ag16_construction

Planifier son bâtiment pour profiter au maximum des différences de niveau


Souvent perçue comme une contrainte lors d’une construction, la pente peut s’avérer très profitable, à condition d’imaginer dès la planification comment utiliser au mieux les différences de niveau.


La pente peut représenter un avantage. C’est avec cette idée qu’Edgar et Sonja Sauser, exploitants aux Breuleux (JU), ont imaginé la nouvelle stabulation libre qu’ils ont construite entre 2015 et 2016 dans un talus tout proche de leur ancien rural, à 1150 mètres d’altitude. L’étable flambant neuve peut abriter 65 unités gros bétail (UGB), à savoir les 40 vaches laitières du troupeau ainsi que les remontes. A la tête d’un domaine de 57 hectares de surfaces herbagères en zone de montage II, les Sauser livrent annuellement 200 000 kg de lait à la fromagerie de Saignelégier, qui fabrique de la Tête-de-Moine AOP. Ils détiennent aussi six chevaux Franches-Montagnes.
 
Une étable isolée, hors gel, avec un bon climat
Avec leur fils Stéphane, salarié de l’exploitation, ils ont rapidement opté pour une étable isolée, dite chaude. «On ne voulait pas avoir froid aux mains dans l’écurie», expliqu’Edgar Sauser. Pari réussi puisque cet hiver, la température dans l’étable n’est pas descendue sous les 4 °C.

Contrairement à ce qui se fait de façon usuelle, les Sauser ont choisi de stocker le foin au-dessus de la stabulation, tout en le séparant complètement du bétail. Le plafond de la fourragère est équipé de dévaloirs à fourrage. Même si le volume d’air à disposition des bovins est relativement limité, le climat d’écurie est idéal. L’air est renouvelé par des ventilateurs et tout a été pensé pour que l’air circule sans entrave. «Nous avons par exemple prévu des ouvertures juste au-dessus de la poutre qui surplombe les cornadis», indique Edgar Sauser en les pointant.

L’étable est également pour­vue de nombreuses fenêtres, également du côté de la fourragère, qui garantissent une excellente luminosité.

Garantir un foin de qualité optimale

Le fenil, d’une capacité totale de 2600 m³, est constitué de deux cellules qui peuvent être raccordées au séchoir. Un récupérateur de chaleur sur le pan nord du toit permet d’augmenter la capacité de séchage. «Nous avons loué le pan sud pour y produire de l’électricité photovoltaïque», indique Stéphane Sauser. En séparant totalement le bétail du fourrage, ce dernier n’est altéré ni par l’humidité ni par les odeurs dégagées par les vaches. La qualité du foin distribué est ainsi optimale tout au long de la période d’affouragement d’hiver. «Le fourrage est toujours frais, craquant et il sent bon!», ajoute Stéphane Sauser.

Emprunte au sol réduite
En plaçant le fenil sur l’étable, les Sauser ont minimisé la surface au sol utilisée. Le bâtiment de 72 m de long abrite également un hangar de 800 m². «On peut y entreposer de la marchandise et des machines», indique Edgar Sauser. Le Jurassien précise que si la météo menace lors des travaux de fanage, il peut y vider jusqu’à une vingtaine d’autochargeuses à l’abri. Le bâtiment contient également un garage où les deux tracteurs de l’exploitation sont parqués.

En ce qui concerne les coûts, Edgar Sauser a investi environ 2 millions de francs dans ce bâtiment. «Placer le fenil en dessus de l’étable nécessite un renforcement de la poutraison qui supporte le fourrage et le hangar, mais on gagne en surface, y compris pour le toit», explique l’agriculteur franc-montagnard.

Utiliser la pente jusque dans les détails
«On a profité des différents niveaux au maximum», indi­que Stéphane Sauser. «Nous n’avons ainsi pas une seule marche entre les différents locaux de l’écurie.» La salle de traite, 2 x 3 tandem, est accessible de plain-pied. Un avantage pour évacuer le lait destiné aux veaux. De même, les Sauser ont installé sous les dévaloirs à lisier une grille équipée d’un va-et-vient. Cela permet de sortir du fumier, une fumure appréciée pour les parcelles pourvues d’un sol superficiel.
Vincent Gremaud, 21 avril 2017


 

 

 

Prix du marché

Chaque semaine, suivez l'évolution des prix du marché de la viande, en conventionnel ou sous label: bovins, porcs, ovins. Consultez aussi les prix de la vente directe, des marchés surveillés et de Proviande.

Conseil de saison



Le conseil de saison est accessible en ligne aux abonnés chaque mercredi.

Voyages

Île de Madère


Du 23 au 29 avril 2017, Agri vous emmène à l'île Madère, dans l'Atlantique, près des côtes africaines. Appartenant au Portugal, l'île produit des bananes destinées au marché local et métropolitain, des fleurs, et le vin de Madère qui jouit d'une grande réputation à l'exportation. Dans la vallée du nord (photo), les habitants exploitent la moindre parcelle de terrain qui n'est pas trop en pente en créant des terrasses.

Pour en savoir plus...


Brochure PA 14-17

Politique agricole 2014-2017

Agri et l’OFAG proposent en libre accès un document PDF regroupant la série «Dossier PA 2014-2017» publiée du 1er novembre 2013 au 2 mai 2014.

 Av des Jordils 1 - CP 1080 - 1001 Lausanne - Tél 021 613 06 46 - Fax 021 613 06 40 -

Site web réalisé par www.webexpert.ch

Actualités

Cette semaine

Dossiers

Prix du marché

Photos / Vidéos

Archives

Voyages