Menu
 

La gestion des engrais de ferme pendant l’intercultures


C’est pendant l’intercultures que la culture suivante se prépare, notamment au niveau des apports de fumure organique. Il faut respecter quelques règles de base afin de valoriser au mieux les nutriments et prévenir les pertes.


ag29_dossier_fumure


L’intercultures est un moment propice pour apporter la fumure nécessaire dans les parcelles. Et les engrais de ferme ou de recyclage conviennent très bien à ces épandages estivaux si quelques règles de base sont respectées: choix du type de fumure, moment de l’épandage, enfouissement ou travail superficiel, etc. Il est ainsi possible de profiter pleinement de leur potentiel et d’éviter les pertes d’éléments nutritifs.

Une bonne gestion des engrais de ferme permet aussi de réduire l’utilisation des engrais du commerce; un aspect qui n’est pas négligeable au vu du contexte actuel. Les engrais minéraux se font en effet plus rares sur le marché et les prix ont fortement augmenté ces derniers mois. Leur utilisation suscite également des discussions d’un point de vue environnemental. «Les agriculteurs peuvent bénéficier d’engrais de ferme produits directement sur l’exploitation, disponibles quasi gratuitement et qui peuvent être très bien valorisés, il serait dommage de ne pas en profiter», souligne Dimitri Martin, conseiller en production végétale chez Proconseil.

Il encourage les exploitants à bien réfléchir à leur fumure de fond ou d’entretien. Par exemple, en gardant les engrais du commerce pour un apport parcimonieux sur la ligne de semis afin de soutenir le démarrage de la végétation, plutôt que de les prévoir comme fumure de fond à l’échelle d’une parcelle.
 
Matière disponible
La période de l’intercultures se prête bien aux apports d’engrais de ferme ou de recyclage car les sols sont généralement portants à cette saison et peuvent supporter le passage de machines lourdes sans subir de compaction. De plus, les champs étant à nus, il n’y a rien pour entraver le travail qui s’en trouve facilité.

Mais l’avantage principal d’une application des engrais de ferme avant une culture intercalaire réside dans le fait de pouvoir initier en amont la dégradation de la matière et ainsi d’en améliorer la disponibilité pour la culture suivante. Selon le type de fumure, une partie plus ou moins importante de l’azote contenu dans les engrais de ferme est en effet liée à la matière organique et n’est de ce fait pas immédiatement disponible pour les plantes. «Avec un épandage pendant l’intercultures, le processus de dégradation de la matière est entamé plus rapidement. Les engrais verts qui suivent ces apports de fumure aident à digérer davantage la matière qui sera finalement plus disponible lorsque la culture principale suivante en aura besoin. Et les couverts ont aussi pour objectif de fixer l’azote disponible dans les engrais de ferme et de les restituer pour la prochaine culture», relève Dimitri Martin.
 
Types d’engrais
Les engrais de ferme ou de recyclage peuvent être séparés en deux catégories en fonction de leur composition: les solides (fumier, digestat solide, compost) et les liquides (lisier, digestat liquide). Ces deux types de fumure se distinguent au niveau de la part d’azote disponible qu’ils contiennent. Un lisier ou digestat liquide contient plus d’azote disponible qu’un fumier, compost ou digestat solide. Pour ces derniers, l’azote est davantage lié sous forme organique et la part d’azote ammoniacal s’en trouve réduite. La dégradation de la matière est par conséquent plus longue.

Quand on parle de solides, il est avant tout question de fumiers paillus. Le fumier de volaille ne contient que peu d’éléments solides et présente une teneur élevée en azote ammoniacal. Il s’apparente ainsi plutôt à la catégorie des produits liquides.

Moment d’application
Avec cette variation au niveau de la disponibilité de l’azote, il est important de distinguer les moments d’application entre les deux types de fumure. Les engrais solides, paillus, sont à utiliser dans une optique de valorisation de la matière à l’échelle de la rotation, soit pour une fumure à long terme. Ils contiennent peu d’azote sous forme ammoniacal, sensible à la volatilisation. Tandis que les liquides, avec des nutriments plus vite disponibles, sont à utiliser pour une fumure «immédiate», soit pendant la croissance des plantes, lorsque celles-ci sont capables d’absorber l’azote. Les apports se font dès lors sur la fin de l’engrais vert, juste avant la mise en place de la culture suivante (par exemple pour les prochains semis de colza), ou durant sa croissance.
Sarah Deillon, 22 juillet 2022
 
____________________
BONNES PRATIQUES A L'EPANDAGE
 
Si l’intercultures est le moment idéal pour faire les apports d’engrais de ferme, c’est aussi la période la plus chaude de l’année et les risques de pertes d’azote ammoniacal par évaporation sont grands. Le respect de quelques règles de base permet d’éviter ou de réduire en partie ces pertes.

Pour les engrais liquides, il est primordial d’éviter les périodes trop chaudes et de cibler les moments où des précipitations sont annoncées (en prévenant les risques de ruissellement évidemment). «Tout ce qui disparaît est perdu dans l’environnement. C’est contenu dans le bilan mais pas valorisé par les plantes», relève Dimitri Martin qui ajoute: «Il faut surtout éviter l’amalgame qui dit qu’on peut épandre à tout moment lorsqu’on utilise un système à pendillards. Même les systèmes prévus pour limiter les pertes ne permettent pas de compenser des conditions d’épandage défavorables».
 
Enfouir la matière
Un travail du sol, même superficiel, effectué rapidement après l’apport permet de limiter les pertes, d’incorporer la fumure dans les premières couches du sol et d’accélérer la dégradation de la matière. «Un engrais solide comporte moins d’azote ammoniacal. Les pertes sont donc moins importantes mais il ne faut tout de même pas les négliger», souligne l’expert.
SD, 22 juillet 2022

____________________
MEMES VALEURS AGRONOMIQUES
 
Entre un fumier, un compost et un digestat solide, il n’y a pas de réelle différence d’un point de vue agronomique, en dehors des teneurs. Par contre, l’Ordonnance sur la réduction des risques liés aux produits chimiques (ORRChim) impose des restrictions d’utilisation pour le compost et les digestats solides. L’épandage autorisé, en trois ans, est de 25 tonnes maximum par ha (ou 200 m3/ha pour les digestats liquides). Ces directives s’appliquent toutefois uniquement aux digestats d’origine industrielle (<80% de substrat d’origine agricole), et pas à la marchandise agricole (fumier et lisier méthanisé). Dimitri Martin souligne qu’il est important de tenir compte des éléments nutritifs apportés par tous les engrais organiques dans le bilan. Si les apports varient fortement d’une année à l’autre, un calcul prévisionnel permet d’éviter les mauvaises surprises. 
 
Fumier plus complet
Entre un lisier et un digestat liquide, les conditions d’application optimales sont similaires. Le digestat liquide reste cependant plus concentré en azote «rapide». Il faut donc être d’autant plus vigilant et n’épandre que sur une culture ou un couvert végétal en croissance et dans des conditions optimales. 

Le fumier de volaille, plus complet au niveau des éléments nutritifs, se distingue un peu des engrais liquides. «La disponibilité des éléments est aussi rapide mais le fumier de volaille est plus complet. Les engrais liquides, en proportion, sont plus concentrés en azote», explique le conseiller. En revanche, les risques de pertes par évaporation sont similaires entre le fumier de volaille et les engrais liquides. Il est important de l’enfouir rapidement s’il est épandu sur un sol dépourvu de végétation.
SD, 22 juillet 2022 
 

 

E-Paper & Archives

Cette semaine dans Agri

 

Prix du marché

Chaque semaine, suivez l'évolution des prix du marché de la viande, en conventionnel ou sous label: bovins, porcs, ovins. Consultez aussi les prix de la vente directe, des marchés surveillés et de Proviande.

Conseil de saison

Conseil de saison

Le conseil de saison est accessible en ligne aux abonnés toutes les deux semaines dès le mercredi.

Voyages

Agri - Hebdomadaire professionnel agricole de la Suisse Romande
Site web réalisé par www.webexpert.ch

Actualités

Cette semaine

Dossiers

Prix du marché

Photos

Vidéos

Archives

Voyages

A table

Boutique