Menu
 

Les chiens de protection de troupeaux imposent de relever certains défis


Introduire un patou dans un troupeau d’ovins ne s’improvise pas. Il convient de respecter quelques bonnes pratiques pour permettre aux chiens de bien remplir leur mission, tout en favorisant une bonne acceptation du voisinage et des touristes.


chiens1


Avec le retour des grands prédateurs, nombre d’agriculteurs ont décidé d’acquérir des chiens de protection des troupeaux afin de défendre leurs animaux contre la menace que peut représenter un loup, un lynx ou un ours. Ce n’est pas une décision prise à la légère et elle engendre des adaptations de la vie quotidienne.

Avant de prendre des chiens, il faut être convaincu qu’ils représentent la meilleure solution pour son exploitation, qu’une autre mesure, plus simple, n’est pas possible. Il faut avoir la possibilité, dans son organisation quotidienne, de réserver au moins une demi-heure par jour aux chiens et de leur laisser la possibilité, été comme hiver, d’être en contact permanent et direct avec les animaux qu’ils doivent défendre. Une relation saine et stable entre les chiens, leur propriétaire et le troupeau est une condition nécessaire pour que les chiens se montrent efficaces au moment voulu.

Intégration du chien au troupeau
En effet, pour que les chiens utilisent au mieux leur potentiel protecteur et qu’ils trou­vent au fond d’eux-mêmes la motivation nécessaire pour repousser un prédateur, ils doivent vivre dans un environnement favorable, positif et être en bonne santé. De plus, le troupeau à protéger doit être aussi compact que possible afin de permettre aux chiens de faire leur travail efficacement; pour cela, un bon berger ou un système de pâturage adapté est primordial. Les premiers mois, voire les premières années nécessitent une grande capacité d’adaptation de la part de leur propriétaire afin de trouver l’organisation optimale pour que les chiens puissent s’intégrer à la vie sur l’exploitation tout au long de l’année. Car en intégrant des chiens dans son troupeau tout ne va pas forcément de soi.

Un premier défi à franchir est d’habituer son troupeau à la présence des chiens. Le plus souvent, selon la compatibilité de caractère entre les chiens et les bêtes à protéger, cela se passe très vite, mais parfois cela prend plus de temps et peut même être une source de stress et d’incertitudes, par exemple si des agneaux sont blessés ou même tués par les chiens.

Informer les voisins
Un deuxième défi est l’acceptation des chiens par le voisinage. Par leur caractère, les chiens de protection des troupeaux examinent avec méfiance tout ce qui est inconnu. Et lors de l’arrivée des chiens sur une nouvelle exploitation, de nombreux éléments du nouvel environnement peu­vent être inconnus. Il faut du temps pour que les chiens apprennent à les connaître et y réagissent moins, voire plus du tout. Pour atteindre cet objectif, ces nouvelles choses ne doivent pas représenter un stress pour le chien, mais être vécues par le chien dans une situation où il est détendu et en confiance.

Un cas typique est l’exemple du voisin qui doit longer le pâturage sur lequel travaillent les chiens pour rentrer chez lui. Il n’est pas rare que les chiens courent vers la clôture en aboyant lors du passage d’un véhicule. Si, lors des premiers contacts, le voisin klaxonne, baisse la vitrine et insulte les chiens qui s’appro­chent, cela risque fort d’augmenter ce comportement indésirable. Par contre, si le voisin dans les premiers temps ralentit et «montre patte blanche», au bout d’un moment les chiens vont s’habituer à son passage. Une bonne relation et une bonne communication avec le voisinage sont essentielles et rendent plus facile la vie avec des chiens de protection des troupeaux sur l’exploitation principale.

Veiller à la cohabitation avec les touristes

Le troisième défi, et pas des moindres, c’est la gestion de l’interaction entre les chiens et les touristes durant l’été. Les chiens de protection des troupeaux officiels (lire ci-contre) reçoivent une formation de base, sont socialisés dès leur plus jeune âge au contact de personnes inconnues, et se montrent en principe très conciliants envers les collaborateurs de l’exploitation. Pourtant, ils vont garder un comportement de méfiance envers les inconnus et réagir plus ou moins fortement en leur présence selon la situation.

Même s’ils ne représentent pas un danger pour l’homme, les chiens de protection des troupeaux peuvent cependant se montrer très intimidants lorsqu’ils s’approchent de quel­qu’un en aboyant. Quand un inconnu respecte le travail des chiens et suit les règles de comportement (lire ci-dessous), cela permet d’éviter des incidents inutiles. Malheureusement, ce n’est pas toujours le cas. Certaines personnes traversent le troupeau n’importe où et n’importe quand, gesticulent, crient ou se mettent à courir à la vue des chiens, ou encore leur lancent des pierres et essayent de les taper avec leurs bâtons. Par ces comportements, ils augmentent massivement le ris­que de se faire pincer, voire mordre, par un des chiens ou que quelqu’un d’autre se fasse pincer plus tard. Dans ce genre de situation, il est difficile pour le berger ou le responsable de l’alpage de garder ses nerfs. C’est pourtant la meilleure solution de, chaque fois que l’occasion se présente, expliquer ce qu’est un chien de protection des troupeaux et comment se comporter en sa présence. Signaler la présence des chiens aux entrées du pâturage, poser un panneau d’information à un endroit stratégique et distribuer des flyers et des bandes dessinées sont des éléments essentiels pour minimiser les risques d’incidents (lire ci-dessous).

Malgré ces nombreux défis, l’utilisation de chiens de protection des troupeaux représente une aide précieuse pour les personnes qui en détien­nent et un lien souvent fort se crée entre les chiens de protection des troupeaux et leur propriétaire, ce qui permet de continuer malgré les éventuelles difficultés. Afin d’aider les agriculteurs dans leur choix d’intégrer ou non des chiens de protection dans leur troupeau, Agridea a édité une nouvelle brochure intitulée Protection des troupeaux par des chiens.
François Meyer, Protection des troupeaux Suisse, AGRIDEA, 6 juillet 2018

 

________________________________________
CHIENS DE PROTECTION OFFICIELS
L’Office fédéral de l’environnement (OFEV) n’encourage en principe que les chiens de protection des troupeaux (CPT) enregistrés officiellement, ce qui suppose le respect des conditions suivantes:
 le chien appartient à une race de chiens de protection officiellement reconnue;
 le chien a passé avec succès l’évaluation d’aptitude au travail de l’OFEV ou est actuellement éduqué dans ce but par un éducateur reconnu;
 le détenteur tient compte des exigences en matière de gestion des conflits liés aux CPT;
 le canton d’implantation a donné son accord de principe pour la détention et l’emploi de CPT officiels dans l’exploitation concernée;
 il n’existe aucune décision cantonale interdisant l’emploi du chien en raison d’un comportement d’agression supérieur à la norme. Le propriétaire ne doit pas être frappé d’une interdiction de détenir des chiens.
FM, 6 juillet 2018



________________________________________
NOUVEAU MATÉRIEL D'INFORMATION
Une nouvelle brochure intitulée Chiens de protection des troupeaux et tourisme – Matériel d’information est disponible sur le site internet de la protection des troupeaux.

Outre l’information aux touristes, le responsable de l’alpage peut encore mettre en place d’autres mesures afin de réduire le risque d’incident, telles que choisir des emplacements adéquats (à l’écart des chemins de randonnée) pour nourrir les chiens, pour mettre le sel pour les moutons, pour faire chômer les moutons, etc. Cela permet de réduire les interactions entre touristes et chiens de protection. Des tronçons de chemins peuvent être clôturés non pas pour la gestion des bêtes, mais pour canaliser les randonneurs.

Un guide pour la gestion des risques liés à l’utilisation de chiens de protection des troupeaux dans les régions de pâturages est envoyé chaque printemps à tous les détenteurs de chiens de protection des troupeaux. Ce guide sera adapté d’ici au printemps 2019. Là encore, une bonne relation et une bonne communication avec toutes les personnes concernées au niveau régional permettent souvent de calmer le jeu et de trouver des solutions afin de régler des conflits et ne pas arriver à la situation, comme dans le canton d’Uri, où un détenteur de chiens de protection des troupeaux s’est vu interdire l’utilisation de ses chiens sur l’alpage qu’il loue.
FM, 6 juillet 2018

SUR LE WEB
www.protection des troupeaux.ch > Fiches techniques et guide pour la protection des troupeaux, pour retrouver la nouvelle brochure.
 
Il faut nourrir les chiens à l'écart des chemins. (AGRIDEA)
 

________________________________________
LES RÈGLES DE COMPORTEMENT
Lors d’une rencontre avec des chiens de protection des troupeaux, il convient de ralentir le rythme de marche, de rester calme et de laisser du temps au chien pour qu’il évalue la situation. Il faut garder ses distances avec les animaux de rente et éviter de provoquer le chien, que ce soit avec un bâton ou des mouvements brusques.

Dès que le chien a accepté la présence d’une personne et qu’il s’est calmé, cette dernière peut continuer lentement son chemin. Si possible, il est préférable de contourner le troupeau.

Les promeneurs ne doivent pas donner à manger aux chiens ni les caresser. Les cyclistes sont invités à descendre de leur vélo et à le pousser. Si un chien de protection des troupeaux se montre menaçant, il convient d’éviter de le regarder dans les yeux et de ne pas lui tourner le dos. Si le chien de protection des troupeaux ne se calme pas après une longue période bien que le touriste attende calmement à distance du troupeau, ce dernier devrait rebrousser chemin.

Il est fortement déconseillé de traverser un troupeau protégé par des chiens de protection avec son chien de
compagnie. En effet les chiens de compagnie, en tant que proches parents des loups, peuvent générer une très forte réaction de la part des chiens de protection des troupeaux.
FM, 6 juillet 2018

SUR LE WEB
www.protection des troupeaux.ch > Dépliants «Comment se comporter avec les chiens de protection des troupeaux».

Dans une telle situation, il convient de rester calme et de ralentir. (AGRIDEA)

 

 

 

 

 

E-Paper & Archives

Cette semaine dans Agri

 

Prix du marché

Chaque semaine, suivez l'évolution des prix du marché de la viande, en conventionnel ou sous label: bovins, porcs, ovins. Consultez aussi les prix de la vente directe, des marchés surveillés et de Proviande.

Conseil de saison


 

Le Conseil de saison est publié en ligne toutes les deux semaines, le mercredi. L'accès est réservé à nos abonnés.

Voyages

Kirghizistan


Du 11 au 19 septembre 2018, Agri vous amène découvrir les paysages intacts et les lacs de montagne aux eaux turquoises du Kirghizistan. L'agriculture est la principale ressource du pays avec l'élevage du bétail. Le délai d'inscription est fixé au 24 juillet 2018, mais si vous vous inscrivez jusqu'au 3 juillet, vous bénéficiez d'une réduction.

Pour en savoir plus...


Agri - Hebdomadaire professionnel agricole de la Suisse Romande
Site web réalisé par www.webexpert.ch

Actualités

Cette semaine

Dossiers

Prix du marché

Photos

Vidéos

Archives

Voyages

A table

Boutique