Menu
 

Valorisation agricole des biodéchets


L’agriculture a un rôle majeur à jouer dans la valorisation des biodéchets, notamment à travers les installations de biogaz agricoles.


Biogaz agricole


La quantité de déchets produite par habitant en Suisse est considérable: selon l’Office fédéral de l’environnement, elle représente plus de 700 kg par an. Ce sujet éveille une certaine inquiétude au sein de la société. L’agriculture est également concernée. D’un côté, les déchets et résidus de plastique contaminent les sols agricoles et affectent le travail des agriculteurs ainsi que la qualité des paysages. De l’autre côté, l’agriculture a aussi un rôle à jouer dans le traitement et l’élimination des déchets organiques. 

Une nouvelle aide à l’exécution
Dans le but d’améliorer la protection de l’environnement et des ressources, une nouvelle ordonnance sur l’élimination des déchets (OLED) a été publiée en 2016 comportant des normes contraignantes. L’aide à l’exécution relative à cette ordonnance a été publiée en janvier 2019. Elle vise à soutenir les cantons dans l’application des nouvelles dispositions légales de l’ordonnance. Le secteur agricole se trouve directement impliqué dans la valorisation des déchets organiques dans le module «Biodéchets». 
   
Priorité méthanisation
Sous sa nouvelle forme, le module accorde, pour de nombreux déchets, la priorité à la méthanisation et au compostage et non plus à la valorisation en station d’épuration ou en incinération. Elle met de ce fait l’accent sur la fermeture des cycles des matières. L’association faîtière des biogaz agricoles,  Ökostrom Schweiz, salue cette modification qui est tout à l’honneur des installations de biogaz agricole.

En effet, la méthanisation permet une valorisation matière ainsi qu’une valorisation énergétique des déchets organiques. Les résidus après fermentation représentent un engrais de haute valeur ajoutée pour les cultures agricoles. L’utilisation des lisiers méthanisés contribue à la réduction de l’emploi d’engrais minéraux du commerce et ainsi, également, à la réduction de l’emploi d’énergie grise sous forme fossile, utilisée lors de la fabrication des engrais minéraux. 

De plus, la méthanisation participe à la fermeture du cycle des éléments nutritifs en retournant au sol les nutriments importants qui en proviennent. L’azote et le phosphore sont en grande partie conservés. 
   
Intrants des biogaz agricoles réglementés
Dans les installations de biogaz agricole, les engrais de ferme sont le principal intrant. Pour compléter, des déchets organiques d’origine non agricole (également appelés cosubstrats) sont utilisés, mais la quantité totale ne peut pas excéder 20% des substrats. L’utilisation de ces cosubstrats est réglementée à travers l’OLED, qui place en premier lieu la valorisation pour l’alimentation. 

En Suisse, les matières premières destinées à l’alimentation humaine ou animale, par exemple les cultures comme le maïs, ne peuvent pas être valorisées énergétiquement dans une installation de biogaz. Ce sont uniquement les denrées périmées ou excédentaires et qui ne peuvent pas être consommées qui sont transformées en énergie, dans le but de ne pas entrer en conflit avec la sécurité alimentaire. 

La liste positive de l’OLED réglemente la valorisation des biodéchets en tant que ressource renouvelable en indiquant l’adéquation de chaque catégorie et quelles précautions sont à prendre.  
Mélanie Gysler, Ökostrom Schweiz, 20 septembre 2019
 
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
 
Pas les mêmes sources d’énergie partout
 
Une large palette de déchets organiques d’origine agricole ou non peut être valorisée dans les installations de biogaz agricoles. La valeur économique des matières est extrêmement variable et dépend de leur rendement énergétique et de leur facilité de stockage et d’utilisation. 

Différents déchets, différentes valorisations
Certaines matières nécessitent des traitements spéciaux avant de pouvoir être méthanisées. Les restes de repas par exemple, nécessitent un traitement d’hygiénisation. Ils doivent être broyés puis chauffés à 70°C pendant une heure, ce qui permet d’éliminer les germes pathogènes et ainsi de lutter contre les contaminations. Les installations traitant ces déchets doivent posséder des autorisations spéciales, délivrées par les services vétérinaires et les cantons. D’autres déchets sont plus faciles à traiter et ne présentent pas de danger pour la santé, comme par exemple les déchets de céréales, rencontrés très fréquemment dans les installations de biogaz agricoles. Chaque installation ne traite donc pas les mêmes types de déchets organiques  en fonction des aménagements disponibles. 

Cultures énergétiques interdites en Suisse
Les plantes cultivées spécialement pour la production d’énergie ne sont pas autorisées en Suisse. Dans les pays voisins, en Allemagne ou en France par exemple, l’apport de cultures énergétiques est autorisé, sous certaines conditions. De nombreux hectares y sont alors consacrés. C’est une pratique très controversée car elle entre en conflit avec la sécurité alimentaire du pays. En Suisse, les terres agricoles sont destinées à la production alimentaire humaine et animale en première ligne et la pratique des cultures énergétique est interdite dans le système de rétribution à l’injection (SRI). C’est une des raisons pour lesquelles la production d’énergie à partir de la biomasse est plus faible en Suisse comparé à nos voisins.
 
Coordination des sources de biomasse
Pour les installations de biogaz membres d’Ökostrom Schweiz, le centre de coordination de la biomasse joue un rôle central. Il fait l’acquisition des sources de biomasse intéressantes, assure la logistique et contrôle la conformité avec les textes législatifs tels que la liste positive de la direction générale des douanes. Les producteurs ont ainsi accès à de la matière qui est adaptée à leur installation. Le centre de coordination de la biomasse est constamment à la recherche de nouveaux produits à valoriser, car le nombre d’installations de biogaz en Suisse est en augmentation. La nouvelle aide à l’exécution de l’OLED va d’ailleurs faciliter l’acquisition de nouveaux produits. 
MG, 20 septembre 2019.


 

E-Paper & Archives

Cette semaine dans Agri

 

Prix du marché

Chaque semaine, suivez l'évolution des prix du marché de la viande, en conventionnel ou sous label: bovins, porcs, ovins. Consultez aussi les prix de la vente directe, des marchés surveillés et de Proviande.

Conseil de saison

 

Le conseil de saison est accessible toutes les deux semaines, pour les abonnés, dès le mercredi précédant la parution.

Voyages

Bientôt le programme des voyages 2020.

Agri - Hebdomadaire professionnel agricole de la Suisse Romande
Site web réalisé par www.webexpert.ch

Actualités

Cette semaine

Dossiers

Prix du marché

Photos

Vidéos

Archives

Voyages

A table

Boutique