Menu
 

Faire respirer les grands bâtiments

 

Pour les étables de grande taille, en matière de climat et de confort, la clé est de ventiler pour évacuer l’humidité. La tendance est d’ailleurs aux bâtiments de plus en plus ouverts.

Une vache qui se sent bien dans son bâtiment est à même de produire un maximum de lait en restant en bon­ne santé. Raison pour laquelle le climat d’étable est un paramètre à prendre impérativement en compte lors de la cons­truction des étables pour les laitières. Et ce paramètre prend encore davantage d’importan­ce avec l’augmentation de la taille des troupeaux et la con­ception d’étables de plus en plus imposantes. «En l’espace d’une dizaine d’années, en France, on est passés de troupeaux d’une quarantaine de vaches à des troupeaux d’une centaine de vaches. Aujour­d’hui, les projets que je conçois sont dimensionnés pour des troupeaux de 100 à 150 bêtes», témoigne ainsi Tanguy Morel, conseiller bâtiment dans le département de l’Ain et orateur de la journée sur le climat d’étable organisée en décembre dernier à Grangeneuve.

Concevoir au cas par cas
«Le bâtiment est d’abord un espace de vie qui doit permettre l’établissement d’une hiérarchie, des déplacements sans conflit et le repos de tous les animaux», tient à rappeler Tanguy Morel en guise d’introduction. Et d’insister: «Il n’y a pas de logement idéal à tous points de vue. Les bâtiments doivent être conçus au cas par cas». Pour les grands troupeaux (plus de 120 vaches), la stabulation libre avec logettes et raclage du lisier s’avère cependant souvent la plus appropriée. Le raclage du lisier présente l’avantage de sortir du bâtiment une matière qui dégage de l’humidité.

Favoriser la ventilation naturelle
Car c’est là l’important en   terme de climat d’étable: dans les bâtiments de grande taille conçus pour des troupeaux importants, il s’agit avant tout d’assurer une bonne ventilation pour évacuer l’humidité et assurer que le climat d’étable soit approprié, qu’il fasse –10°C ou 25°C. «Il faut de l’air, mais sans courant d’air», illustre le conseiller. Les entrées et sorties d’air doivent être conçues de manière à extraire l’humidité produite par les animaux. Les courants d’air localisés liés par exemple à des por­tes ou des trappes de raclage doivent être neutralisés.

Lorsque les bâtiments sont très larges (plus de 45 m), mais conçus de manière classique, la ventilation naturelle atteint ses limites. Il faut alors favoriser les ouvertures supplémentaires telles que les faîtages ventilés, les rideaux latéraux ou autres zones d’échan­ge permettant de pousser davantage l’air vers l’extérieur. Autre solution: concevoir le bâtiment différemment.

Ainsi, la toiture «Agriconfort», constituée de tôles espacées en couverture, est un système qui fonctionne bien, à condition que le bâtiment soit rempli (ce qui crée une certaine pression) et que la toiture ne soit pas trop haute, d’après Tanguy Morel. Il trou­ve ses limites en été, lorsque le bâtiment est vide, car l’eau de pluie peut y pénétrer. Un autre système a été présenté par le spécialiste: les toitures en shed. Il s’agit de plusieurs toits monopente accolés, cha­que unité faisant une dizaine de mètres de largeur. Dans ce genre de bâtiment, le climat est homogène, car la ventilation est optimale.
 
 
Lutter contre le chaud
En saison estivale, maintenir un bon climat d’étable est également crucial: lors des périodes de fortes chaleurs, les troupeaux restent en effet plutôt à l’étable qu’au pâturage. Tanguy Morel propose différents leviers d’action: réduire l’éclairement zénithal, sur-ventiler, brumiser et isoler la toiture.

En ce qui concerne la sur-ventilation, les ventilateurs classiques sont source de bruit et forcent l’air à circuler. Les ventilateurs à pales présentent l’avantage de respecter la ventilation naturelle. «On peut imaginer qu’ils tournent toute l’année à vitesse réduite afin d’aider à renouveler l’air, y compris en hiver», propose Tanguy Morel.

Pour isoler les toitures, des toits en composite peuvent apporter une solution intéressante. Le conseiller a par exemple parlé du «Bartic», un   composite qui recycle des chutes industrielles (sciure de bois et de menuiserie PVC). Avec sa conception alvéolaire qui permet de créer une ventilation naturelle en toiture, il agit comme régulateur thermique. «Avec une couverture ajourée et un ventilateur à pales en combinaison, on obtient des bâtiments qui restent sains même en saison chaude», affirme Tanguy Morel.

Des bâtiments ouverts
Il est possible d’aller plus loin. En France, la tendance est de plus en plus à l’ouverture des bâtiments. Le magazine Réussir Lait consacrait, en octobre dernier, un dossier complet à ce sujet. Les bâtiments étaient autrefois de plus petite taille et conçus plutôt pour passer la saison d’hiver dans de bonnes conditions, rappelle Jacques Capdeville, spécialiste de l’Institut de l’élevage, en France. Or, l’évolution du climat vers des hivers plus doux et des étés plus chauds, l’agrandissement des troupeaux et des bâtiments, toujours plus massifs et difficiles à ventiler, et le recul du pâturage avec des vaches qui passent de plus en plus de temps à l’intérieur impliquent de redéfinir les nor­mes de ventilation dans les bâtiments. «Faites respirer vos bâtiments», insistent aujourd’hui les spécialistes!
 
En effet, la tendance est d’ouvrir le plus possible les bâtiments, même en hiver. Si certains éleveurs n’hésitent pas à casser des murs et bardages fixes, d’autres optent à la construction directement pour des bâtiments aux ouvertures modulables. Dans les régions au climat propice, certains poussent même le concept jusqu’à concevoir des stabulations ouvertes sur tou­tes leurs façades.
Elise Frioud, le 20 janvier 2017
 
> Si vous souhaitez lire la suite de cet article dans l'e-paper (en page 23), vous devez disposer de votre mot de passe pour accéder à l'Espace abonné:  http://www.agrihebdo.ch/newspaper/

 

E-Paper & Archives

Cette semaine dans Agri

 

Prix du marché

Chaque semaine, suivez l'évolution des prix du marché de la viande, en conventionnel ou sous label: bovins, porcs, ovins. Consultez aussi les prix de la vente directe, des marchés surveillés et de Proviande.

Conseil de saison



Le conseil de saison est publié en ligne toutes les deux semaines, le mercredi; accès réservé aux abonnés.

Voyages

Brochure PA 14-17

Politique agricole 2014-2017

Agri et l’OFAG proposent en libre accès un document PDF regroupant la série «Dossier PA 2014-2017» publiée du 1er novembre 2013 au 2 mai 2014.

Agri - Hebdomadaire professionnel agricole de la Suisse Romande
Site web réalisé par www.webexpert.ch

Actualités

Cette semaine

Dossiers

Prix du marché

Photos

Vidéos

Archives

Voyages