Dezalay_agri20

Le projet d’introduire les AOP viticoles 
divise les milieux professionnels


Pour créer de la valeur ajoutée et renforcer
 la protection juridique des appellations d’origine à l’étranger, l’OFAG souhaiterait s’affranchir du système des AOC et passer
 aux AOP. Une initiative qui suscite beaucoup d’interrogations 
dans la branche.

 

C’est un chantier très ambitieux qui attend dans les prochains mois et les prochaines années le monde viticole suisse. De quoi s’agit-il? Le projet de l’Office fédéral de l’agriculture (OFAG) «Des AOC aux AOP viticoles» prévoit de remplacer à l’horizon 2022 le système actuel de classification des vins suisses AOC (appellation d’origine contrôlée) par celui des appellation d’origine protégée (AOP) et indication géographique protégée (IGP), en vigueur dans l’Union européenne depuis 2009.


Dans un premier temps, un groupe de travail constitué uniquement des membres de la Conférence suisse des services de l’agriculture cantonaux (Cosac) et de représentants de l’OFAG s’était réuni l’année dernière afin de poser les bases du projet. Une procédure ayant quelque peu surpris la branche, qui s’était sentie mise à l’écart.


Mais depuis cette année, des membres de l’Interprofession de la vigne et des vins suisses (IVVS) sont associés à la réflexion, laquelle doit durer jusqu’en 2018 et devrait aboutir à une consultation vers 2019. De son côté, l’IVVS a mis en place son propre groupe de travail et les discussions commencent également à avoir lieu dans chaque interprofession cantonale.


La fin des règlements cantonaux
Si la Confédération choisissait tel quel de reprendre à son compte les règles en vigueur pour les AOP-IGP viticoles européennes, un vin AOP, respectivement IGP, suisse devrait être constitué à l’avenir à 100%, respectivement 85%, de raisins provenant de sa région d’appellation (lire l’encadré ci-dessous). La législation sur les appellations d’origine ne serait plus arrêtée par les cantons, puisque la procédure suivie serait semblable à celle des produits AOP-IGP agricoles: un groupement de producteurs définit le cahier des charges de l’appellation et dépose une demande d’enregistrement et de protection à l’OFAG, lequel consulte en retour les cantons concernés par l’appellation avant de décider de publier la demande.


«Sous une même AOC vous trouvez aujourd’hui des vins qui sont l’expression d’un terroir et véritablement ancrés 
au niveau régional, à côté de vins qui utilisent toute la gamme des procédés technologiques à disposition. Ces deux types de vins répondent à des atten-
tes différentes des consommateurs. Par ailleurs, un consommateur qui part du Valais, passe par Vevey, va sur Fribourg et s’arrête à Berne, en ayant bu un verre de vin à chaque étape, aura eu affaire à quatre législations différentes. Donc il a du mal à s’y retrouver. Au vu de ces considérations, la question est de savoir si l’AOC est toujours la meilleure façon de segmenter l’offre et cette réforme serait l’occasion d’y réfléchir», explique Pierre Schauenberg, responsable du secteur Produits végétaux à l’OFAG et coordinateur du projet.

 

Créer de la valeur ajoutée
«Ce projet est une demande de l’administration, pas de la branche», précise Frédéric Borloz, président de la Fédération suisse des vignerons, qui se dit néanmoins ouvert au dialogue. «Pour le moment, une partie de la branche s’y oppose. Le système ne fonctionne pas si mal et le consommateur s’y est habitué. Dans ces conditions, on a peur d’un changement trop important. D’un autre côté, un terme comme «grand cru» signifiera grâce à cette harmonisation à peu près la même chose dans toute la Suisse, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. D’une manière générale, et notamment par rapport aux jeunes générations qui n’ont plus la culture du vin et achètent surtout en grande surface, la branche gagnerait à harmoniser les indications sur l’étiquette.»


Avec une production viticole suisse composée à plus de 95% d’AOC, les possibilités de différencier la production sont a priori faibles, voire épuisées. Dans un contexte d’érosion des parts de marché des vins suisses, l’enjeu serait de créer de la valeur ajoutée en segmentant la catégorie des vins AOC en vins AOP, plus spécifiquement liés au terroir et à la 
tradition, et en vins IGP, avec des pratiques moins contraignantes. «L’IGP regrouperait la catégorie vin de pays, qui n’est aujourd’hui quasiment pas utilisée, ce qui donnerait une vraie signification aux vins AOP. Avec cette classification, la pyramide de valeur ajoutée sera plus compréhensible pour le consommateur, d’autant qu’il pourra plus facilement faire le lien avec les autres produits agricoles AOP-IGP et avoir une base de comparaison avec les vins européens. Cela augmentera son niveau de confiance et pour les professionnels que nous sommes, permettra de mieux communiquer», relève Alain Farine, directeur de l’Association suisse des AOP-IGP.


«Outre que notre système ne brille pas par sa lisibilité, ajoute Simone de Montmollin, directrice de l’Union suisse des œnologues, la question est de savoir s’il est assez cohérent et robuste pour favoriser le développement de nos vins en Suisse et à l’étranger. La réponse est plutôt non. Aujourd’hui, force est de constater que nous avons touché les limites du système. On souffre d’un déficit de positionnement et on ne sait pas comment traduire la véritable valeur ajoutée de nos vins. Ces nouvelles appellations pourraient permettre de repenser la valorisation de nos produits et leur positionnement vis-à-vis des vins étrangers.»

Alain-Xavier Wurst, 19 mai 2017

 

DÉFINITIONS LÉGALES DES AOP-IPG

On entend par «appellation d’origine», le nom d’une région, d’un lieu déterminé ou, dans des cas exceptionnels et dûment justifiés, d’un pays, qui sert à désigner un produit satisfaisant aux exigences suivantes:

  1. Sa qualité et ses caractéristiques sont dues essentiellement ou exclusivement à un milieu géographique particulier et aux facteurs naturels et humains qui lui sont inhérents;
  2. Il est élaboré exclusivement à partir de raisins provenant de la zone géographique considérée;
  3. Sa production est limitée à la zone géographique considérée;
  4. Il est obtenu exclusivement à partir de variétés de vigne de l’espèce Vitis vinifera.


On entend par «indication géographique», une indication renvoyant à une région, à un lieu déterminé ou, dans des cas exceptionnels et dûment justifiés, à un pays, qui sert à désigner un produit satisfaisant aux exigences suivantes:

  1. Il possède une qualité, une réputation ou d’autres caractéristiques particulières attribuables à cette origine géographique;
  2. Il est produit à partir de raisins dont au moins 85% proviennent exclusivement de la zone géographique considérée;
  3. Sa production est limitée à la zone géographique considérée;
  4. Il est obtenu à partir de variétés de vigne de l’espèce Vitis vinifera ou issues d’un croisement entre ladite espèce et d’autres espèces du genre Vitis.
Les raisins qui peuvent, dans une proportion allant jusqu’à 15%, ne pas provenir de la zone délimitée, sont originaires de l’Etat membre ou du pays tiers concerné dans lequel est située la zone délimitée.
Source: Article 93 du Règlement UE no 1308/2013 portant organisation commune des marchés des produits agricoles.


AXW, 19 MAI 2017

 

> Si vous souhaitez lire la suite de cet article (en page 3), vous devez disposer de votre mot de passe pour accéder à l'Espace abonné:  http://www.agrihebdo.ch/newspaper


 

 

 

Prix du marché

Chaque semaine, suivez l'évolution des prix du marché de la viande, en conventionnel ou sous label: bovins, porcs, ovins. Consultez aussi les prix de la vente directe, des marchés surveillés et de Proviande.

Conseil de saison



Le conseil de saison est accessible en ligne aux abonnés chaque mercredi.

Voyages

Brochure PA 14-17

Politique agricole 2014-2017

Agri et l’OFAG proposent en libre accès un document PDF regroupant la série «Dossier PA 2014-2017» publiée du 1er novembre 2013 au 2 mai 2014.

 Av des Jordils 1 - CP 1080 - 1001 Lausanne - Tél 021 613 06 46 - Fax 021 613 06 40 -

Site web réalisé par www.webexpert.ch

Actualités

Cette semaine

Dossiers

Prix du marché

Photos / Vidéos

Archives

Voyages