Menu
 

Commentaires du marché 3

 

VIANDE

Bétail d’étal bon marché

 

En raison des faibles prix des taureaux, certaines entreprises de transformation préfèrent abattre du bétail d’étal plutôt que des vaches.

 

L’offre de bétail d’étal est normale, mais la demande est à la traîne. Les prix hebdomadaires des taureaux, des bœufs et des génisses de classe T3 livrés à l’abattoir ont baissé de 10 centimes, s’établissant à 8,50 fr. le kg poids mort (PM). L’écart par rapport au prix des vaches est désormais de 30 ct par kg PM. Les acheteurs paient le bétail d’étal jusqu’à 20 ct de moins que le prix Proviande, alors que sur les marchés publics et surveillés par Proviande, le prix hebdomadaire est payé ou donne même lieu à des surenchères.
 
Importation imminente d’aloyaux de bœuf
En raison de la faiblesse des prix des taureaux, certaines entreprises de transformation préfèrent abattre du bétail d’étal plutôt que des vaches. Aussi certains marchands de viande se sont-ils directement adressés au Conseil fédéral pour se plaindre de l’absence d’importations d’aloyaux au mois de janvier, lorsqu’ils se sont retrouvés à court de filets de bœuf d’Amérique du Sud. L’importation de 350 tonnes d’aloyaux de bœuf de haute qualité est attendue entre le 22 janvier et le 18 février.

Il ressort de la Banque de données sur le trafic des animaux qu’à fin 2017, le cheptel bovin, qui comptait alors 1 540 451 têtes, était resté stable par rapport à l’année d’avant. Le nombre de vaches s’est légèrement replié (-0,4%). Les vaches laitières ont perdu 1% de leurs effectifs (-5165), la moitié de cette baisse étant compensée par une augmentation des effectifs des vaches allaitantes de 2,1% (+2612). Les vêlages ont diminué de 15 565 têtes, menant à une contraction de l’offre de veaux maigres.
Hans Rüssli, USP, 18 janvier 2018
 
____________________
 
OEUFS

Pâques dans la ligne de mire

 

Le jour de Pâques tombe tôt cette année, aussi il est important de bien planifier la production d’œufs pour éviter les excédents.

 

Suisse
Comme attendu, la demande en œufs suisses a été très importante à la fin de l’année. Grâce à la production plus importante, la demande plus forte a toutefois pu être ho-norée sans problème, hormis pour quelques sortes spéciales.

Les conditions peuvent donc une nouvelle fois être qualifiées d’idéales. Si le marché ne peut pas être approvisionné à Noël, les acheteurs sont mécontents; si l’offre est trop forte, le commerce de détail est certes content, mais pour la branche, une surproduction n’est pas supportable du point de vue économique. Il en va de même pour Pâques.
Les premiers œufs de Pâques sont en général dans les rayons des magasins au moins deux mois plus tôt. Le jour de Pâques tombant déjà le 1er avril cette année, il faut que ces œufs soient pondus dès maintenant.

Lorsque Pâques tombe à fin mars ou tout au début d’avril, les producteurs sont confrontés à un défi supplémentaire. La période entre les jours de Noël assortis d’une grande demande en œufs et les fêtes de Pâques avec la demande en œufs la plus forte est très courte, alors que la période suivant Pâques, accompagnée d’une demande plus faible, est très longue.

Les variations de la demande doivent être amorties en planifiant habilement la production. La branche y est bien parvenue ces dernières années. Cette année encore, nous sommes donc convaincus d’avoir suffisamment d’œufs suisses pour Pâques et de ne pas produire d’excédents durant les mois d’été durant lesquels la demande est plus faible.
 
Tendance: production correspondant à la forte demande.
    
Etranger
L’offre est et reste limitée. Les prix sont par conséquent extrêmement élevés. A cela s’ajoute le fait que les entreprises de teinture d’œufs veulent à présent acheter des œufs pour le marché de Pâques. C’est la raison pour laquelle les prix resteront assurément élevés jusqu’à Pâques. Il y a donc un risque que la production augmente et que les prix payés après Pâques soient extrêmement bas.

Tendance: il est difficile de se prononcer sur la situation du marché après Pâques.
Jean Ulmann, président de Gallosuisse, 18 janvier 2018


 

E-Paper & Archives

Cette semaine dans Agri

 

Prix du marché

Chaque semaine, suivez l'évolution des prix du marché de la viande, en conventionnel ou sous label: bovins, porcs, ovins. Consultez aussi les prix de la vente directe, des marchés surveillés et de Proviande.

Conseil de saison



Dernier conseil de saison, 25 octobre. La rubrique reprendra au printemps; accès réservé aux abonnés.

Voyages

Brochure PA 14-17

Politique agricole 2014-2017

Agri et l’OFAG proposent en libre accès un document PDF regroupant la série «Dossier PA 2014-2017» publiée du 1er novembre 2013 au 2 mai 2014.

Agri - Hebdomadaire professionnel agricole de la Suisse Romande
Site web réalisé par www.webexpert.ch

Actualités

Cette semaine

Dossiers

Prix du marché

Photos

Vidéos

Archives

Voyages

Boutique