Menu
 

Un constructeur helvétique développe des tracteurs électriques innovants


En 2020, Rigitrac a mis sur le marché un tracteur électrique. La firme poursuit ses travaux de développement pour sortir, dans un peu plus d’un an, un modèle de 80 CV, adapté à davantage de travaux agricoles.


ag47_dossier_rigitrac


Les principaux constructeurs internationaux ne sont pas les seuls à faire preuve d’innovation en matière de machinisme agricole. Basée à Küssnacht am Rigi (SZ), l’entreprise familiale Sepp Knüsel joue dans la cour des grands. Depuis le début de cette année, elle commercialise en effet le Rigitrac SKE 40 Electric, un tracteur électrique qu’elle a entièrement conçu elle-même.

D’une puissance nominale de 40 kW (environ 55 CV), ce tracteur peut développer une puissance de pointe de 87 CV. Entièrement électrique, il peut rouler jusqu’à 40 km/h et est doté d’un système de récupération de l’énergie de freinage. Chaque essieu est équipé d’un moteur électrique séparé. De même les prises de force arrière (0 à 750 t/min) et frontale (0 à 1000 t/min) sont équipées chacune d’un tel moteur d’une puissance de 19 CV (25 CV en pointe). Equipé d’une batterie lithium-ion d’une capacité de 800 kWh et d’une tension de 400 volts, le Rigitrac SKE 40 Electric a une autonomie de 3 à 5 heures selon son utilisation. Avec un chargeur rapide, deux heures sont nécessaires pour une recharge à 80%.

Suspendue, la cabine offre un excellent confort auquel contribuent également les très faibles émissions sonores du véhicule. La cabineest pourvue d’un système de pompe à chaleur air-air. «Cela permet de réduire les besoins énergétiques de près de 60% pour le chauffage et la climatisation de la cabine», explique Sepp Knüsel, fondateur et directeur de l’entreprise éponyme.

Demande soutenue
Pour l’heure, les ventes de la firme de Suisse centrale n’ont pas encore décollé, mais Sepp Knüsel se veut confiant: «L’intérêt est très grand et les demandes sont nombreuses». La relative faible puissance développée par le Rigitrac SKE 40 Electric limite son utilisation sur les exploitations agricoles. «Il convient aux maraîchers, aux arboriculteurs et aux viticulteurs, surtout dans sa version étroite avec une largeur de 1,30 m», précise le concepteur. «Mais il s’adresse avant tout aux communes et aux services de voiries. C’est d’ailleurs de ce milieu que provient la plupart des demandes. Comme ces collectivités doivent intégrer à leur budget l’achat d’un tel engin, les commandes prennent un peu de temps à arriver.» 

Comme souvent lorsqu’il s’agit d’une innovation, les clients potentiels veulent essayer avant d’acheter. «Nous avons deux prototypes consacrés à ces essais», poursuit le Schwytzois, qui a d’ailleurs fait une démonstration de fauche avec l’un d’eux en Romandie en septembre 2019, lors de la Journée Agro-FRI/CNAV.

Prochain modèle attendu en 2022
Sepp Knüsel ne se repose pas sur ses acquis. Il continue de travailler au développement d’un tracteur électrique plus puissant afin de pouvoir réaliser davantage de travaux agricoles. 

«Nous planchons sur un modèle à 60 kW, ce qui correspond à un peu plus de 80 CV. Nous devrions être en mesure de le commercialiser d’ici au printemps 2022», révèle l’entrepreneur. «Nous avons encore beaucoup de travail. Les procédures administratives pour les homologations européennes prennent du temps. Cela concerne notamment les batteries.»

Le but est de sortir un engin dont l’utilisation soit comparable à celle d’un tracteur de même puissance équipé d’un moteur diesel classique. «Notre futur modèle sera capable d’utiliser toutes les machines agricoles pour lesquels un tracteur de 80 CV est suffisant», souligne Sepp Knüsel, qui vise donc clairement une clientèle plus agricole.

L’autonomie planifiée de ce futur tracteur s’élève à 5 à 6 heures en fonction de l’utilisation. «Avec une charge de 2 heures sur la pause de midi, il pourra être utilisé presque toute la journée. Cela nécessitera toutefois une bonne planifications des travaux sur la ferme», avance Sepp Knüsel.

Quant aux prix de vente de ces tracteurs électriques, ils s’élèvent environ au double des prix des tracteurs classiques de même puissance. «Le coût des batteries influence grandement celui du tracteur. Avec le temps, les batteries vont non seulement s’améliorer, mais aussi devenir meilleur marché», estime le constructeur. Ce dernier relève que les coûts d’entretien des tracteurs électriques sont très nettement inférieurs à ceux d’un tracteur diesel. «En plus du bénéfice environnemental, les coûts d’utilisation sont divisés par 4: avec 25 fr. d’électricité, vous faites les mêmes travaux qu’avec 100 fr. de diesel.»

Sur le marché actuel, seul le Fendt e100 Vario s’avère comparable aux tracteurs électriques Rigitrac. John Deere travaille encore au développement de son futur Sesam. «Chez Rigitrac, nous ne nous sommes pas contentés de remplacer la motorisation diesel par un moteur électrique. Nous avons revu la conception du tracteur de fond en comble», conclut Sepp Knüsel.
Vincent Gremaud, 20 novembre 2020

 

E-Paper & Archives

Cette semaine dans Agri

 

Prix du marché

Chaque semaine, suivez l'évolution des prix du marché de la viande, en conventionnel ou sous label: bovins, porcs, ovins. Consultez aussi les prix de la vente directe, des marchés surveillés et de Proviande.

Conseil de saison

Voyages

Malgré cette période difficile, Agri ne baisse pas les bras et propose à nouveau une série de voyages pour l'année qui vient, dont certains reportés de 2020. Cliquez ici pour un premier aperçu

Agri - Hebdomadaire professionnel agricole de la Suisse Romande
Site web réalisé par www.webexpert.ch

Actualités

Cette semaine

Dossiers

Prix du marché

Photos

Vidéos

Archives

Voyages

A table

Boutique