Menu
 

ag15_energies

Du séchoir au chauffage de l’eau, produire et utiliser sa propre énergie


Sur l’exploitation de Roger Faivre et Paul-Eric Rosselet, plusieurs mesures ont été entreprises pour limiter la consommation d’énergie. Les éleveurs sont contents de leurs installations.

 

Des panneaux solaires sur le toit de la ferme, un canal pour récupérer l’air sous le toit afin de ventiler le séchoir, un chauffage à plaquettes ou encore des citernes pour récupérer l’eau de pluie… Les associés Roger Faivre et Paul-Eric Rosselet ont fait le pari d’équiper leur ferme et leurs maisons avec des installations permettant d’utiliser leur propre énergie. Pourtant, rien ne les prédestinait à prendre cette direction. «Avant 2009 et nos premières réflexions autour des panneaux solaires, on n’y pensait pas vraiment. C’est venu petit à petit, au fur et à mesure des installations. Je pense que c’est une conviction qui vient avec les années», explique Roger Faivre. Leur ferme, située à 1100 m d’altitude au Cerneux-Péquignot, compte 111,52 ha de prairies et pâturages. Une visite a été organisée dans le cadre de la journée ADCF du mardi  4 avril. Plusieurs thèmes ont été traités, dont notamment le séchage en grange et la production d’énergie sur l’exploitation.

 


Roger Faivre et Paul-Eric Rosselet devant leur troupeau
de Montbéliardes.

Plusieurs mesures

Les deux exploitants sont en communauté d’exploitation depuis 2002. En 2003, ils lancent leur premier projet commun, soit la construction d’une nouvelle étable, sur le domaine de Roger Faivre. Le troupeau de 59 Montbéliardes est logé dans ce bâtiment en hiver et à la Chatâgne sur l’exploitation de Paul-Eric Rosselet, en été. Le nouveau rural sert alors pour le séchage des fourrages.

Les premiers travaux en relation à l’économie d’énergie remontent à 2008, avec l’installation d’un variateur de fréquence pour la traite (lire l’encadré ci-contre). Mais la plus grande mesure a été prise lors de la pose des panneaux photovoltaïques. Ce sont 1550 m2 qui recouvrent le toit du rural. A  suivi l’installation d’un système de récupération de l’air chaud entre les capteurs solaires et l’ancienne toiture afin de le mettre à disposition du séchoir. Ce dernier est composé de deux cellules de 1000 m3 chacune. Un seul ventilateur est utilisé pour l’instant.

Séchage des fourrages
Aloïs Cachelin de la Chambre neuchâteloise d’agriculture et de viticulture et Pierre Aeby de l’Institut agricole de Grangeneuve ont fait quelques observations sur l’installation de séchage. Dans les points négatifs, ils relèvent la taille des cellules, très allongées. Il serait préférable d’avoir des cellules par exemple de 16x10 m. L’autre aspect limitant est l’unique ventilateur. Pour s’assurer que le fourrage sèche correctement, Pierre Aeby recommande de mesurer la pression sur le tas qui doit baisser dès le lendemain, de vérifier la température (par exemple à l’aide d’une caméra thermique) et de contrôler l’hygrométrie.

Parmi les points positifs, ils soulignent le canal de récupération de l’air chaud qui permet de gagner plusieurs degrés et d’améliorer les performances de séchage. L’air doit d’abord être chauffé avant d’être amené au bon endroit. Pour ce faire, il faut prévoir suffisamment de volume pour transporter cet air chaud à 4-5 m/s. Ainsi, la hauteur des panneaux est essentielle. Quand les éleveurs ont décidé de louer leur toit, ils ont posé la condition qu’il soit suffisamment surélevé.
 
Finalement, il faut encore prévoir un système qui permette à l’air de s’échapper lorsque le tas n’est pas ventilé. La pose de mousse isolante au fond du séchoir est également une bonne chose, de même que la fermeture des parois avec des planches afin d’éviter que l’air ne s’échappe le long des parois. Les claies sont posées sur des fers à béton et non sur du bois, un système encore peu répandu en Suisse. Il présente l’avantage d’être moins coûteux et facile de montage. Les claies sont par contre lourdes à déplacer.
Sarah Deillon, 13 avril 2017

> Si vous souhaitez lire la suite de cet article, notamment sur l'économie d'énergie dans l'e-paper (en page 29), vous devez disposer de votre mot de passe pour accéder à l'Espace abonné:  http://www.agrihebdo.ch/newspaper/


 

 

E-Paper & Archives

Cette semaine dans Agri

 

Prix du marché

Chaque semaine, suivez l'évolution des prix du marché de la viande, en conventionnel ou sous label: bovins, porcs, ovins. Consultez aussi les prix de la vente directe, des marchés surveillés et de Proviande.

Conseil de saison



Le conseil de saison est publié en ligne toutes les deux semaines, le mercredi; accès réservé aux abonnés.

Voyages

Brochure PA 14-17

Politique agricole 2014-2017

Agri et l’OFAG proposent en libre accès un document PDF regroupant la série «Dossier PA 2014-2017» publiée du 1er novembre 2013 au 2 mai 2014.

Agri - Hebdomadaire professionnel agricole de la Suisse Romande
Site web réalisé par www.webexpert.ch

Actualités

Cette semaine

Dossiers

Prix du marché

Photos

Vidéos

Archives

Voyages