Menu
 

ag15_dossier_cheval

«Le cheval n’est pas un instrument»


HANS WYSS dirige l’Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV) à Berne. Il fait le point sur le rôle que joue cet office dans la santé, la détention et l’utilisation respectueuse des chevaux.


> Quelle est, de manière générale, la mission de l’OSAV concernant les animaux de rente et de compagnie?
L’OSAV est le centre de compétences de la Confédération pour la sécurité alimentaire, la nutrition, la santé animale, la protection des animaux et la conservation des espèces dans le commerce international. Concernant plus particulièrement les animaux de rente, il vise principalement à assurer la sécurité des denrées alimentaires via la santé animale puisque ces animaux sont susceptibles de rejoindre la chaîne des denrées alimentaires.

> Quelles thématiques vous occupent plus particulièrement dans le domaine équin?
La détention et l’utilisation des chevaux sont des thèmes centraux de notre office. En 2002 déjà, nous avions publié une brochure qui présentait les modifications prévues dans la détention des chevaux en lien avec l’Ordonnance sur la protection des animaux révisée en 2008. Un progrès majeur que nous avons réalisé dans ce domaine est l’interdiction de la garde à l’attache des chevaux, non conforme à leurs besoins. Elle a pris fin en 2013 à l’issue d’un délai transitoire de cinq ans. Je dirais qu’aujourd’hui, nous avons atteint un bon niveau en ce qui concerne la détention des chevaux et le fait que les chevaux puissent se mouvoir librement. Se mouvoir est essentiel pour eux, c’est un besoin, c’est nécessaire pour leur vie sociale, mais aussi pour leur appareil locomoteur et respiratoire, donc pour leur santé!

> Que peut-on dire justement de la santé du cheptel suisse et quel rôle joue l’OSAV à ce niveau?
La situation des épizooties équines est actuellement favorable. Mais il faut garder à l’esprit que le monde est devenu un village global, que des animaux circulent et que le cheptel suisse pourrait être touché par des maladies auxquelles nous n’aurions a priori pas pensé comme la peste équine ou la fièvre du Nil occidental. La Suisse est actuellement indemne de ces maladies mais le danger est toujours là. Raison pour laquelle l’OSAV prend toutes les mesures de prévention possible.

> A l’exemple du programme «Equinella»?
Exactement. Le programme de surveillance et de détection précoce des maladies équines «Equinella», pilier de la stratégie «Santé animale en Suisse 2010+», nous permet de mieux anticiper et de prévoir où les maladies risquent d’apparaître, comme c’est le cas par exemple actuellement pour la gourme. Les vétérinaires étant tenus d’annoncer les cas, nous avons une vue d’ensemble sur la santé de la population équine, ce qui permet d’éviter que des animaux malades n’en contaminent d’autres.

> Est-ce que la réduction de l’emploi des antibiotiques est aussi d’actualité dans le monde équin?
Tout à fait. En matière d’antibiotiques, le mot d’ordre est «aussi peu que possible». C’est encore plus valable chez les chevaux enregistrés comme animaux de rente, qui peuvent potentiellement rejoindre la chaîne des denrées alimentaires. Ces derniers représentent la moitié des chevaux enregistrés.

> Y a-t-il aujourd’hui des enjeux autour de la détention et du bien-être des chevaux?
Oui il est très important de les détenir correctement. Le détenteur doit donc être bien informé: par exemple les chevaux ont besoin de place pour se mouvoir. D’ailleurs historiquement le cheval est un animal de rente, et aujourd’hui il constitue une branche de production importante sur de nombreuses exploitations, en tant qu’animal de sport et de loisirs.

Il y a également encore des progrès à faire dans notre manière de traiter et d’utiliser les chevaux. La détention est bien  réglementée, l’utilisation beaucoup moins. Or, le cheval est très sensible et mérite qu’on le traite avec attention. Il ne doit pas devenir un simple instrument de sport ou de loisirs.
Propos recueillis par Elise Frioud, 15 avril 2016


 

 

E-Paper & Archives

Cette semaine dans Agri

 

Prix du marché

Chaque semaine, suivez l'évolution des prix du marché de la viande, en conventionnel ou sous label: bovins, porcs, ovins. Consultez aussi les prix de la vente directe, des marchés surveillés et de Proviande.

Conseil de saison


 

Les interventions sont terminées et reprendront au printemps, notre rubrique "Conseil de saison" aussi.  

Voyages

Ténérife et Gomera

Du 30 mars au 6 avril. Inscrivez-vous au prochain voyage Agri et découvrez deux îles remarquables de l'archipel des Canaries, Ténérife et Gomera, avec leurs secrets et leur beauté.

Pour en savoir plus...


Agri - Hebdomadaire professionnel agricole de la Suisse Romande
Site web réalisé par www.webexpert.ch

Actualités

Cette semaine

Dossiers

Prix du marché

Photos

Vidéos

Archives

Voyages

A table

Boutique