Menu
 

Le Conseil national débattra le 3 mai du futur de la betterave dans notre pays


La semaine prochaine, le Conseil national tiendra une session extraordinaire. Le premier objet débattu sera le projet de mise en œuvre de l’initiative parlementaire déposée en 2015 par Jacques Bourgeois.


Suisse 1 no 17 2021


Plus de cinq ans après le dépôt par Jacques Bourgeois (PLR/FR), alors directeur de l’Union suisse des paysans, de l’initiative «Stop au bradage ruineux du sucre! Pour la sauvegarde de l’économie sucrière indigène», le Conseil national doit se prononcer sur un projet visant à appliquer ce texte. Le 3 mai prochain, la Chambre basse débattra de l’avenir de la production de sucre suisse en examinant simultanément la suite à donner au texte du Fribourgeois et à la motion déposée le 2 février dernier par sa Commission de l’économie et des redevances (CER-N) intitulée «Promouvoir la culture écologique des betteraves sucrières».

Ces dernières années, les betteraviers suisses ont dû faire face à de nombreux écueils. Tout d’abord, l’Union européenne a abandonné, en 2017, son système de quotas de production. C’est d’ailleurs la raison qui a motivé Jacques Bourgeois de déposer son initiative parlementaire. Cela a provoqué une surproduction en Europe qui a exercé une forte pression sur les prix du sucre en Suisse. Depuis quelques années, le syndrome des basses richesses péjore les rendements en sucre des betteraves. Enfin, la jaunisse virale, transmise par des pucerons, a fait un retour fracassant suite à l’interdiction des semences traitées au Gaucho, un néonicotinoïde.

Pérenniser le soutien actuel
Pour maintenir une production sucrière indigène malgré les baisses de revenus importantes des planteurs de betteraves, le Conseil fédéral a mis en place, à partir de 2019, une taxe douanière minimale de 70 francs par tonne de sucre et a augmenté la contribution spécifique pour la culture de betteraves sucrières de 1800 à 2100 francs par hectare. Ces mesures ont été prises pour des durées déterminées qui se terminent cette année.

De l’aveu même de la CER-N, en cas d’abandon pur et simple de ces soutiens, l’industrie sucrière suisse n’aurait guère de chance de subsister. Raison pour laquelle la commission propose d’inscrire au niveau de la loi, malgré le préavis défavorable du Conseil fédéral, la taxe douanière minimale de 70 francs par tonne de sucre importé.

Divergences au niveau de la prime de culture
A l’issue d’une consultation sur un projet comportant deux variantes, une courte majorité de la CER-N a choisi de soutenir la proposition la plus défavorable pour la filière en abaissant de 2100 fr./ha à 1500 fr./ha, la prime annuelle allouée aux cultivateurs répondant aux Prestations écologiques requises (PER). «Cette baisse de 29% ramènerait cette contribution aux cultures spéciales en dessous de son niveau de 2014, qui était alors de 1600 francs par hectare», s’insurge Christian Aeberhard, adjoint de direction de Prométerre. «Cette année-là, le prix payé pour les betteraves atteignait 53 fr./t, alors qu’il stagne aujourd’hui à 44 francs par tonne. Une telle différence de prix correspond à environ 800 fr./ha. En huit ans, les betteraviers perdraient ainsi 1400 francs par hectare!»

Souhaitant encourager une culture plus écologique de la betterave sucrière, la CER-N propose de compléter cette prime par l’octroi d’un supplément annuel de 700 fr./ha pour les betteraves bios et de 500 fr./ha pour les betteraves cultivées sans recours à des fongicides ou à des insecticides.
 
Si vous souhaitez lire la suite de cet article (page 4), vous devez disposer de votre mot de passe pour accéder à l'Espace abonné: www.agrihebdo.ch/newspaper
 

 

E-Paper & Archives

Cette semaine dans Agri

 

Prix du marché

Chaque semaine, suivez l'évolution des prix du marché de la viande, en conventionnel ou sous label: bovins, porcs, ovins. Consultez aussi les prix de la vente directe, des marchés surveillés et de Proviande.

Conseil de saison

Conseil de saison

Le conseil de saison est désormais disponible dès le mercredi après-midi avant l'édition. Son accès est réservé aux abonnés.

Voyages

Découvrir la Grèce et son agriculture, les trésors de la Corse ou la Géorgie et son histoire légendaire: vous pouvez d'ores et déjà vous inscrire à ces trois premiers voyages concoctés pour les lecteurs d'Agri. Cliquez ici

Agri - Hebdomadaire professionnel agricole de la Suisse Romande
Site web réalisé par www.webexpert.ch

Actualités

Cette semaine

Dossiers

Prix du marché

Photos

Vidéos

Archives

Voyages

A table

Boutique