ses parcelles de pâturage sur une carte de Google, de subdiviser les parcelles, d’y intégrer les chemins, les adductions d’eau et les bassins d’abreuvage. Présenté par Thomas Mauger, conseiller agricole auprès de Pâturesens, le programme est disponible gratuitement sur internet. «A partir du mois de mars, nous serons aussi en mesure de proposer un calendrier des pâtures en ligne», a indiqué Thomas Mauger.
Modes de pâture
Les trois grands types de techniques de pâture, à savoir le gazon court, le pâturage tournant ou rationné ont chacun leurs adeptes. «Il est possible d’atteindre de bonnes performances quel que soit le système, à condition de le maîtriser», relève Nicolas Gaudillière. «Il ne faut pas en faire une religion.» Le gazon court demande une gestion très fine alors que le pâturage tournant est plus flexible et permet l’erreur.

Quant à Thomas Mauger, il propose une autre forme de pâture: le «techno». Particulièrement appropriée à l’engraissement (génisses, taurillons, vaches allaitantes, mais aussi ovins), cette technique permet de s’adapter à l’augmentation de l’ingestion du lot sur la parcelle: «Concrètement, il s’agit de mettre en place, avec des clôtures fixes, des bandes de largeur identique (par exemple de 40 m), et de délimiter des surfaces de pâture qui correspondent aux besoins du lot à l’aide d’un fil avant et d’un fil arrière».
Clôtures
Les clôtures mises en place doivent être adaptées à leur usage. Il est conseillé de veiller à maintenir une tension électrique d’au moins 3000 V en tout point de la clôture. Pour ce faire, la qualité de la mise à terre est primordiale. «Pour les clôtures permanentes, il vaut mieux opter pour une clôture high tensile», relève Thomas Mauger.
Eau
Idéalement, les parcelles de pâturage auraient toute une forme carrée, avec le point d’eau en son centre. «La vache est fainéante», insiste Nicolas Gaudillière. «Si elle doit faire un trop long chemin (>200 m) pour s’abreuver, elle préférera diminuer sa consommation d’eau et sa production en pâtira. L’investissement en conduites et abreuvoirs est vite rentabilisé.»

Selon Thomas Mauger, il n’est pas forcément nécessaire d’enterrer les tuyaux d’adduction d’eau, notamment si elles forment une boucle, évitant ainsi que l’eau qu’elles contiennent ne s’échauffe au soleil.
Accès
L’aménagement des chemins mérite également de faire l’objet d’une réflexion, avec l’objectif d’optimiser la fluidité des déplacements des animaux. Les points d’eau ne devraient ainsi pas être accessibles depuis les chemins, mais être disposés plus au centre des parcelles. «Les accès sont souvent le dernier poste dans lequel les agriculteurs investissent», regrette Thomas Mauger. «Les chemins sont pourtant très importants.» Lors de la planification des accès, il convient de limiter autant que possible les angles qui ralentiraient le troupeau.

«La tendance actuelle est de voir la saison de pâture débuter toujours plus tôt et se terminer de plus en plus tard», note Nicolas Gaudillière. «La qualité des accès gagne en importance lors des périodes humides au printemps et en automne.»
Vincent Gremaud, 19 février 2021
 

SUR LE WEB

 

E-Paper & Archives

Cette semaine dans Agri

 

Prix du marché

Chaque semaine, suivez l'évolution des prix du marché de la viande, en conventionnel ou sous label: bovins, porcs, ovins. Consultez aussi les prix de la vente directe, des marchés surveillés et de Proviande.

Conseil de saison


Le conseil de saison est désormais disponible dès le mercredi après-midi avant l'édition. Son accès est réservé aux abonnés.

Voyages

Découvrir la Grèce et son agriculture, les trésors de la Corse ou la Géorgie et son histoire légendaire: vous pouvez d'ores et déjà vous inscrire à ces trois premiers voyages concoctés pour les lecteurs d'Agri. Cliquez ici

Agri - Hebdomadaire professionnel agricole de la Suisse Romande
Site web réalisé par www.webexpert.ch

Actualités

Cette semaine

Dossiers

Prix du marché

Photos

Vidéos

Archives

Voyages

A table

Boutique