Menu
 

Le pâturage n’est pas un obstacleà l’installation d’un robot de traite


Installer un robot de traite n’implique pas de devoir renoncer au pâturage, d’autant plus lorsque le parcellaire est groupé autour de la ferme.


dossier fourrage


Des vaches qui, au printemps, consomment 75% de leur ration au pâturage et qui sont traites par un robot, c’est possible! C’est en tout cas le système qu’a mis en place Didier Roch, éleveur à Ballens (VD). Ses vaches valorisent au mieux l’herbe printanière et sont complétées avec du foin, du regain et un aliment de production. Mais pour que cette stratégie fonctionne au mieux, un certain nombre de conditions doivent être réunies.
 
Organisation indispensable
Lorsqu’un robot de traite est installé sur une exploitation, le pâturage a tendance à être réduit pour éviter une baisse de la production laitière. En effet, les éleveurs crai-gnent souvent que les vaches ne soient pas motivées à rentrer se faire traire. Par ailleurs, les contraintes pour faire circuler les animaux peuvent s’avérer importantes si les parcelles sont éloignées du lieu de traite. En revanche, dans le cas où le parcellaire est favorable, et si l’éleveur est motivé, un robot de traite n’est pas un obstacle à la pratique de la pâture.

Didier Roch a fait le choix d’installer deux robots dans son ancienne salle de traite il y a douze ans. L’exploitant misait déjà beaucoup sur le pâturage pour ses 120 laitières, ayant la chance de disposer de 28 hectares d’herbages groupés autour de la ferme. Il a naturellement continué avec le robot, même si cette stratégie demande une certaine organisation. «On est à disposition de ces dames», explique-t-il.

Selon l’exploitant, pâturer avec un robot de traite fonctionne bien au printemps et en automne, lorsque les vaches sortent volontiers manger, moins en été. «Lorsqu’il fait chaud, les vaches re-rentrent à l’étable sitôt sorties car elles y sont mieux. La conception du système fait qu’on ne peut pas les bloquer dehors.» Mais cette contrainte ne se limite pas aux vaches qui ne sortent pas. Inversement, certaines vaches ne rentrent pas volontiers pour se faire traire, malgré le concentré distribué dans le bâtiment. Il faut donc rentrer le troupeau entier à certains moments de la journée pour s’assurer que toutes les vaches passent à la traite. «Actuellement, je fonctionne ainsi: les vaches traites peuvent sortir dès 8 h dans un premier parc. Dès 11 h, les vaches traites le matin sont dirigées dans un autre parc. Dès12 h ou 13 h 30, les vaches du premier parc sont rentrées à l’étable. Celles de l’autre parc sont rentrées à 17 h.»
L’intervalle entre deux traites a été fixé à huit heures et demie et les vaches affichent une moyenne de traite de 1,8 à 2,2 traites par vingt-quatre heures. Finalement, l’exploitant ne fonctionne pas très différemment de ses collègues qui traient matin et soir.

Pas de routes à traverser
«Avec un robot, affourager dedans serait sans doute plus simple. Mais nous produisons pour le Gruyère AOP et en termes d’image et de bien-être animal, je trouve que la pâture s’impose dès que le temps le permet, d’autant que notre parcellaire s’y prête bien», analyse Didier Roch.

Pour que son système fonctionne, le Vaudois insiste: il ne faut pas avoir à traverser de chemin ou de route. Chez lui, l’entrée des parcs se situe au maximum à 30 mètres de la sortie de l’étable. De plus, il faut que les chemins pour les vaches soient bien aménagés, idéalement goudronnés. La pratique recommande une largeur de 2 mètres en sens unique, 3 mètres si les vaches se croisent. Il est également recommandé que la parcelle la plus éloignée ne se situe pas à plus de 800 mètres de l’étable, autrement la distance dissuade les animaux de circuler.
Elise Frioud, 12 mai 2017
 
 > Si vous souhaitez lire la suite de cet article, ainsi que deux encadrés sur le sujet dans l'e-paper (en page 21), vous devez disposer de votre mot de passe pour accéder à l'Espace abonné:  http://www.agrihebdo.ch/newspaper/

 

E-Paper & Archives

Cette semaine dans Agri

 

Prix du marché

Chaque semaine, suivez l'évolution des prix du marché de la viande, en conventionnel ou sous label: bovins, porcs, ovins. Consultez aussi les prix de la vente directe, des marchés surveillés et de Proviande.

Conseil de saison



Dernier conseil de saison, 25 octobre. La rubrique reprendra au printemps; accès réservé aux abonnés.

Voyages

Brochure PA 14-17

Politique agricole 2014-2017

Agri et l’OFAG proposent en libre accès un document PDF regroupant la série «Dossier PA 2014-2017» publiée du 1er novembre 2013 au 2 mai 2014.

Agri - Hebdomadaire professionnel agricole de la Suisse Romande
Site web réalisé par www.webexpert.ch

Actualités

Cette semaine

Dossiers

Prix du marché

Photos

Vidéos

Archives

Voyages

Boutique