Menu
 

Des soutiens pour économiser l'énergie


AgroCleanTech développe plusieurs programmes de soutien à des installations permettant d'économiser l'énergie. Exemple tout d'abord chez Christophe Barras, aux Ponts-de-Martel (NE), qui a installé un boiler PAC pour son atelier laitier et pour l'habitation familiale.


Des soutiens pour économiser l'énergie


Temps estival, tout le monde est en manches courtes et les vaches pâturent l’herbe verte dans le pré d’à côté. Tout paraît normal, sauf que nous sommes à la fin octobre à près de 1100 mètres d’altitude. C’est de chauffage dont nous allons pourtant parler avec Christophe Barras, mais du chauffage de l’eau de son installation de traite. Producteur laitier aux Combes-Dernier, près des Ponts-de-Martel (NE), Christophe Barras gère avec sa famille un troupeau d’une cinquantaine de vaches laitières pour la production de 360 000 kilos de lait destinés au Gruyère AOP.

Ce printemps, l’agriculteur neuchâtelois envisage de changer son vieux boiler installé en 2014 pour l’eau chaude de rinçage de son matériel de traite. Encouragé par AgroCleanTech, il opte pour un boiler de 250 litres équipé d’une pompe à chaleur (PAC) qui fonctionne depuis juin. Rappelons brièvement le principe: l’air ambiant ventilé réchauffe et évapore un fluide frigorigène en jouant sur l’écart de température entre l’extérieur et l’intérieur. Le fluide est alors comprimé et transmet sa chaleur, par condensation, à l’eau du boiler PAC.

Le système parvient à chauffer de l’eau jusqu’à 55°C (entre 55 et 62°C selon les constructeurs). «C’est suffisant pour l’eau sanitaire, mais pas pour le nettoyage et la désinfection de mon installation», explique Christophe Barras. Un deuxième boiler de 300 l, entièrement alimenté par l’électricité, prend alors le relais pour chauffer l’eau jusqu’aux 82°C nécessaires. «On économise environ 70% d’électricité sur les premiers 55 degrés, et 50% sur l’ensemble du système jusqu’à 82 degrés», explique Marc Ruffer, de l’entreprise Domotec sise à Aarburg (AG), qui a réalisé l’installation chez l’agriculteur neuchâtelois.

Le local doit être bien isolé, car un courant d’air frais sur les conduites d’eau chaude peut les faire geler. Le boiler PAC consomme de l’électricité pour le compresseur et la ventilation. AgroCleanTech calcule un rendement de 3,1 kWh de chaleur produits pour 1 kWh d’électricité consommé.

Orienté renouvelable
Le coût s’élève à plus de 9000 francs, comprenant notamment le boiler PAC (5800 fr. avec le montage), et le nouveau boiler électrique. AgroCleanTech a versé 1000 francs. «C’est un petit encouragement. Ce n’est pas la conjoncture actuelle qui m’y a poussé, mais l’opportunité de changer de boiler et le désir de m’orienter sur du renouvelable. C’est tout de même un investissement conséquent pour mon exploitation et je compte l’amortir sur les économies d’énergie réalisées», explique Christophe Barras.

Le montant de l’aide accordé par AgroCleanTech est calculé en fonction du quota de production de l’exploitation. Le site de la société donne quelques chiffres d’économie avec un calcul d’amortissement de l’installation. Pour une exploitation de la taille de celle des Combes-Dernier, l’économie obtenue est de 796 francs (25 cts/kWh) par an pour quelque 3186 kWh/an de consommation électrique et un investissement d’environ 6200 francs. Plus la consommation d’eau est grande, plus la part d’économie est substantielle. Les montants de l’aide vont de 1000 francs à 1200 francs au maximum pour les exploitations plus petites, que ce soit des ateliers laitiers, porcheries, etc. Un minimum de 200 l d’eau chaude utilisé par jour est exigé pour participer au programme.

De 300 à 2500 litres
Domotec installe des boilers PAC de 300 à 2500 litres. Dans le cas de gros volumes, la pompe à chaleur n’est plus fixée sur le premier boiler mais installée séparément. Les sorties et entrées d’air simples via deux tuyaux donnant à l’extérieur d’une façade ne suffisent plus et un ventilateur externe doit être installé. C’est l’option qu’a prise Christophe Barras pour l’eau sanitaire et le chauffage de sa maison, sans appui d’un boiler électrique.
Pierre-André Cordonier, le 11 novembre 2022

 
_____________________________

 

Economie d’énergie et projet contrarié

Christophe Barras cherche à économiser l’énergie partout où cela est possible. Son installation de traite est équipée d’un potentiomètre qui enclenche le système de pompage uniquement lors de la traite et l’arrête ensuite.
Il souhaite aussi installer des panneaux solaires. «J’avais un gros projet en 2015 de couverture de mes toits par des panneaux photovoltaïques. J’étais au bénéfice de la RPC. Mais il fallait tirer une nouvelle ligne de 600 mètres pour rejoindre le réseau. Ça me coûtait 80 000 francs, le distributeur ne voulant pas financer l’opération. J’ai donc abandonné. Comme l’ampérage de la ligne a été augmenté peu après, je pourrai installer quelques panneaux mais pas autant que je le souhaitais», regrette Christophe Barras.
PAC, le 11 novembre 2022

____________________________

Soutien au programme EffiVini

Quatre nouvelles mesures d’économie d’énergie d’Agro­CleanTech sont éligibles au soutien du programme Pro­Kilowat de l’Office fédéral de l’énergie. Regroupées sous l’intitulé «EffiVini», ces mesures touchent la viniculture mais pas seulement. Elles concernent une production de froid efficace par le remplacement du groupe froid, l’usage d’un climatiseur réversible au lieu d’un chauffage électrique d’appoint pendant la fermentation malolactique, la ventilation (évacuation du CO2) ainsi que les pompes (transfert du vin ou circulation du froid / chaud dans les cuves).

Le remplacement du groupe froid permet d’économiser jusqu’à 50% d’électricité. Pour une cave de 100 000 litres de vin par an, l’investissement se monte à 19 500 fr., pour une économie de près de 6000 kWh/an ou 1200 fr. / an. La contribution de soutien s’élève à 2106 francs. Cette mesure concerne aussi le remplacement de tanks à lait.

Réductions importantes
L’utilisation d’un climatiseur réversible permet d’économiser jusqu’à 60% d’électricité. Pour une cave de 50 000 l. vin / an, l’investissement est évalué à 2400 fr., pour une économie d’énergie de 2284 kWh / an, soit plus de 450 fr./an. Le soutien est de 193 francs. Pour la ventilation (80 000 l vin/an), il est question de 30% d’économie d’énergie, d’un investissement de 3500 fr. avec une aide de 526 fr. pour une réduction de la consommation de 3120 kWh / an (-623 fr.). Les productions porcines et avicoles sont également concernées.

Des pompes plus efficientes permettent de réduire de 50% la consommation, soit 2620 kWh / an ou 524 fr./an pour un coût de 3000 fr. réduit par un soutien de 424 francs. Les amortissements se font ainsi sur cinq ans, sauf pour le groupe froid (14,5 ans). Les piscicultures peuvent aussi profiter de cette mesure.

Tous les détails de ces mesures sont disponibles sur www.agrocleantech.ch > Agriculteurs > Programme de soutien > Mesures d’efficacité électrique, avec les données techniques des nouvelles installations et les formulaires d’inscription. Le producteur pourra donc évaluer si son installation est gourmande ou non en regard des nouvelles technologies. L’âge des systèmes utilisés est souvent un bon indicateur. Ainsi, un ventilateur datant d’avant 2008, voire 2015 mérite à coup sûr d’être remplacé.
PAC, le 11 novembre 2022

_____________________________
 
La Fondation Klik soutient les chargeurs frontaux électriques
La Fondation pour la protection du climat et la compensation de CO2 Klik encourage, dans le cadre de la Loi fédérale sur la réduction des émissions de CO2, l’acquisition de chargeurs électriques sur les exploitations agricoles. Celles-ci peuvent ainsi recevoir un subside unique à l’investissement calculé en fonction du poids opérationnel sur la base d’un montant forfaitaire de réductions d’émission attendues. La fondation donne l’exemple d’un chargeur de 2 tonnes donnant droit à un soutien de 2840 fr. ou de 4 t avec un soutien de 3760 francs. Un subside à l’exploitation à versement annuel est ensuite octroyé dès que la réduction des émissions forfaitaires attendues est atteinte, «typiquement cinq ans après la mise en service». L’agriculteur est tenu de fournir un certain nombre de justificatifs et de données, raisonnablement exigeantes en temps. Toutes les informations se trouvent sur chargeurs-agricoles.klik.ch. A noter que l’Union pétrolière (Avenergy Suisse depuis 2019) est la société fondatrice de Klik.
PAC, le 11 novembre 2022

_____________________________
 
Communautés de consommation

Créer des communautés de consommation d’énergie renouvelable est une option encouragée depuis quelques années par les autorités. Encore faut-il que ce soit possible. En effet, aménager une ligne privée regroupant des consommateurs a un coût qui limite la communauté à des usagers très proches les uns des autres. La Commune de Vaux-sur-Morges (VD) a étudié une solution développée par l’ASEC, l’association suisse pour l’énergie citoyenne créée récemment, qui permet de contourner cette limite physique, une solution qui intéressera au plus haut point les agriculteurs.

La Commune aménagera sur le toit d’un hangar agricole lui appartenant une installation de panneaux photovoltaïque (PV) de grande taille (100 kWc) qui alimentera le réseau. A terme, 30 à 40 ménages feront partie de la communauté regroupée autour de cette installation.

Le principe est le suivant: chaque ménage est usager d’un «quota-part» de production de la centrale PV mais consomme l’électricité du réseau. Une plateforme enregistre la consommation de chacun d’entre eux puis les gratifie d’une ristourne calculée sur l’énergie qu’ils ont utilisée en regard de la production de la centrale et de leur quota-part. Grâce à ce système, il est possible d’utiliser des bâtiments plus ou moins isolés consommant peu d’énergie pour la pose de panneaux PV dans le cadre de communautés de consommation, ou d’autoconsommation collective, comme les nomme l’ASEC.

Moins coûteux
«Pour la Commune, cela lui permet d’utiliser au mieux le fonds dont elle dispose pour la promotion du développement durable et des énergies renouvelables. Subventionner des installations individuelles disséminées sur son territoire est de 20 à 30% plus coûteux pour la même production d’énergie», explique François Calame, consultant en énergie et construction et ingénieur à Eco Energie Etoy.

Le projet a été présenté au Conseil général le 31 octobre et les citoyens intéressés ont déjà pu s’inscrire. L’entrée en fonction de l’installation est prévue pour le printemps 2032. L’ASEC de son côté espère que ce cas fera école et fournit tous les renseignements nécessaires sur son site (www.energie-citoyenne.ch).
PAC, le 11 novembre 2022
 


 

E-Paper & Archives

Cette semaine dans Agri

 

Prix du marché

Chaque semaine, suivez l'évolution des prix du marché de la viande, en conventionnel ou sous label: bovins, porcs, ovins. Consultez aussi les prix de la vente directe, des marchés surveillés et de Proviande.

Conseil de saison

Conseil de saison

Le conseil de saison est suspendu pendant la saison hivernale et reprendra en mars 2023.

Voyages

Agri - Hebdomadaire professionnel agricole de la Suisse Romande
Site web réalisé par www.webexpert.ch

Actualités

Cette semaine

Dossiers

Prix du marché

Photos

Vidéos

Archives

Voyages

A table

Boutique