Menu
 

Confort et efficacité en salle de traite


Moins de postures néfastes et d’actions répétitives et des flux d’animaux optimisés permettent d’améliorer le confort de travail en salle de traite.


Confort traite


Lorsqu’on planifie une nouvelle salle de traite, différents paramètres entrent en jeu. Choix du type de traite, dimensionnement et équipements permettent de personnaliser l’installation en fonction de ses besoins. Le confort et l’efficacité ne doivent pas être oubliés. Plusieurs aménagements permettent en effet d’améliorer le confort du trayeur et du bétail et d’éviter certains gestes répétitifs ou certaines postures néfastes. Reportage dans deux exploitations vaudoises.


Au Solliat (VD), Jean-François et Julien Pittet y sont à la tête d’une exploitation d’une soixantaine de vaches produisant du lait pour la transformation fromagère. Ils viennent d’installer une nouvelle salle de traite. Leur choix s’est porté sur une traite par l’arrière, moins dangereuse pour le trayeur. Pour permettre à une personne seule de traire les 60 vaches en un petit peu plus d’une heure, ils ont équipé 2x6 postes (épi 60 degrés). Clément Saucy, de la maison Aubry Matériel, a accompagné le projet. «Souvent, ce que les exploitants veulent avant tout, c’est traire rapidement. Je leur conseille de cibler une traite en une heure par une personne. Pour gagner du temps, outre le dimensionnement de la salle, il est aussi possible d’intervenir sur l’optimisation des flux d’animaux», explique-t-il.


Meilleure circulation

Ainsi, sur cette exploitation, l’aire d’attente n’est pas plate. Elle est en légère montée en direction de la salle de traite, avec des barrières en forme de «V» aux deux entrées de la salle. «La pente et les entonnoirs contribuent à ce que les vaches se positionnent déjà la tête en avant et entrent plus rapidement dans la salle», explique Clément Saucy. Un pousse-vache mécanique peut également s’avérer précieux pour améliorer le flux des animaux et gagner en efficacité.


Chez les Pittet, un panneau identifie les vaches à l’entrée de la salle. En sortie, une porte de tri les reconnaît et les dirige soit vers la stabulation, soit vers un box séparé s’il est nécessaire de réaliser une intervention. Le tri est réalisé sans bloquer le flux des animaux. Les entrées et sorties facilités évitent au trayeur de se déplacer plusieurs fois pour aller chercher les animaux. «Il est possible d’installer plusieurs portes de tri en sortie de salle pour encore plus de précision. Nous les recommandons à partir de 60 vaches. Environ 80% des projets que nous accompagnons incluent des portes de tri», ajoute le représentant de la firme de matériel d’élevage.


Aménagements de confort

Dans cette installation, différents éléments ajoutent au confort de travail pour le trayeur. La salle de traite est de plain-pied par rapport à la chambre à lait, ce qui facilite les déplacements. Les quais de traite sont avancés de 50 cm afin d’offrir du dégagement au niveau des pieds. C’est aussi sous les quais que sont rangés le lactoduc et les équipements techniques. Pour cette traite en épi 60 degrés, des sinus de 12 cm ont été réalisés dans les quais afin de pouvoir aller plus près des vaches et de conserver le dos droit lors des interventions.


Les griffes reposent sur des supports «tiroirs» de lavage. Ces supports, à bonne hauteur pour les interventions du trayeur, sont rangés sous le quai pendant la traite afin de ne pas entraver les mouvements. Dernier équipement de cette salle: des tapis, autant dans l’espace du trayeur que sur les quais de traite. Ils offrent souplesse et assurance dans les déplacements et coupent le froid. Chez Aubry Matériel, depuis une dizaine d’années, les installations réalisées sont toutes équipées de tapis pour le trayeur.


Après deux semaines d’utilisation, les exploitants ont déjà un peu de recul sur leur nouvelle installation. « Elle correspond à ce que nous souhaitions. Nous avons directement eu un lait de super qualité, ce qui montre que nous avons une bonne qualité de traite. Pour nous, en termes de confort, cela change vraiment de la traite en étable entravée, et nous sommes satisfaits de notre nouvel outil de travail. De manière générale, nous avons cherché l’efficacité dans cette nouvelle stabulation. Notre prochain achat sera certainement un robot pousse fourrage», relate Jean-François Pittet.


Salle de traite polyvalente

Dans la plaine vaudoise, à Cottens (VD), Aubry Matériel a accompagné un autre projet également orienté vers le confort du trayeur. L’entreprise a en effet installé une salle de traite avec plancher mobile chez Jean-Claude Pittet, qui gère une exploitation d’environ 90 laitières. Le plancher mobile a une amplitude de 30 cm et peut ainsi s’adapter à la taille du trayeur. Une option particulièrement intéressante dans les exploitations où plusieurs personnes sont amenées à traire ou bien avec des changements de personnel. «Cette configuration risque de se rencontrer plus fréquemment à l’avenir, en lien avec l’agrandissement des exploitations et ce type d’option vaut la peine d’être étudié en plus des petits aménagements plus courants», estime Clément Saucy.


Pour Jean-Claude Pittet, il était important de faire le nécessaire en termes de confort. «Le plancher mobile a coûté environ 8000 francs. Comme je trais en alternance avec mon fils qui n’a pas la même taille que moi, et que j’ai des problèmes de dos et d’épaules, c’était un équipement important. » Le Vaudois trait dans cette salle depuis le printemps. «Le confort de travail a été déterminant dans nos choix. En plus, nous avons opté pour un pousse-vache qui nous fait gagner du temps. Nous trayons les 90 bêtes en une heure, là où nous mettions plus de 2 heures auparavant», témoigne-t-il.

Elise Frioud, 4 octobre 2019

 

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

"Pas d'économies sur le confort"

Interview - ETIENNE JUNOD, Responsable du Service de prévention des accidents dans l’agriculture (SPAA)

A quoi les éleveurs devraient-ils penser au moment de planifier une salle de traite?
Le confort et l’ergonomie sont importants. A ce titre, je trouve très intéressants les planchers mobiles qui permettent de régler la hauteur du sol en fonction de la taille de la personne qui travaille. C’est l’idéal en termes d’ergonomie. Si on ne peut pas opter pour un plancher mobile en salle de traite, il faudrait adapter les équipements pour le plus grand trayeur et faire «monter» les plus petits. Le but est d’éviter qu’une plus petite personne soit contrainte, de manière répétitive, à lever les bras exagérément. Hormis cela, les tapis antidérapants que l’on trouve en salle de traite sont également intéressants en termes de confort.

Certains gestes liés à la traite sont-ils problématiques ?
Au niveau ergonomique, il faudrait éviter de se pencher en avant et de trop lever les épaules de manière répétitive. Il faut aussi veiller aux risques de blessures, par exemple si on ne peut pas retirer sa main rapidement lorsqu’une vache donne un coup parce qu’il y a du matériel qui entrave le mouvement.
 
Que recommandez-vous aux éleveurs?
De ne pas économiser sur ce poste. C’est leur quotidien, deux fois par jour, donc au minimum 2 heures par jour! La conception du poste de traite doit par ailleurs être bien étudiée. C’est le matériel qui doit s’adapter aux trayeurs, pas l’inverse. Il faut également bien réfléchir à la profondeur de la fosse. Ensuite, il y a aussi des paramètres supplémentaires qui peuvent apporter du confort et du plaisir au travail, comme une salle de traite lumineuse et un minimum chauffée. Certains gestes sont plus faciles à réaliser si on n’a pas trop de couches de vêtements sur soi.
EF, 4 octobre 2019

 


 

 


 

E-Paper & Archives

Cette semaine dans Agri

 

Prix du marché

Chaque semaine, suivez l'évolution des prix du marché de la viande, en conventionnel ou sous label: bovins, porcs, ovins. Consultez aussi les prix de la vente directe, des marchés surveillés et de Proviande.

Conseil de saison

 

Le conseil de saison est accessible toutes les deux semaines, pour les abonnés, dès le mercredi précédant la parution.

Voyages

Bientôt le programme des voyages 2020.

Agri - Hebdomadaire professionnel agricole de la Suisse Romande
Site web réalisé par www.webexpert.ch

Actualités

Cette semaine

Dossiers

Prix du marché

Photos

Vidéos

Archives

Voyages

A table

Boutique